REDHER - La pluma


Thanatopolitique et négation du racisme

Envoyer Imprimer PDF

aut_939BisLes mesures migranticides du gouvernement italien actuel et de Salvini en particulier ont fait à ce jour au moins 450 victimes. Je fais évidemment référence à la guerre ouverte et sans scrupules menée contre les ONG qui mènent des opérations de recherche et de sauvetage en mer et à l'interdiction faite d’accoster dans des ports italiens aux navires qui osent sauver des vies de migrants : non seulement des navires d’ONG, mais aussi ceux de l'Opération Sophia, un remorqueur battant pavillon italien, et même un navire de notre garde-côte.

On voit le ministre de l'Intérieur s’arroger des fonctions qui ne sont pas de sa compétence, au point d'invoquer les menottes pour les survivants qui se sont rebellés contre la perspective d'être déportés vers l’ enfer libyen. En fait, tout cela s'inscrit dans le contexte de ce qui pourrait être décrit, dans le sillage de Michel Foucault, comme une thanatopolitique (politique de mort), façonnée par les choix et les actions d'une grande partie des institutions et des États de l'Union européenne.

Qu'il suffise de dire qu'au moment où j’écris, depuis le début de cette année, plus de 1 422 personnes ont disparu pendant la traversée de la Méditerranée, à laquelle il faut en ajouter 46, disparus le long des routes terrestres européennes. C'est un chiffre effrayant si l'on considère la diminution drastique des départs et des arrivées : au début du mois de mai ils avaient diminué d'au moins 75% par rapport à l'année précédente, de sorte que, selon les données du HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies), si en 2017 il y avait une victime pour huit réfugiés, en 2018 il y en a déjà une pour sept, malgré , je le répète, la forte réduction des "flux" (comme on dit avec une mauvaise métaphore naturaliste).

Oui, la Méditerranée est devenue un vaste cimetière marin et le Canal de Sicile a "gagné" le sinistre primat de frontière la plus létale au monde. Non seulement la guerre contre les ONG, mais aussi la fin de la mission Mare Nostrum ont contribué à ce primat, ainsi que les tentatives actuelles et répétées, pratiquées par le ministre de l'Intérieur avec un cynisme inhabituel, d'entraver même les opérations de sauvetage menées par la Garde-côte et la Marine militaire, qui, dans le passé, avaient sauvé des centaines de milliers de vies.

Mais il ne faut pas croire que l'on périt seulement en se faisant englouti rpar les eaux de la Mare nostrum. Grâce à UNITED - un réseau "contre le nationalisme, le racisme, le fascisme et en faveur des migrants et des réfugiés", qui regroupe pas moins de 550 organisations de la société civile de 48 pays européens - nous savons que la thanatopolitique de l'UE tue, directement ou indirectement, sous les formes les plus diverses.

Grâce à un suivi attentif dans le temps, ce réseau a compilé une liste, couvrant la période de 1993 à 2018, de 34 361 décès de réfugiés et de migrants imputables aux "politiques restrictives désastreuses de la Forteresse Europe", à la "militarisation des frontières, aux lois sur l'asile, aux politiques de détention et de déportation". Ce catalogue est très partiel, avertissent ses auteurs, puisque "très probablement des milliers de victimes n'ont jamais été retrouvées".

Le 22 juin dernier, Il Manifesto, Der Tagesspiegel (Berlin) et The Guaridan ont publié la liste des 34 361 morts que l'on peut trouver ici 

L'inventaire sinistre nous dit que l’on peut perdre la vie la vie en étant tué par la police ou les gardes-frontières de tel ou tel pays, européen ou autre. On meurt renversés, souvent intentionnellement, par des trains ou des camions, comme c'est souvent le cas près de Calais. Des gens périssent, parfois brûlés vifs, lors d'attaques de groupes d'extrême-droite contre des centres d'accueil. Une fois que vous avez atteint le sol européen convoité, vous pouvez succomber à cause du refus de services médicaux. Dans de nombreux cas, on a été tué dès qu'on a touché le sol de pays comme l'Irak et l'Afghanistan, dont on avait fui et vers où on a été déporté. Un grand nombre de personnes meurent également par suicide lorsqu'elles apprennent ou craignent avec raison que leur demande d'asile sera rejetée ou en raison des conditions de vie intolérables dans le centre dit d'accueil.

Il faudrait se donner la peine- comme l'a fait la soussignée - de lire un cas après l'autre de cette liste (publiée, c’est son mérite, dans Il Manifesto du 22 juin dernier, sous forme de supplément), pour imaginer quel abîme de désespoir a conduit environ 450 personnes, y compris quelques mineurs, à se suicider, après avoir courageusement affronté des voyages parsemés de toutes sortes de dangers, de souffrances et d'horreurs (il suffit de penser aux camps libyens).

Je ne citerai que quelques exemples, parmi les plus emblématiques, tragiques et récents de ce vaste catalogue . Le 22 avril 2018, dans le centre pour demandeurs d'asile d'Eckolstädt, en Allemagne, une Érythréenne de 19 ans étrangle son enfant de six mois et se pend. Entre janvier et février 2017, cinq adolescents se sont suicidés dans divers centres pour demandeurs d'asile en Suède. Le 25 avril 2016, c’est un Malien de 17 ans, illégalement emprisonné dans le Loiret, en France. Le 16 janvier 2012, une Sri-Lankaise de 24 ans met le feu à sa chambre dans le centre de réfugiés de Førde, en Norvège, se tuant elle-même et tuant son enfant de deux ans : sa demande d’asile avait été rejetée. En fait, parmi les "rejetés", comme on dit dans le jargon bureaucratique, ne sont pas rares ceux qui choisissent la manière la plus atroce de se supprimer en se transformant en torches humaines : l'auto-immolation, comme nous le savons, est par excellence un acte extrême de protestation et/ou de révolte (voir : A. Rivera, Le feu de la révolte. Torches humaines du Maghreb à l'Europe, à paraître en français aux éditions The Glocal Workshop/L’Atelier Glocal).

Le fait que le suicide est l'une des conséquences structurelles tragiques de la thanatopolitique européenne est également démontré par un cas très récent. Le 4 juillet, 69 Afghans ont été déportés d'Allemagne vers leur pays d'origine. Le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, une sorte de Salvini version teutonne, ose se réjouir publiquement que cela arrive juste le jour de son anniversaire, comme s'il s'agissait d'un cadeau. L'un des déportés se pendra dès son arrivée à Kaboul. Il avait vingt-trois ans et, bien qu'il ait vécu en Allemagne depuis le début de l'adolescence, sa demande d'asile avait été définitivement rejetée.

J'ai rapporté ces cas pour tenter de soustraire à l'indistinction, à la réduction à une masse insignifiante, sinon à la réification, les biographies de ces héros tragiques de notre temps. Bien qu'insuffisant pour briser le cercle vicieux du racisme, désormais répandu, l'exercice de l'empathie, si elle est pratiquée par un bon nombre de citoyens, pourrait au moins contribuer à le miner, ce cercle vicieux qui lie le racisme institutionnel, médiatique et "populaire". Bien sûr, nous vivons dans une époque malheureuse, où même certains clercs, certainement antiracistes, pour la plupart de tendance post-coloniale, méprisent ouvertement l'éthique de la compassion, qui, bien que comprise au sens littéral comme participation à la souffrance des autres, ne serait, selon eux, rien de plus qu'un héritage du paternalisme colonial.

Pour ne pas parler des autres qui, dans les colonnes d'un quotidien plutôt de gauche, se plaçant involontairement dans le sillage du vieux jugement dalémien (de Massimo d’Alema, ex-leader de l’ex-PCI, NdT) sur la Ligue comme une "côte de gauche", nient ou minimisent comme un simple vote légitime de protestation les voix obtenues par Salvini & Co., obtenues d’ électeurs autrefois de gauche. Ceux-ci exprimeraient leur protestation comment ils peuvent, étant eux aussi des victimes, presque autant que les migrants. Il y a aussi des chercheurs qui, en minimisant le rôle de l'immigration et du racisme dans les résultats électoraux, vont jusqu'à soutenir que la minorité italienne qui craint de vivre dans un pays fasciste et raciste ne serait vouée qu'à affirmer sa propre "suprématie morale" exclusive.

Pourtant, il est loin d'être risqué de supposer, comme je le fais depuis un certain temps, que nous sommes dans la phase putrescente du néolibéralisme ou, pour le dire autrement, du capitalisme financiarisé. J’entends ce qualificatif au sens de ce qui, bien qu'affecté par la putréfaction, survit en préfigurant une possible issue de type totalitaire. À cet égard, il n'est pas anachronique de citer Hannah Arendt, qui écrivait dans La Banalité du Mal (1963) : "Certes, le fascisme a déjà été défait une fois, mais nous sommes loin d'avoir éradiqué définitivement ce mal suprême de notre temps : ses racines sont de fait profondes et elles s’appellent antisémitisme, racisme, impérialisme".

Annamaria Rivera

Original : La tanatopolitica e la denegazione del razzismo

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 17 juillet 2018


 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

 

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui23162
mod_vvisit_counterHier40148
mod_vvisit_counterCette semaine63310
mod_vvisit_countersemaine précedente143061
mod_vvisit_counterCe-mois-ci288576
mod_vvisit_countermois précedent467347

We have: 175 guests online
Ton IP: 54.80.140.29
 , 
Aujourd'hui: 20 Auo 2018