REDHER - La pluma


Le trumpisme, ou l’art de l’insulte

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_1319BisDepuis qu’il est président, Donald Trump a insulté tous ceux ou presque à qui il a eu affaire. Seuls semblent faire exception les membres de sa famille proche. Ceux-là ne sont pas insultés, mais seulement ignorés lorsqu’ils sont en disgrâce. Trump a aussi insulté à peu près chaque État de la planète, sauf peut-être Israël.

L’insulte apparaît comme un outil distinctif du trumpisme, dont le président use avec constance et délectation. Deux questions se posent à l’analyste du trumpisme : 1. pourquoi Trump insulte-t-il ; 2. avec quelle efficacité ?

Certains observateurs attribuent ces insultes continuelles – et resservies à différentes cibles successives – à une forme de travers mental. Ils voient en Trump un mégalomane hypersensible : il ne peut pas s’en empêcher ; il n’a aucune maîtrise de soi.

Ce n’est pas mon avis. Je crois au contraire que les insultes participent d’une stratégie délibérée, la plus propice selon lui à 1) sa domination sur la scène américaine et internationale, 2) la mise en œuvre de sa politique.

Quel genre de gains Trump pense-t-il donc retirer du jeu des insultes ? Lorsqu’il insulte un individu ou un État, il contraint celui-ci à prendre une décision : ou bien riposter, avec les risques que suppose un Trump bien décidé à faire mal d’une manière qui compte pour sa victime ; ou bien tenter de revenir en grâce en offrant une concession qui compte pour Trump. Dans les deux cas, la relation est centrée sur Trump.

Ce qui, de son point de vue, fait de lui le mâle dominant. Mais ce n’est pas tout : il ne lui suffit pas d’être au sommet de l’échelle du pouvoir mondial ; il faut que cela se voie. Les insultes servent cet objectif.

Contraint de choisir entre deux mauvaises réactions, l’individu ou l’État insulté peut tenter de faire alliance avec d’autres individus ou États ciblés de la même manière ou au même moment. Il s’avère que les alliés potentiels réfléchissent dans les mêmes termes au type de réaction qu’appellent les insultes. Mais ils ne font pas nécessairement le même choix de réponse.

Dans ces conditions, l’individu ou l’État insulté peut tenter de convaincre son allié potentiel de modifier sa décision. Ou bien encore s’enquérir d’éventuels remplaçants. Dans les deux cas, plutôt que de se concentrer sur la réaction à adopter face aux insultes, il s’occupe surtout de trouver des alliés – perdant de vue le problème essentiel, au grand profit de Trump.

Ce dernier peut alors changer de tactique : offrir par exemple une concession partielle à l’individu ou à l’État objet de ses invectives. L’offre peut être ambiguë, ou n’avoir qu’une durée de validité limitée. L’individu ou l’État en cause doit alors choisir entre deux attitudes : ravaler l’humiliation de l’insulte et exprimer sa gratitude pour la concession proposée, ou bien la rejeter comme insuffisante.

Si l’option choisie est la gratitude, l’individu ou l’État gardera au-dessus de la tête l’épée de Damoclès de la réitération de l’insulte. Dans la seconde hypothèse, il s’expose à subir la colère de Trump. Dans les deux cas, c’est ce dernier qui a le dessus.

Cette tactique peut lui servir à apaiser les critiques sur sa droite comme sur sa gauche. Et même l’aider à apparaître comme le « centre raisonnable », indépendamment des politiques qu’il mène en réalité.

Dernier avantage : puisque les tweets de Trump ne répondent à aucune cohérence, il a beau jeu de s’en attribuer le mérite quand leur effet lui est favorable (« Je mérite le Nobel »), et, chaque fois qu’il ne l’est pas assez à son goût, de se défausser sur tout ou partie de sa garde rapprochée en expliquant que ses directives ont été mal suivies.

Posons-nous maintenant la question de l’efficacité des insultes. Produisent-elles les résultats que Trump en attend ? Il faut ici partir des éléments qui ont toutes chances de le préoccuper : en premier lieu, un très haut niveau d’impopularitédans les enquêtes réalisées aux États-Unis, et de mauvais sondages également dans la plus grande partie du monde.

Par ailleurs, il n’est nullement assuré de gagner les élections de 2018 et 2020, car sa base conservatrice est mécontente et certains parmi elle pourraient bien s’abstenir, ou du moins ne pas s’employer outre mesure pour aller chercher le vote conservateur.

Malgré ce tableau médiocre, on dirait pourtant que le jeu des insultes a rehaussé, fût-ce de peu, le soutien de Trump dans l’opinion. Suffisamment pour atteindre son objectif primordial et immédiat, à savoir sa réélection ? Il lui faut pour cela quelques succès à faire valoir devant ses électeurs et à l’étranger.

Il en a remporté quelques-uns : en politique intérieure, la loi de réduction fiscale ; à l’extérieur, la rencontre à venir (ou du moins toujours prévue à ce jour) avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Mais il y a aussi des échecs : il n’a pas (encore) réussi à faire approuver les mesures anti-immigration prévues à son agenda, ni à financer le mur ; et sur le plan international, son rejet de l’accord iranien a semé la consternation dans la plupart des capitales.

Le problème est de savoir si les réactions aux insultes finiront vraiment par tourner en sa défaveur. C’est difficile à dire. Cela peut arriver tout à coup, comme il se peut que Trump se tire indemne de ce bourbier. Mais l’important, en réalité, c’est que les avantages qu’il tire des insultes ne dureront pas toujours : trop d’individus et trop d’États en paient trop chèrement le prix.

La question n’est donc pas de se demander si ce retournement aura lieu, mais quand. Tel est le jeu que nous pratiquons tous, jour après jour, dans les élections à toute échelle, dans la recomposition des alliances à travers le monde. Non pas si, mais quand !

Immanuel Wallerstein

Original: Trumpism: the art of the insult

Traduit par Christophe Rendu

Source : Mémoire des luttes

Traductions disponibles : Español



 
Plus d'articles :

» L’élection américaine : enfin terminée ! Vraiment ?

Cet article a été publié en novembre 2016 dans la foulée de la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Il contient toutefois nombre d’éléments de réflexion qui ne se limitent pas à la situation conjoncturelle...

» Brexit : symptôme et non cause de la tourmente

Le 23 juin, le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) a vu la nette victoire des partisans du Brexit. Un résultat accueilli comme un séisme sans précédent par les politiques et les commentateurs, qui ont avancé...

» Trump contre Clinton : les prédictions ont des conséquences

Les médias du monde entier, et tout particulièrement ceux des Etats-Unis, suivent avec un extrême intérêt l’élection présidentielle américaine du mois de novembre. Tous les articles et reportages ou presque se focalisent sur le point de...

» L’effondrement de l’Union européenne ? Un point de vue sceptique

Parmi les jeux divers auxquels experts et politiques s’adonnent actuellement, il en est un qui consiste à nous expliquer en détail pourquoi et comment l’Union européenne (UE) va s’effondrer, pourquoi et comment elle est déjà en train de...

» Une stratégie électorale pour la gauche ?

Le cas de la France et des Etats-UnisLorsque Bernie Sanders s’est déclaré candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine, bien peu voyaient en lui un prétendant crédible. Hillary Clinton affichait un tel...

» Les BRICS : une fable de notre temps

C’est une curieuse histoire que celle des BRICS. Elle trouve son point de départ en 2001, dans un article largement commenté de Jim O’Neill, alors président de la branche « gestion d’actifs » du géant de l’investissement...

» Egypte : l’armée au pouvoir

Il y a rarement lieu de se réjouir lorsque l’armée exerce le pouvoir. En Égypte, l’armée dirige le pays depuis 1952. La récente destitution du président Morsi par l’armée égyptienne n’a pas été un coup d’État : on ne fait pas...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui23168
mod_vvisit_counterHier40148
mod_vvisit_counterCette semaine63316
mod_vvisit_countersemaine précedente143061
mod_vvisit_counterCe-mois-ci288582
mod_vvisit_countermois précedent467347

We have: 181 guests online
Ton IP: 54.80.140.29
 , 
Aujourd'hui: 20 Auo 2018