REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Monde


Razan, une histoire de super-héroïne de Gaza

Envoyer Imprimer PDF

aut_6159Bis«C'est ta cousine ? Tu lui ressembles. » « Razan Al-Najjar ! C’est ta cousine, n’est-ce pas ? » « Ta cousine est une héroïne ! Tu dois être fière ! »

Ce sont quelques-uns des messages que les gens m’ont envoyés, ainsi que des photos et des articles sur Razan, l’une des rares femmes volontaires intervenant dans les manifestations à la clôture de Gaza, appelées la Grande Marche du Retour.

Sur l’instant, je ne me souvenais pas d’elle. J’ai dit aux gens qui m’interpellaient que probablement le sourire me semblait familier et que j’ai des liens de sang avec presque tout le monde dans le quartier d’Alnajjar à Khuzaa, près de la frontière sud-est de Gaza. C’est un quartier qui a été un lieu de souffrance et de misère, un quartier que l’agression israélienne de 2014 sur Gaza a presque anéanti – avec de nombreux endroits où j’ai joué étant enfant.

Je me souviens que tout le monde dans mon quartier était toujours très accueillant, offrant le thé le plus sucré qui puisse exister. Je n’ai jamais pu boire ce thé parce qu’il était trop doux, même si ma grand-mère m’adressait des regards menaçants (« C’est impoli de ne pas boire ! »). J’ai assisté à de nombreux mariages là-bas alors que j’étais petite. J’y voyais Razan, toujours bien habillée. J’ai toujours aimé ses cheveux.

RazanAlnajjar

La dernière  photo de Razan Al-Najjar avant qu'elle soit abattue à 100 mètres de la clôture 

Mais je ne l’ai pas reconnue sur les photos que j’ai reçues. Je la connaissais seulement comme enfant. À la fin de mon adolescence et après la deuxième agression israélienne contre Gaza, je me suis concentrée sur les livres et les études. J’ai arrêté de sortir. J’ai arrêté d’aller aux événements sociaux. J’avais peur de m’attacher aux gens, de perdre des gens. Je suis restée isolée dans ma bulle pendant des années.

Je ne me souvenais pas d’elle, alors j’ai envoyé un texto à ma mère, lui posant des questions à son sujet. « Elle est la fille de Tante Sabren », a-t-elle répondu. Ses mots ont débloqué une partie de ma mémoire et un film de mon enfance s’est alors déroulé sous mes yeux. Et je me suis souvenu d’elle.

Je me souviens de Razan

Je me souviens quand ma grand-mère m’a appelé pour me dire: « Descends ! Reaan et Razan sont là ! » Sarah, ma sœur et moi descendions les inviter à jouer et partager nos jouets. Comme j’avais quelques années de plus qu’elles, à un moment donné j’ai arrêté de jouer et je leur ai juste donné les jouets, les regardant tout en lisant.

J’ai toujours aimé les tresses de cheveux de Razan et son sens de la mode. Elle était l’une des filles les plus mignonnes que je connaissais à l’époque. Elle a toujours senti bon, un parfum doux et fleuri que je peux sentir même maintenant du fond de ma mémoire.

Razan brisait tous les stéréotypes avec comme seule motivation de sauver des vies

Je me souviens bien d’elle maintenant et je suis si fière de son courage. Combien elle était sans peur. Comme elle était douce. Je suis fière qu’elle ait été un modèle pour beaucoup, brisant tous les stéréotypes sur les femmes.

J’ai été invitée pour l’iftar (le repas qui rompt le jeûne pendant le mois sacré du Ramadan) une heure après avoir appris le meurtre de Razan. J’ai décidé de ne le dire à personne parce que les invités avaient jeûné et je ne voulais pas partager la nouvelle avant qu’ils aient mangé. Je suis restée calme en surface pendant qu’une guerre faisait rage en moi. Chaque morceau de mon cœur ressemblait à une île avec un volcan en éruption. Des larmes ont coulé de mes yeux, mais tout comme font les forces d’occupation israéliennes avec nous à la clôture de Gaza, je les ai refoulées. Je n’ai laissé aucune larme exprimer sa colère, sa douleur, sa légitimité. Toute larme qui a tenté de sortir a été tuée de ma main.

Mais je ne pouvais pas manger. J’ai mangé un peu, avalé un peu de nourriture avant de ne plus pouvoir. Parce que, comme avec tous les types d’oppression, finalement, des choses légitimes se produisent. Vous ne pouvez pas opprimer la justice pour toujours.

J’ai parlé à ma famille et je suis allée courir pour éclaircir mon esprit, voulant vraiment comprendre ce qui s’était passé. Puis je suis allée sur les réseaux sociaux pour voir ce que ses collègues et les gens autour de Razan disaient à son sujet, lire ses derniers mots, voir sa mère pleurer sa fille. C’était très traumatisant. Je n’avais pas vu ma famille ni aucune de ces personnes depuis deux ans, depuis que je suis partie poursuivre mes études supérieures en Turquie. Et maintenant je les voyais, sur les réseaux sociaux, dans la douleur.

La mère de Razan serrant son uniforme à l'hôpital

Une héroïne devenue ange

Razan s’était portée volontaire comme infirmière-secouriste depuis le début de la Grande Marche du Retour, une manifestation pacifique exigeant la fin du siège imposé à Gaza et la fin de l’occupation. Les forces israéliennes d’occupation ont utilisé une force meurtrière contre elle, tirant des balles sur les manifestants et tuant 120 personnes, dont des journalistes, des femmes, des enfants et des personnes handicapées. Les blessés dépassent les 13 000.

Razan a couru sans crainte du bruit des balles, essayant de sauver qui pouvait être sauvé. Les collègues de Razan ont décrit la scène dans une vidéo : « Je lui ai dit de revenir, qu’elle allait trop loin. Qu’ils vont nous tirer dessus ! » Mais elle n’a pas écouté et a répondu qu’il y avait un homme blessé qui avait besoin d’aide. Son amie la tira par la main pour s’éloigner, mais Razan lui indiqua son dos. Il saignait. Elle avait été blessée par balle dans le dos !

Elle est morte en sauvant la vie des autres. Elle est morte pour que tout le monde puisse exiger la justice. Il est temps de faire rendre compte à la force d’occupation pour ses actes. Renseignez-vous encore mieux et écrivez à vos représentants au gouvernement. Je vous suggère de commencer par prendre connaissance du mouvement BDS et de la proposition d’un État démocratique.

Des collègues de Razan pleurent sa mort

Ce n’est pas seulement triste… C’est un crime de guerre !

S’il vous plaît, faites quelque chose. Vos prières et vos pensées sont aimables et appréciées, mais elles ne m’aideront pas à avancer. Si cela continue, je vais perdre encore plus d’êtres chers. Et l’histoire de Razan n’est qu’une parmi des centaines d’histoires dramatiques.

Quatrième Convention de Genève, 1949

ARTICLE 20. – Les personnes régulièrement et exclusivement engagées dans le fonctionnement et l’administration des hôpitaux civils, y compris le personnel affecté à la recherche, à l’enlèvement, au transport et au soin des civils blessés et malades, aux cas d’infirmité et de maternité, doivent être respectés et protégés.

Agissez parce que vous pouvez faire la différence. Chaque fois que vous achetez quelque chose, vous votez. Chaque fois que vous restez silencieux face à l’injustice, vous êtes complice dans le crime. Honorons la mort de Razan en demandant des comptes aux forces d’occupation et à leurs dirigeants pour leurs crimes de guerre.

Dalia Al-Najjar داليا النجار

Original: Razan: a superhero story from Gaza

Traduit par Chronique de Palestine

Source : Tlaxcala, le 9 juillet 2018


 

 
Plus d'articles :

» En Israël, les trois dimensions d’une dérive fascisante

Les dérives autoritaires et fascisantes de l’État d’Israël sont largement sous-estimées par les médias et les responsables politiques européens. Pourtant, elle sont réelles et porteuses de dangers pour tout le Proche-Orient.Beaucoup de...

» Israël : Un État, une voix Israël : Un État, une voix

Après des décennies de gouvernement d’ un régime unique qui a réalisé de grandes choses  et a abouti à une impasse, la seule façon de réaliser le changement est de démonter d'abord l'échafaudage sur lequel la structure a été...

» L'accord final proposé par Jared Kushner pour la Palestine dépouillerait son peuple de toute dignité

Après trois guerres israélo-arabes, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?N’y aura-t-il pas de fin à d’humiliation des...

» L'Argentine annule un match amical de foot avec Israël à Jérusalem

L’équipe de football de l’Argentine devait jouer un match amical au Teddy Stadium de Jérusalem, emplacement qui abritait autrefois un village palestinien.L’équipe nationale de football de l’Argentine a annulé un prochain match amical...

» 4 ans de pouvoir de Modi en Inde: "vikas" (développement), un slogan creux

Ce que vikas signifie pour le BJP, c'est que ses alliés, tels les Adani *, devraient être libres de gagner de l'argent. L'Inde de Modi ne peut imaginer un avenir. Elle est enracinée dans une version hideuse du passéIl est impossible de passer à...

» Paillassons de Washington

Les suppliques et les marques d’affection de trois dirigeants européens — M. Emmanuel Macron, Mme Angela Merkel et M. Boris Johnson — venus cajoler M. Donald Trump n’auront servi à rien : le président des...

» Les Palestiniens ne sont pas les Indiens des États-Unis d’Amérique

Les gouvernements des Etats-Unis – abusés par leur 51è Etat-croupion, la colonie israélienne – se trompent sur toute la ligne au niveau de leur stratégie au Moyen-Orient et singulièrement en Palestine. Certes, ce n’est pas nouveau. Mais...

» La Nakba, ce n’est pas que du passé pour les Palestiniens : elle se poursuit sans répit depuis 70 ans

Israël continue à voler la terre des Palestiniens, à révoquer leurs droits de résidence, et à détruire leurs maisons pour que des Israéliens juifs puissent s’installer à leur place.  Il y a soixante-dix ans, mon univers et celui...

» Un documentaire sur les liens entre Palestiniens au Brésil et dans leur pays occupé

Caractérisé par une forte diversité ethnique et culturelle, le Rio Grande do Sul abrite aujourd'hui des milliers d'immigrés palestiniens et leurs descendants. Les communautés issues de la Nakba -mot arabe signifiant catastrophe ou désastre-...

» 70 ans de Nakba, 25567 jours de soumoud

En ce 15 mai 2018, les Palestiniens commémorent le 70ème anniversaire de leur Nakba, la catastrophe que fut pour eux la proclamation de l’État d’Israël.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans. Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui15569
mod_vvisit_counterHier12600
mod_vvisit_counterCette semaine15569
mod_vvisit_countersemaine précedente98905
mod_vvisit_counterCe-mois-ci239600
mod_vvisit_countermois précedent485122

We have: 284 guests online
Ton IP: 54.196.38.114
 , 
Aujourd'hui: 15 Juil 2018