REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


Aurora Muriente : « Porto Rico demeure sous domination coloniale »

Envoyer Imprimer PDF

Capture_Jerome_Duval_Aurora_MurienteL’activiste portoricaine explique les raisons pour lesquelles la lutte indépendantiste veut se débarrasser du joug étasunien.

Aurora Muriente Pastrana, est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une organisation politique de gauche qui se dédie à la lutte pour l’indépendance et la souveraineté nationale de Porto Rico, les luttes sociales, la défense des droits des travailleurs et des droits humains. Elle explique pourquoi on doit continuer à parler de “colonialisme” à propos de Porto Rico, étant donné que le président élu aux États-Unis gouverne l’île sans que la colonie participe à son élection.

Aurora_Muriette1

Aurora Muriette activiste du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico

Après avoir vécu durant plus de 400 ans sous possession coloniale espagnole, pouvons-nous continuer à parler de « colonisation » pour Porto Rico ou bien de « néocolonialisme » étasunien depuis 1898 ?

Dans notre cas nous devons continuer à parler de « colonialisme » et non de « néocolonialisme ». Porto Rico est une nation caribéenne qui surgit comme résultat du processus, complexe et contradictoire, de conquête et de colonisation de l’Espagne en Amérique et aux Caraïbes. 405 années après l’arrivée des espagnols, en 1493, et résultat de la guerre Hispano-cubano-étasunienne de 1898, Porto Rico est passé dans le giron des États-Unis en tant que butin de guerre, avec Cuba, Guam et les Philippines. Depuis lors, Porto Rico est une colonie des États-Unis. Bien qu’en 1952, on ait octroyé le statut d’État libre associé () à Porto Rico, accompagnée d’une constitution propre et se présentant au monde comme un acte de décolonisation, cela n’a pas altéré la condition coloniale du pays. Porto Rico est une nation mais n’est pas un État national, parce qu’il est dépourvu de souveraineté.

Quelle serait la principale différence entre le Porto Rico du XIXe siècle et le Porto Rico du XXIe siècle ?

Le Porto Rico du XIXe siècle était un pays métissé avec des caractéristiques culturelles propres qui le différencient du reste des îles des Caraïbes, comme Cuba et Hispaniola. Il était composé principalement de familles créoles d’origine espagnole et d’autres pays européens, qui se sont installées ici, et de familles d’origine africaine, par la présence de milliers d’esclaves et l’influence restée de notre passé indigène. L’économie était principalement basée sur l’agriculture. Au cours de ce siècle, d’importantes luttes ont été menées. En 1868, le soulèvement de Lares (« Grito de Lares »), une insurrection armée contre l’Espagne, pour déclarer la République de Porto Rico, a eu lieu. En 1873, l’esclavage a été aboli et, à la fin du XIXe siècle, des centaines de Portoricains se sont installés à Cuba, où ils ont combattu aux côtés des Cubains pour l’indépendance des deux îles pendant la guerre d’Indépendance dite « nécessaire » de 1895, menée par le Parti révolutionnaire cubain (PRC) fondé par José Martí. Ce processus d’indépendance cubaine et portoricaine a été rejoint par des personnalités aussi importantes dans notre histoire que Ramón Emeterio Betances et Eugenio María de Hostos.

Plus tard, après l’invasion militaire des États-Unis, le processus a été différent. Notre population n’est pas d’origine étasunienne, nous sommes donc une nation sous la domination coloniale d’un pays étranger. Nous sommes liés par une relation politique et une histoire caractérisée par les 120 dernières années de résistance, mais nous ne sommes pas liés par des liens d’origine ethnique de notre peuple en tant que tel. Contrairement aux Portoricains du XIXe siècle qui se sont battus contre l’Espagne, dont beaucoup étaient des enfants ou des petits-enfants d’Espagnols, à partir du XXe siècle, la lutte a été menée contre un pays totalement différent de nous, avec une culture différente, avec une langue différente. Il y a une confrontation beaucoup plus forte entre eux et nous.

La première moitié du vingtième siècle sous domination étasunienne a été marquée par l’établissement d’une économie basée sur la monoculture sucrière. La population a vécu dans des conditions d’extrême pauvreté et la répression politique des travailleurs et du mouvement indépendantiste a été brutale. À partir des années 1930, des milliers de Portoricains ont été forcés d’émigrer aux États-Unis où ils ont travaillé dans des conditions misérables dans des usines et des industries après la Grande Dépression. Dans les années 1940, de nombreuses bases militaires étasuniennes ont été établies dans le pays et notre territoire a commencé à servir de champ de bataille pour des exercices militaires, comme ce fut le cas dans les îles de Vieques et de Culebra. Il convient de noter qu’en 1917, les Portoricains se sont vu imposer la citoyenneté étasunienne et qu’à partir de cette date, jusqu’aux années 1970, le service militaire à Porto Rico était obligatoire, ce qui a amené des milliers de jeunes portoricains à participer aux guerres dans lesquelles les États-Unis étaient impliqués.

La seconde moitié du XXe siècle a commencé avec l’émergence du statut d’État libre associé (Estado Libre Asociado, ELA) de Porto Rico en 1952, qui cherchait à projeter une nouvelle situation politique et à faciliter l’instauration d’un nouveau système économique industriel. Le pays s’est rapidement modernisé conformément aux intérêts économiques des États-Unis. Le XXe siècle a également été marqué par d’importantes luttes : grèves ouvrières, luttes pour le droit au suffrage universel et les droits des femmes, pour la libération de nos prisonniers politiques, soulèvements armés pour l’indépendance, lutte contre la militarisation, luttes étudiantes, luttes environnementales, entre autres.

Aujourd’hui, à Porto Rico, au XXIe siècle, le modèle politique du statut d’État libre associé et le modèle économique établi par les États-Unis sont en train de s’éroder et de s’effondrer. Ils nous ont également imposé une commission de contrôle fiscal, un organisme externe créé pour garantir le paiement de millions de dollars aux détenteurs d’obligations. Le siècle en cours est marqué par la crise économique, la dette et l’émigration massive vers les États-Unis. Nous vivons des temps très difficiles.

Difficile de parler de souveraineté ?

Absolument. En effet, l’une des raisons pour lesquelles on éprouve un désir de trouver une solution à notre situation politique est précisément due au manque de souveraineté. En 1952, avec la création du statut d’État libre associé de Porto Rico, le Congrès des États-Unis a imposé une constitution et, depuis lors, nous disposons d’un système politique de type républicain avec des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Cependant, l’ensemble de notre réglementation est soumise aux impositions du Congrès des États-Unis. Les gouvernements locaux administrent la colonie, mais ne prennent pas de décisions importantes, celles-ci viennent directement de Washington. Comme exemple du manque de souveraineté, nous, Portoricains, n’avons pas le droit à notre propre citoyenneté, mais nous sommes citoyens étasuniens par imposition du Congrès depuis 1917. Nous n’avons pas de représentation au sein des institutions étasuniennes comme le Congrès, la Chambre et le Sénat, à l’exception d’un représentant appelé commissaire résident à Washington, qui a une voix, mais pas droit de vote à la Chambre des représentants des États-Unis.

Nous n’avons pas non plus le droit de voter pour le président, ce qui signifie que le président élu aux États-Unis est celui qui nous gouverne sans que Porto Rico participe à cette élection. Nous n’avons pas d’ambassades, pas de diplomates, ni de représentation aux Nations unies. Ce n’est rien d’autre que du colonialisme. Nous, en tant qu’indépendantistes, ce que nous voulons, c’est pouvoir élire notre propre président, élire notre propre gouvernement, pour créer un projet de pays pour le présent et pour l’avenir. Nous comprenons que la souveraineté est un droit fondamental pour toutes les nations.

"En tant qu’indépendantistes, ce que nous voulons, c’est pouvoir élire notre propre président, élire notre propre gouvernement"

Comment est née l’idée de recueillir le nom d’Eugenio María de Hostos pour votre organisation ?

Le Mouvement Indépendantiste National Hostosien est né il y a environ 15 ans de l’union de deux organisations politiques, d’une part, le Congreso Nacional Hostosiano et, d’autre part, le Nuevo Movimiento Independentista Puertorriqueño. Voyant qu’il y avait plus de convergences que de différences, ces deux organisations ont décidé de s’unir. Quand est venu le temps de décider d’un nouveau nom pour la formation, le nom Hostosien a été conservé.

Eugenio María de Hostos était un personnage portoricain très important du XIXe siècle, un éducateur, un combattant pour l’indépendance de Porto Rico contre l’Espagne. En outre, il a contribué au développement de l’éducation dans des pays comme la République dominicaine et le Chili. Étant une figure si emblématique de notre histoire qui a combattu l’impérialisme et le colonialisme, il a été décidé de faire de son nom une revendication à sa mémoire.

En plus de nous voir représentés dans l’esprit d’Hostos, nous sommes également inspirés par Ramón Emeterio Betances, reconnu comme le Père de la Patrie. Betances est un autre portoricain très important du XIXe siècle qui s’est battu pour l’indépendance portoricaine contre l’Espagne. Il a été exilé en France pendant une grande partie de sa vie où il a représenté les indépendantistes cubains et portoricains et a soulevé, avec tout un secteur de révolutionnaires européens, la nécessité d’écouter et de soutenir ce qui se passait dans les Caraïbes à l’époque. Nous partageons une histoire d’hommes et de femmes extraordinaires que nous revendiquons pour qu’ils ne tombent pas dans l’oubli.

Jérôme Duval et Aurora Muriente Pastrana* pour La Pluma

Edité par María Piedad Ossaba

*Aurora Muriente Pastrana: est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une organisation politique de gauche qui se dédie à la lutte pour l’indépendance et la souveraineté nationale de Porto Rico, les luttes sociales, la défense des droits des travailleurs et des droits humains. Elle explique pourquoi on doit continuer à parler de “colonialisme” à propos de Porto Rico, étant donné que le président élu aux États-Unis gouverne l’île sans que la colonie participe à son élection.

Traductions disponibles: Español


Source : CADTM

 



 
Plus d'articles :

» Éditorial La Pluma et Tlaxcala: À propos de certains de nos doutes

Les Colombiens vont élire un nouveau président le 27 mai, ou le 17 juin, en cas de deuxième tour, les Mexicains le 1er juillet, les Brésiliens en octobre. Entretemps, les Vénézuéliens viennent de réélire le leur.

» Élection présidentielle du 20 mai 2018 entretien avec l'ambassadeur du Venezuela en France

A quelques jours de l'élection présidentielle au Venezuela le 20 mai 2018, retrouvez l'entretien accordé, à Initiative Communiste, par Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, et Léon Landini, président du PRCF. Un entretien...

» Le Venezuela socialiste et la propagande occidentale

L'auteur dresse un panorama accablant des médiamensonges dominants dans la presse francophone canadienne,tout comme dans le reste de la presse francophone, anglophone, hispanophone, bref occidentalophone...-Tlaxcala

» Notre-Dame-des-Landes : « Nous, cinéastes, appelons à filmer et à défendre ce territoire qui bat et se bat »

Dans une tribune au « Monde », des réalisateurs, comédiens et professionnels du cinéma, dont Adèle Haenel, Philippe Garrel ou Aki Kaurismäki, invitent à défendre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme «  un lieu réel qui...

» « Le monde survivra-t-il à Donald Trump ? » Entretien avec le militant pour la paix John Catalinotto

Le Président Trump est imprévisible, y compris en ce qui concerne l’accord avec l’Iran. Toutefois c’est ailleurs que les décisions se prennent : au Pentagone.  C’est l’avis de John Catalinotto, pacifiste US-américain...

» Vivre par l’épée, pour Netanyahou, ça a payé (jusqu’ici)*

L’Iran a été publiquement humilié, les Palestiniens sont écrasés, et lundi ils seront piétinés en grande pompe lors de l’inauguration de l’ambassade des USA  à Jérusalem. Ces journées constituent une immense victoire pour...

» Patrice Lumumba : à Bruxelles, une place contre l’oubli

Depuis plus de dix ans, des associations revendiquaient, dans la capitale belge, un espace public au nom de l’ancien Premier ministre du Congo assassiné. Jérôme Duval et Robin Delobel, du CADTM, racontent comment c’est devenu le cas.

» Le Sahara occidental et l’avenir de l’ordre juridique international Témoignage devant la Conférence des Nations Unies sur la décolonisation en 2016

Nations Unies, 23 juin 2016Mon intérêt pour le litige sur le Sahara occidental n’est pas fondé uniquement sur ma foi en la justice à laquelle a droit le peuple de ce pays, mais aussi sur ce qu’il  implique dans le cadre de la loi...

» Venezuela: Je refuse d´être une victime de désinformation médiatique. Signez la pétition !

Le 20 mai 2018, les électeurs vénézuéliens seront de nouveau appelés aux urnes où quatre opposants à la politique de Nicolas Maduro tenteront de lui ravir la présidence. Cette élection sera supervisée par 2000 observateurs des cinq...

» Tribune collective : « La présence d’Emmanuel Macron à Ouvéa serait un affront »

Emmanuel Macron se rend en Kanaky - Nouvelle-Calédonie en pleines commémorations des 30 ans du massacre d’Ouvéa. Cette tribune collective, , appelle le président de la République à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui11993
mod_vvisit_counterHier17130
mod_vvisit_counterCette semaine42348
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci448766
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 238 guests online
Ton IP: 54.158.194.80
 , 
Aujourd'hui: 22 Mai 2018