REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Monde


L'Italie après le 4 mars et le risque racisme

Envoyer Imprimer PDF

aut_939BisMême s'ils étaient largement prévisibles, les résultats des récentes élections et la perspective d'un exécutif, même s’il ne sera que de circonstance, entre le Mouvement 5 Étoiles (M5S) et une coalition de droite dans laquelle la Ligue fait office de patron, sont plus qu’inquiétants, au moins pour celles et ceux qui ont à cœur les droits des personnes immigrées et réfugiées, et redoutent la montée du racisme, de toute façon déjà répandu.

Aujourd'hui, plus d’un commentateur reconnaît qu’en se nationalisant, la Ligue de Salvini, a pour ainsi dire accentué son coté raciste. En réalité, dès le début, celui-ci a fait partie intrinsèque de l'identité politique de la Ligue. Il suffit de lire Svastica verde (2011), le livre bien documenté et plus que jamais actuel de Walter Peruzzi et Gianluca Paciucci (avec une postface de l'auteure de ces lignes), pour se rendre compte à quel point la Ligue a pêché dans les répertoires les plus classique du racisme, y compris national-socialiste.

Les M5S, de son côté, n'est pas du tout étranger aux orientations droitières et racistoïdes, comme depuis plus d'une décennie, depuis l'époque des « Amis de Beppe Grillo », je continue à le documenter et à l’analyser, au risque de me répéter. Je ne mentionne que quelques "perles" parmi tant d'autres. En janvier 2013, Grillo, ouvrant les bras à CasaPound, déclare que l'antifascisme "n'est pas de mon ressort". Le 22 avril 2015, au nom de l'ensemble du M5S, il réclame l'expulsion sommaire de tous les «immigrants arrivés illégalement sur le sol italien». Le 17 juin suivant, il demande pour Rome «des élections dès que possible, avant que la ville ne soit submergée par les rats, les ordures et les clandestins».

De telles éructations (la seconde non seulement raciste, mais à la lumière de la situation actuelle un paradoxe) ne sont pas exclusifs du richissime comique en chef mais sont aussi le fait du chef politique actuel lui-même: l'ineffable Luigi Di Maio, capable de dépasser Grillo, sinon pécuniarement, certainement pour l'ignorance grossière. Il suffit de mentionner quelques-unes de ses déclarations les plus récentes: de la définition des ONG engagées en Méditerranée comme des «taxis de la mer», qui transporteraient des «criminels», jusqu'à «l'Italie a importé de Roumanie 40% de leurs criminels», posté sur Facebook le 10 avril 2017. Il était là parfaitement dans la ligne de son maître, qui, en 2007, parlait des Rroms roumains présents en Italie comme d’une "bombe à retardement" à désamorcer, en empêchant leur libre circulation dans l'UE, pour contrer la violation des «frontières sacrées de la patrie».

Il ne s'agit pas seulement d'excès verbaux: chaque fois qu'il y a eu une proposition législative en faveur des droits des immigrés, les dirigeants suprêmes du 5-Étoiles ont tout fait pour l’enterrer. Même si, le 9 octobre 2013, ce furent deux de leurs parlementaires, Maurizio Buccarella et Andrea Cioffi, qui ont proposé à la commission Justice du Sénat un amendement (finalement approuvé) pour l'abrogation du délit d'immigration clandestine. Plus récemment, dans une interview au quotidien  Libero du 18 juin 2017, Di Maio a rejeté « le projet de loi, pourtant très modéré dit du   ius soli –droit du sol) avec des arguments empruntés au vocabulaire de style liguiste : de « assez d’angélisme » au tout aussi typique" pensons d'abord aux familles italiennes ".

Bien que le M5S essaie aujourd'hui de se présenter comme un parti centriste auquel les institutions et les pouvoirs financiers et économiques peuvent se fier, ses veinures racistes, nous le craignons, n’en seront pas pour autant atténuées. D'un autre côté, le racisme institutionnel pratiqué par le gouvernement Gentiloni, notamment par son ministre de l'Intérieur, n'a fait que légitimer de manière implicite les tendances racistes «spontanées» ou organisées. Que l’on pense à la loi Minniti Orlando du 12 avril 2017 ( «Mesures d'urgence pour l'accélération des procédures relatives à la protection internationale et la lutte contre l'immigration clandestine ») et la loi Minniti du 18 avril de la même année ( « Dispositions urgentes relatives à la sécurité des villes ").

Sans parler de la délégitimation des ONG de la part du gouvernement, des accords avec les gangs criminels libyens et, last but not least, l'opération militaire au Niger, « Désert rouge », visant à endiguer l'afflux de réfugiés du sud vers les côtes libyennes, mais aussi, en réalité, à entrer en compétition avec le néocolonialisme français. Cette opération, officiellement annoncée en décembre 2017, mais divulguée dès le mois de mai de la même année, avait été approuvée implicitement par Di Maio, dans l'interview déjà citée avec Libero du 18 juin 2017.

Bref, l’aire raciste (voire fasciste) sort considérablement renforcée, en tout cas légitimée, par les résultats électoraux. En fait, la tentative de massacre de Macerata et le meurtre d'Idi Diene à Florence sont déjà des indices alarmants de l’air pestilentiel ambiant. D'autant plus que, dans une ville qui passe pour être ultra-civilisée, le meurtre de Diène est le troisième cas d'homicide raciste-fasciste en sept ans, après celui, en 2011, de Samb Modou et Diop Mor. Il semble que l’on assiste à une sorte de pogrome par étapes, qui cible les Sénégalais, à Florence, et les « noirs », plus généralement, comme dans le cas de Macerata.

Tout cela a in contenu qui renvoie à la structure de l'antisémitisme. Cette déclaration ne me semble pas hyperbolique : déjà en 1991 Etienne Balibar soutenait que « le néoracisme peut être considéré, d'un point de vue formel, comme un antisémitisme généralisé. » Cela se reflète dans l'une des analogies avec l'antisémitisme: les trois cas de Florence, surtout, montrent que pour être acceptés, il ne suffit pas d'être « intégrés » (comme on dit, entendant par là, en fait, « assimilés »). À Florence, la communauté d'origine sénégalaise est parmi les plus organisées, les plus enracinées, les plus actives et conscientes politiquement. Tant et si bien qu'elle a donné des dirigeants politiques comme Pape Diaw, , conseiller municipal de centre gauche pendant cinq ans, puis candidat au Sénat. Donc, on peut se demander si ce n'est pas pour cela que, dans cette ville les Sénégalais sont la cible de la violence raciste-fasciste.

Pour revenir au sujet principal et à la question des tendances racistes « spontanées »: le triomphe des 5-Étoiles et l'excellent résultat électoral de la Ligue sont aussi (mais pas seulement) le fruit de ce qui, à la suite de Hans Magnus Enzensberger, peut être défini comme la socialisation de la rancoeur. Alimenté par le sentiment d'incertitude et de frustration, d'impuissance et de perte face aux changements dans la société et en particulier à la crise économique, ainsi que sociale et identitaire, ce sentiment se retourne contre les boucs émissaires les plus faciles : les migrants et réfugiés, sans parler des Roms, Sinti et gens du voyage.

Les derniers résultats électoraux montrent qu’il s’agit d’un processus à long terme, et non de manifestations éphémères de ce qu'on appelle improprement « guerre entre les pauvres ». À Gorino, le village des barricades contre les demandeurs d'asile, la Ligue recueille 43% des voix et la candidate de la coalition de droite 68%. À Macerata, si le M5S obtient 31,8%, la coalition de droite atteint 37,9% et, en son sein, le parti recueillent le plus de voix est la Ligue.

Le premier facteur qui a favorisé ce processus, c’est la politique du Parti démocratique , mais aussi l’inaction de la gauche dite radicale qui a délaissé ce que l'on appelait autrefois « le travail de masse », avec pour conséquence l'abandon des banlieues, pas seulement en milieu urbain, à l’ hégémonie des ligueurs ou au travail de CasaPound et de Forza Nuova. Ajoutons que la gauche politique - je ne parle pas des associations et mouvements - a été réticente à attribuer un rôle stratégique dans la lutte contre la discrimination, le racisme etla politiques migranticide de l'UE. Elle n'a pas non plus fait grand-chose pour surmonter un trait typique de la situation italienne: l'apartheid politique, à quelques exceptions près, des personnes d'origine immigrée; et, par conséquent, le fait que, par exemple, cela ne provoque pas de scandale ou ne fait pas honte que des assemblées nationales soient de façon homogène « blanches » et « autochtones ».

Si l’on considère la défaite électorale de l’entièreté de la gauche et de l’ex- gauche et la crise profonde de la démocratie représentative, il n'est pas trop hasardeux d'évoquer, comme le fait Roberto Esposito, les dernières années dramatiques de la République de Weimar. Bien sûr, comme il le souligne, les contextes internes et internationaux sont incomparables. Pourtant, il y a un trait commun: «l'effondrement de la politique, qui n'est plus capable d'arbitrer les conflits par la représentation de valeurs et d’intérêts collectifs».

Di Maio e Salvini

Le tandem "gagnant": Luigi Di Maio, M5S (à g.) et Matteo Salvini, Ligue (anciennement Ligue du Nord popur l'indépendance de la Padanie)

Annamaria Rivera

Original: L'Italia dopo il 4 marzo e il rischio razzismo

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 29 mars 2018


 

 
Plus d'articles :

» Thanatopolitique et négation du racisme

Les mesures migranticides du gouvernement italien actuel et de Salvini en particulier ont fait à ce jour au moins 450 victimes. Je fais évidemment référence à la guerre ouverte et sans scrupules menée contre les ONG qui mènent des opérations...

» "Souveraineté" vis-à-vis de Bruxelles, pas de Washington : Steve Bannon soutient les nationaux-populistes italiens

Steve Bannon -l'ex stratège de Donald Trump, théoricien du national-populisme- a fait part de son soutien enthousiaste à l’alliance  Ligue-5 Étoiles pour “le gouvernement du changement” en Italie. Dans une interview (Sky TG24, 26 mai)...

» Ridi Pagliaccio: naissance d’un monstre à deux têtes, SalviMaio

ItalietaLa politique italienne est un panier de crabes, un nœud de vipères, offrant à toute heure des scènes dignes de Plaute, Goldoni et Dario Fo réunis. Il faudrait un Brecht pour faire mieux. Pour qui suit le spectacle – de près ou de...

» LigoLand italiote

La kermesse politico-chantante italienne de 2018 est terminée. Suivant l'exemple réussi du duo Meta-Moro, qui a gagné cette année à Sanremo avec une chanson qui n’était pas inédite, tous les participants ont présenté des chansons déjà...

» Le terrorisme italiote et ses complices: Macerata et au-delà

Comme certains l'ont écrit lucidement, la tentative de massacre de Macerata, de type définitivement raciste et nazifasciste, est en réalité un acte terroriste: s'il est vrai que le terrorisme vise des victimes innocentes, crée une atmosphère...

» L'affaire Fontana et le néo-racisme à l'italienne

Le débat qui a suivi la connerie raciste sur le risque d'extinction de la « race blanche », éructée par Attilio Fontana, candidat du centre-droit* en Lombardie, met en évidence une tendance à occulter les antécédents et le caractère...

» La leçon de Françoise Héritier, anthropologue et féministe

Dans la nuit du 14 au 15 novembre, jour de son anniversaire (elle aurait eu 84 ans), Françoise Héritier, une grande ethnologue, anthropologue et féministe, est morte à Paris. Malgré son âge avancé et surtout une maladie invalidante grave,...

» Contre la banalité du mal et de l'impunité, la reconstruction d'une mémoire: C’était un jour ordinaire, de Lorenzo Guadagnucci

Le 10 novembre, à Avenza, un hameau de Carrare, aura lieu une sobre cérémonie pour dédier un jardin public à la mémoire d’Elena Guadagnucci, née dans ce village: elle fut l’une d'au moins 393 victimes du massacre de Sant'Anna di Stazzema,...

» Gênes, Italie, juillet 2001, la torture en marge du G8. Où le chef de la police italienne admet en 2017 ce qu’il ne fallait pas dire avant

La presse unanime et soudain débloquée (20 juillet 2017) : « G8 à Gênes : des manifestants ont été torturés, admet le chef de la police italienne ».En 2003, j’ai publié aux éditions Le Temps des cerises, un...

» Lettre de démission du secrétariat exécutif de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale

Lettre de démission de la secrétaire exécutive de la CESAO (Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale) Rima Khalaf, en réponse à la demande formelle du secrétaire général des Nations Unies que la CESAO retire de son site...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui16176
mod_vvisit_counterHier19876
mod_vvisit_counterCette semaine111650
mod_vvisit_countersemaine précedente77328
mod_vvisit_counterCe-mois-ci193855
mod_vvisit_countermois précedent467347

We have: 503 guests online
Ton IP: 54.196.42.8
 , 
Aujourd'hui: 17 Auo 2018