REDHER - La pluma


Comment les Corses ont failli devenir des cobayes du colonialisme nucléaire français, avant d'être remplacés par les Algériens et les Polynésiens

Envoyer Imprimer PDF

aut_5189BisA l’époque où la France fait exploser sa première bombe dans le désert saharien, le 13 février 1960, il eût été indécent de plaisanter sur les mérites de cette bombinette ou de rigoler sur cette force de frappe en devenir. Le 13 février 1960, plus de 6.000 personnes sont mobilisées au Centre saharien d’expérimentation militaire pour l’opération ‘Gerboise bleue’. Tous les avions survolant l’Afrique reçurent l’ordre de s’écarter d’une zone située au-dessus du désert du Tanezrouft, quelque part en plein cœur du Sahara. La bombe, d’une puissance de 70 kilotonnes (soit quatre fois Hiroshima) est perchée sur une tour de 100 mètres de hauteur.

explosion-de-la-premiere-bombe-atomique-francaisebombe-atomique-francaise-

Gerboise Bleue intervient 15 ans après Hiroshima certes, mais 5 ans seulement après que la décision de faire une bombe atomique en France a été prise, en l'occurrence par Pierre Mendès-France. C'est Guy Mollet qui confirmera cette décision en 1956, très échaudé par l'humiliation de Suez…Avec cet essai aérien, et le fameux ‘Hourrah pour la France’ exprimé avec fierté et arrogance par le Général de Gaulle, la France entre dans le club des puissances nucléaires, alors que l’aventure atomique française est déjà bien entamée. 

 

Les retombées du premier essai nucléaire de Reggane

A la recherche d'un site d'essais nucléaires

Trois mois jour pour jour après le premier essai en Algérie française, les pachas du nucléaire ne sont guère rassurés et les tractations avant les accords d’Evian ne présagent rien de simple. Après tout, nous sommes en 1960, c’est (encore) la guerre d’Algérie. Dans les négociations en vue d’y mettre fin, de Gaulle exige que le Centre de Reggane reste à la disposition de la France jusqu’à la fin des expériences dans cette région. Nul ne se doute des conséquences à long terme de ce choix. Mais certains veulent penser à un plan B, une solution de rechange au cas où les autorités d’Alger refusent que le Sahara demeure une base d’entraînement. 

Le  Capu di l'Argentella (813 m) dans le Massif du Monte Cintu (Monte Cinto)

Pierre Guillaumat, ex-ministre des Armées et son compère Francis Perrin, haut-commissaire à l’énergie atomique, (CEA) se rendent donc en mission à Ajaccio le 14 avril 1960. Objectif : prospecter le désert des Agriates, et surtout le massif de l’Argentella (entre Calvi et Galeria), qui serait, aux yeux de nos experts avertis, un endroit propice pour mener des expérimentations nucléaires souterraines.

Pourquoi ce massif ? Parce que c’est là, dit-on en haut lieu, que la qualité des roches et le volume du massif permettent d’absorber dans des conditions réelles de sécurité, des explosions de faible importance, chimiques et/ou nucléaires. A destination des sceptiques, il est précisé que si un tel projet devait voir le jour, aucune retombée radioactive ne serait à craindre : par suite de la fusion et de la vitrification de la roche, le centre de l’explosion deviendrait une cloche hermétiquement close. Pierre Guillaumat va tenter de convaincre. Il explique aux Corses en substance : "Ayez confiance ! Ni vous ni votre terre n'avez absolument quoi que ce soit à craindre de telles expérimentations, Les effets sonores de ces explosions seront comparables à ceux d'une mine pour l'ouverture d'une route. L'évacuation des villages voisins ne sera pas nécessaire, ces essais ne seront pas tributaires des conditions météorologiques (puisque souterrains) et aucune retombée radioactive ne sera à craindre du fait de la fusion et la vitrification de la roche...".

Résultat de recherche d'images pour

Mais le plan qu'a prévu le CEA pour la Corse, en attendant la mise à disposition par les autorités d’Alger des montagnes d’Inn Ekker (jusqu’en 1964) n’est pas accueilli comme prévu. A Ajaccio, Bastia, Corte, les rumeurs plutôt explosives font jaser dans les chaumières. Dès le 20 avril, des comités de défense contre ce projet se constituent. Élus, responsables syndicaux et représentants du monde associatif appellent à la mobilisation. Le Premier ministre de l’époque, Michel Debré est assailli de courriers. Le 23 avril, Debré va se surpasser : le nucléocrate explique alors que ces essais atomiques ne présenteraient de  danger pour aucun être vivant. D’ailleurs, précise-t-il à destination des Corses, ces tests ‘forcément inoffensifs’ seraient pratiqués par intermittence, uniquement de novembre à avril, soit… hors saison touristique. ( !).

Une communication qui ne rassure personne et qui permet aux Corses de penser qu’on les prend vraiment pour des cons. Le 28 avril, la population de Balagne se rassemble devant la sous-préfecture de Calvi pour manifester son refus. Lors d’un autre rassemblement populaire organisé à Ponte-Novo, le 2 mai, le préfet de Corse Bernard Vaugon tente de calmer le jeu : il précise que le gouvernement à Paris n’a encore rien décidé. Le 6 mai, des mots d’ordre de grève sont lancés dans l’île de Beauté par plusieurs corporations. Le Premier ministre commence à faire machine arrière. Pour montrer que les Corses n’ont pas du tout l’intention de se faire rouler dans l’uranium enrichi et servir de cobayes nucléaires pour la force de frappe, le Conseil général de Corse adopte une résolution à l’unanimité (le 21 mai).

 

Il faudra attendre le 4 juin pour apprendre par la voix du Premier ministre que le projet d’implantation dans le massif de l’Argentella d’un centre souterrain d’expérimentation nucléaire est abandonné et que les Corses n’auraient pas eu de motifs valables d’inquiétude puisque tout ceci est resté au 'stade des études'. La réalité est moins simpliste : alors qu’une manifestation est programmée sur le site même de l’Argentella le 14 juin, le gouvernement fait savoir dans un communiqué laconique que les techniciens chargés d’étudier (sur place) les conditions d’implantation de la base, ont quitté la Corse.

Forte du soutien de nombreuses personnalités politiques non-corses (dont Gaston Deferre, le maire de Marseille) et scientifiques (parmi lesquelles le Commandant Jacques-Yves Cousteau), la mobilisation se poursuit, jusqu'à ce que le gouvernement de Michel Debré finisse par jeter l'éponge, trois semaines (jour pour jour) après l'annonce faite à Ajaccio par le ministre Pierre Guillaumat.

Le départ des amoureux de l’atome va coïncider avec d’autres tractations sur des îles plus lointaines, (officiellement) moins rebelles, dans le Pacifique Sud…où il sera d’ailleurs difficile de minimiser les effets

P.S. : Des montagnes et des montagnes d'efforts ont été soulevées pour re-expérimenter la bombe, ailleurs qu'à Reggane ou Ammoudia (où furent menés les 4 premiers essais) et procéder aux essais ultérieurs dans des tunnels à In-Ekker. Les essais atmosphériques étant interdits depuis 1963, date de la signature du PTBT (Partial Test Ben Treaty), il était logique que la France se sente liée par ces accords internationaux, même si l'essai de 1960 représentait une violation du moratoire que s'imposaient Moscou et Washington. En attendant de reprendre des essais atmosphériques dans le Pacifique-Sud, les autorités à Paris ont refusé de démanteler, nettoyer et décontaminer les sites algériens qu'elles avaient fini par restituer dès 1967 ; et acheté le silence de l’Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) qui n’a sorti son rapport sur la situation (et conseillé une clôture autour de la montagne) qu’en 2005 alors qu’il était prêt dès 1999.

Moruroa, mon amour

Moruroa mon amour, par HTJ

Ben Cramer

Source : Tlaxcala, le 16 février 2018


 
Plus d'articles :

» IVG : les femmes face à la culpabilisation

Plus eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» L'Algérie lance une enquête sur du blanchiment d'argent révélé par les Panama Papers

Le gouvernement algérien a lancé une enquête pour  blanchiment d'argent sur la base des informations révélées par l'enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) sur les Panama Papers.L'enquête, qui porte...

» Massacres d’enfants au Yémen : Diversion des Saoudiens contre le Canada

«Un eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Affaire Benalla : ce qui est choquant et inacceptable... L’exercice solitaire du pouvoir...et ses conséquences

Le eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Syrie : un menteur nommé Macron

C’est eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Loi sur les “fake news”: du monopole de la vérité au règne du mensonge

Cette eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» En cas de crise ou de guerre’ : Un Suédois averti en vaut deux

Entre eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Notre-Dame-des-Landes : « Nous, cinéastes, appelons à filmer et à défendre ce territoire qui bat et se bat »

Dans eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» La tragédie des cheminots : la signification profonde des grèves ferroviaires françaises

La eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Malgré les interventions policières et les commandos d’extrême-droite, le mouvement étudiant s’amplifie

Il eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){retur...
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5571
mod_vvisit_counterHier12444
mod_vvisit_counterCette semaine5571
mod_vvisit_countersemaine précedente86228
mod_vvisit_counterCe-mois-ci222218
mod_vvisit_countermois précedent332053

We have: 210 guests online
Ton IP: 54.198.205.153
 , 
Aujourd'hui: 23 Sep 2018