REDHER - La pluma


La Palestine brésilienne : liberté contre apartheid

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_5875BisJ’ai assisté à la première télévisée du documentaire “La Palestine brésilienne”, écrit et réalisé par le cinéaste et journaliste Omar L. de Barros Filho. Un travail tendre, pertinent, informatif et actuel, regorgeant de récits et de souvenirs émouvants de personnages qui se relaient avec autant d’agilité que d’habilité, donnant du rythme au film.

Centré sur la vie de familles palestiniennes résidant dans l’État du Rio Grande do Sul, avec des racines toujours très fortes en Palestine occupée, le documentaire met à jour l’abyssale différence entre les existences des immigrants de la diaspora et celles des parents et amis qui continuent à demeurer sur la terre natale. Il s’affirme comme un cri de liberté contre l’apartheid choquant qui frappe le peuple palestinien, soumis depuis des décennies à l’indifférence et aux préjugés d’une bonne partie du monde.

Il y a là une réflexion sur la distance incommensurable entre la guerre et la paix, la domination et la liberté, la haine et l’empathie, entre être et mourir, enfin sur l’éternel conflit entre la violence et la nature dans la condition humaine. Ici, au Brésil, l’accueil solidaire, tolérant et compréhensif. Le réveil quotidien sans la crainte de bombardements destructeurs de foyers et de familles. Ici, des vents qui soufflent vers la prospérité dans le commerce, les professions libérales, qui donnent la possibilité d’envoyer ses enfants à l’école et à l’université, avec un pas tranquille dans les rues loin des regards soupçonneux de militaires hargneux. Pas de préjugés hérissant des barrières, la “saudade” laisse place au droit de vivre en paix. Là-bas, en Palestine, c’est une autre histoire.

Le documentaire est poétique. Il laisse transparaître l’amabilité et l’exaspérante insistance de vies déterminées à retrouver le bonheur piétiné par l’outrage de l’invasion. Les images, les témoignages et les mémoires nous amènent à emprunter ces chemins de pierre usés par le temps. Ils nous rappellent ces lieux où le Christ, d’après l’histoire, a prêché l’amour, un sentiment renvoyé aux oubliettes par les oppresseurs. Ceux-là en ont pourtant déjà été victimes, mais ils en font payer le prix à ceux qui n’y sont pour rien. La caméra évolue au sein d’une indignation prégnante dans les murailles de ciment, où s’inscrivent avec ténacité des paroles pour la paix, contre la guerre et pour la liberté. Expression première, pressée d’un peuple qui s’acharne à résister à ceux pour qui le sacré n’est qu’un artifice.

Dans le presque désert où demeurent les Palestiniens, le vert se fait rare et se niche dans des arbres bas, faméliques, mais où ressortent les oliviers, dont les fruits garantissent le revenu et l’alimentation de milliers de familles. Mais même leur cueillette devient impossible en raison de normes abusives imposées par Israël mais aussi des actes des colons israéliens, qui s’y attaquent sans pitié. Cernées par les murs et les check-points, encore eux et toujours eux, les villes se dévoilent une à une, timides, inquiètes. Marchés colorés, dans un assemblage hétéroclite de toutes sortes de produits qui ne peut que ravir le spectateur, par la simplicité et la diversité de ceux que l’on y voit. Le film attrape des regards amoureux malgré les infortunes, des amitiés renforcées par leurs liens avec cette terre crucifiée.

“La Palestine brésilienne” est une incitation à la lutte contre la domination d’un peuple sur un autre, dans le désir d’égalité entre les citoyens du monde. La photographie, par des plans larges, permet au regard de parcourir les montagnes et les prés couleurs de sable. Les séquences en noir et blanc, tirées d’anciennes actualités cinématographiques, montrent, elles, une Palestine ancienne, traditionnelle, et reviennent sur les moments cruciaux de l’arrivée des sionistes occupants, amers souvenirs.


En contrepoint, les images en couleurs mettent en lumière la reconstruction de vies et de lieux. La tristesse ne masque pas la beauté des récits, de cette résistance tenace à l’exploitation et à l’injustice. La bande son enchante par la douce mélancolie qui nous inonde, nous entraînant dans un voyage simultanément réel et mystique. La délicatesse des instants révélés nous épargne les images tragiques de la Cisjordanie et de Gaza. Gaza, encerclée, constitue la scène la plus tendue où les Palestiniens mènent un combat de vie et de mort contre l’apartheid.

À la fin de la présentation du documentaire “La Palestine Brésilienne”, le Canal “Curta” a diffusé, juste après, un programme sur la vie de Nelson Mandela, qui n’a pas manqué de me rappeler les similitudes dans l’oppression subie par les Sud-Africains et les Palestiniens. J’espère qu’ils trouveront quelqu’un de la trempe de Mandela pour les aider à frayer la voie de la libération. Que l’esprit du leader inoubliable plane sur la Terre que l’on appelle Sainte qui, de droit divin ou pas, appartient à tous. Pour toutes ces raisons, je salue le scénariste et réalisateur Omar L. de Barros Filho pour cette œuvre supplémentaire d’inestimables valeurs artistiques et humanitaires.

Neusa Maria Pereira

Original: A Palestina brasileira: Liberdade x Apartheid

Traduit par Pedro da Nóbrega

Edité par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 22 janvier 2018


 
Plus d'articles :

» Un documentaire sur les liens entre Palestiniens au Brésil et dans leur pays occupé

Caractérisé par une forte diversité ethnique et culturelle, le Rio Grande do Sul abrite aujourd'hui des milliers d'immigrés palestiniens et leurs descendants. Les communautés issues de la Nakba -mot arabe signifiant catastrophe ou désastre-...

» 70 ans de Nakba, 25567 jours de soumoud

En ce 15 mai 2018, les Palestiniens commémorent le 70ème anniversaire de leur Nakba, la catastrophe que fut pour eux la proclamation de l’État d’Israël.

» Vivre par l’épée, pour Netanyahou, ça a payé (jusqu’ici)*

L’Iran a été publiquement humilié, les Palestiniens sont écrasés, et lundi ils seront piétinés en grande pompe lors de l’inauguration de l’ambassade des USA  à Jérusalem. Ces journées constituent une immense victoire pour...

» La Khansaa de Gaza : Nawal Abou Hajila pleure ses quatre fils tués par l’armée d’occupation

Nawal Abou Hajila, 58 ans, est connue sous le nom de Khansaa de Gaza, d’après une poétesse arabe du 7ème siècle qui a perdu quatre fils au combat.Quatre photos encadrées de quatre hommes sont accrochées au mur au milieu du salon de Nawal...

» Mutiler les corps pour mieux frapper les esprits

Une goutte de sueur glisse le long de sa tempe. Elle ne trahit aucune émotion : en ce printemps, la chaleur est déjà bien présente. L’esprit aux aguets, l’œil rivé au viseur, il a tout loisir de dévisager ceux qui composent la foule...

» Tueurs à gages israéliens en Malaisie

Un État qui envoie des escadrons de la mort à l’autre bout du monde n'est pas quelque chose dont on peut être fier. En fin de compte, il s’agit de tueurs à gages.Il y a environ deux mois, un certain incident a secoué le monde. Serguei...

» Ahmed Abou Hussein, deuxième journaliste palestinien assassiné par Israël depuis le début de la Grande Marche du Retour

Le journaliste palestinien Ahmed Abou Hussein, âgé de 24 ans, est mort des suites de ses blessures après avoir reçu une balle dans l’abdomen lors d’une manifestation le 13 avril.Ahmed Abou Hussein, un journaliste palestinien abattu par les...

» Pourquoi Israël se sent menacé par la résistance populaire en Palestine

Pourquoi Israël a-t-il assassiné de nombreux manifestants désarmés de Gaza et en a blessé plus de 2000 le vendredi 30 mars et les jours suivants, alors qu’ils ne représentaient clairement aucune menace pour les soldats israéliens ?Des...

» Génération Ahed : pourquoi la jeunesse palestinienne doit se libérer d'une double oppression

Alors que partout à travers le monde, des voix se lèvent pour exiger la libération d'Ahed Tamimi – une adolescente palestinienne de 17 ans – les autorités israéliennes ont arrêté neuf autres membres de sa famille.Parmi ceux qui le 26...

» Jour de la Terre : Israël commet un massacre dans le ghetto de Gaza

L’armée israélienne a assasiné 17 Palestiniens lors des manifestations à Gaza. Plus de 1 400 autres personnes ont été blessées par les forces israéliennes lors des manifestations exigeant le droit au retour des réfugiés palestiniens sur...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8507
mod_vvisit_counterHier16139
mod_vvisit_counterCette semaine8507
mod_vvisit_countersemaine précedente105317
mod_vvisit_counterCe-mois-ci520242
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 356 guests online
Ton IP: 54.159.85.193
 , 
Aujourd'hui: 27 Mai 2018