REDHER - La pluma


L’aéroport de Notre-Dame des Landes est mort? Vive la ZAD!

Envoyer Imprimer PDF

Capture_Maxime_Combes_et_Nicolas_HaeringerBisL’abandon du projet d’aéroport est une excellente nouvelle. Mais qu’il soit couplé à une évacuation (même partielle) de la ZAD n'est pas une décision acceptable. Défendre la ZAD après l'abandon du projet reste en effet essentiel. Par Maxime Combes et Nicolas Haeringer.

Le gouvernement vient d’annoncer qu’il renonçait définitivement au projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes. Dans le même temps, à la suite des propos du ministre de l’Intérieur, qui annonçait hier que la ZAD "serait évacuée de ses éléments les plus radicaux", il prépare une opération policière et militaire d’une ampleur inédite.

Manifestation_pour_la_victoire_des_opposants__Notre_Dame_des_LandesBis

Rassemblement national. Manifestation pour la victoire des opposants à Notre Dame des Landes à Ombrière du Vieux-Port, Marseille, le mercredi 18 janvier 18h. la ZAD & Attac

Bien sûr, l’abandon du projet d’aéroport est une excellente nouvelle. Mais qu’il soit couplé à une évacuation (même partielle) de la ZAD n'est pas une décision acceptable.

Renoncer à construire un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes est la victoire de l'ensemble du mouvement d'opposition à l'aéroport de Notre Dame des Landes : sans ce vaste mouvement de résistance, l’aéroport aurait déjà été construit.

Cette décision n’est pas le résultat d'une conversion soudaine d'Emmanuel Macron, d'Edouard Philippe et du gouvernement à la raison climatique, environnementale, sociale et économique dans leur vision de l'aménagement du territoire. Il s'agit d'un succès historique, construit au cours d'une mobilisation de plus de 40 ans, qui est parvenue à durer parce qu'elle a tour à tour articulé, alterné ou associé recours juridiques, contre-expertise citoyenne, mobilisations de masse, solidarité avec les paysan.ne.s, les syndicats de salarié.e.s (y compris du secteur de l'aviation), occupations légales, occupations illégales, résistance, préfiguration, etc.

L'occupation de la ZAD, par ses habitant.e.s historiques et, dans la dernière phase de la lutte (après l'échec de l'opération César), par de nombreuses et nombreux soutiens "extérieur.e.s" en est un élément décisif. Il n’y a donc pas bon.n.e.s opposant.e.s, fondé.e.s à rester et des éléments « radicaux » qu’il faudrait expulser, mais un mouvement, dont la force et la capacité à s’inscrire dans la (très) longue durée réside précisément dans sa diversité.

Depuis longtemps, ce qui se joue sur la ZAD dépasse en outre largement l'opposition au projet d'aéroport. Cette lutte se distingue en effet par sa capacité à re-situer le projet dans "son monde" - un monde dans lequel le béton l'emportait jusqu'alors irrémédiablement sur les tritons. Il n’est depuis longtemps plus question d’une approche de type « pas dans mon jardin », mais d’un élargissement des perspectives, questionnant les fondements même de la décision de construire un nouvel aéroport, plutôt que de se centrer sur le seul choix du lieu.

Le gouvernement a préparé l'opinion publique, via des ficelles aussi grosses qu'éculées - mais malheureusement encore très efficaces, comme en témoignent les nombreux publi-reportages en faveur d'une intervention policière publiés dans la presse - à l'exercice de la force brutale contre la ZAD. Le déploiement de blindés, de plusieurs milliers de policier.e.s, de gendarmes (voire de l'armée), et les drames humains qu'il ne manquera pas d'entraîner de tous côtés, a besoin de ce mythe d'un "ennemi intérieur", d'un "kyste" (comme le disait alors Manuel Valls).

Ce qui se joue sur la ZAD devrait pourtant intéresser au plus haut point un gouvernement et un président de la République qui ne cessent de discourir sur l'impératif climatique. Agir face à la catastrophe qui vient implique en effet de créer de nouvelles articulations entre le local et le global - y compris au niveau des politiques publiques. Penser les causes, les conséquences et les alternatives du réchauffement climatique, de l'extinction des espèces, du mal que nous avons collectivement et historiquement fait à ce monde à partir de territoires concrets : voici, sans doute, la nouvelle frontière de la politique.

La_Zad_a_vaincu_SebamarchalBis

Image Sébastien Marchal  @SebaMarchal

La ZAD de Notre-Dame des Landes apparaît alors, dans sa beauté fragile, dans ses errements, ses bégaiements, dans ses balbutiements autant que dans ses accomplissements, dans son architecture en dentelle, dans ses ajustements permanents, comme un lieu splendide, un territoire unique, à partir duquel penser ce que signifie vivre ensemble au temps des catastrophes, à imaginer et créer des formes nouvelles d'associations entre humain.e.s et non-humain.e.s ; à revoir complètement la hiérarchie des causes et des conséquences et de trouver des manières de prendre en compte l'intégrité des êtres vivants non-doués de parole.

Les opposant.e.s au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'ont cessé de tenter d'apporter des réponses à ce défi, en recensant l'ensemble des espèces menacées par le projet, en mettant en avant le déséquilibre total du rapport de force entre béton et tritons et en créant des agencements subtiles entre les différents usages (et les différents usagers, humain.e.s comme non-humain.e.s) de la ZAD. La nature n'y apparaît plus comme un espace neutre, que des élus peuvent décider d'aménager à leur guise et qu'il est possible de reconstituer quelques kilomètres plus loin, par le truchement de la compensation biodiversité ; pas plus qu'elle n'est un élément externe que des militant.e.s peuvent défendre depuis une position surplombante – un glissement dont rend compte si superbement le slogan "nous ne défendons pas la nature, nous saommes la nature qui se défend".

Depuis la ZAD s’inventent et s’expérimentent des réponses à des questions aussi essentielles pour notre avenir commun que : comment vivre, comment penser, comme s’aimer, comment s’opposer, comment construire, comment détruire, comment rêver, comme tester, comment tâtonner, comment faire société. Bref : comment rester (ou redevenir) humain.e.s dans un monde qui s'approche de plus en plus du chaos ? Parcourir un chemin de la ZAD, se baigner dans l'un de ses étangs ou de ses lacs, y habiter, y aimer, y rêver, y cultiver un champ, est un acte fort, préfigurant ce à quoi pourrait ressembler un futur libéré de l'horizon dystopique dont nous nous approchons à grand pas.

Aujourd'hui, plus que jamais, il est donc essentiel de défendre la ZAD.

Maxime Combes  et  Nicolas Haeringer

@MaximCombes        @nicohaeringer

Source :  Le blog de Nicolas Haeringer, le 17 janvier 2017

Traductions disponibles : Español 

A lire aussi:

Communiqué commun du mouvement anti-aéroport, suite à la décision du gouvernement

le CP des opposants à l'aéroport

le CP d'Attac France


 

 

 

 
Plus d'articles :

» Comment les Corses ont failli devenir des cobayes du colonialisme nucléaire français, avant d'être remplacés par les Algériens et les Polynésiens

A l’époque où la France fait exploser sa première bombe dans le désert saharien, le 13 février 1960, il eût été indécent de plaisanter sur les mérites de cette bombinette ou de rigoler sur cette force de frappe en devenir. Le 13 février...

» Six Huit : mémoires d’une année en révolution (1)

Non, 50 ans après, je ne regrette rien. Je n’ai ni volé, ni tué, ni violé, ni menti. Et je crois n’avoir jamais trahi, ni nos idées et rêves, ni mes camarades. Tous ceux de mon âge ne peuvent pas en dire autant. Mais avant toute chose,...

» « Quand j’ai entendu l’expression"délit d’hospitalité"… »

Le 21 décembre 1996, le théâtre des Amandiers de Nanterre accueillait une soirée de solidarité avec les sans-papiers organisée par le collectif des Hauts-de-Seine et la coordination nationale des sans-papiers. Au cours de cette soirée,...

» Emmanuel Macron : le libéralisme autoritaire

« Un vrai libéral ». Voilà comment la sphère médiatique a décrit et consacré Emmanuel Macron dans sa phase d’accession au pouvoir. Cela signifiait : il appliquera une politique économique d’inspiration patronale mais il sera...

» Centre Pénitentiaire de Marseille : des conditions de détention dégradantes et inhumaines persistantes; Rapport d'enquête

En mai 2017, Confluences, ONG pour la promotion et la défense des droits humains basée en France, a été contactée par des familles de personnes détenues au Centre Pénitentiaire des Baumettes à Marseille, au sujet des conditions de détention...

» Russia Today et Le Média : les « grandes menaces » pour la macronie

Le pouvoir jupitero-macroniste fait de l’humour sans le savoir : il souhaite renvoyer tous les citoyens français en classe de Terminale de Philo ! Ces individus, qui pour la plupart relèvent de la « France d’en-bas »,...

» Ni bons ni mauvais: réponse à ceux qui voudraient instrumentaliser l’histoire de l’immigration portugaise en France

Bidonville de Champigny : « Nous nous opposons à l’instrumentalisation de notre histoire et de nos mémoires »Opposer les « bons » immigrés portugais et les « mauvais » Arabes à l’occasion des...

» Jacques Sapir : "Mon carnet suscitait la jalousie de certains collègues"

Le blog de Jacques Sapir a été suspendu. L’Universitaire et expert de la Russie est accusé d’en avoir fait une « tribune politique partisane ». Depuis, internautes et universitaires se mobilisent. Cela va-t-il porter ses fruits ?« Il faut...

» Quand la liberté s’éteint en silence :L'état d'urgence entre dans le droit commun français

Parti prisL’Assemblée nationale a adopté, mardi 3 octobre, le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. En faisant entrer dans le droit commun l’état d’urgence, une majorité de députés,...

» En France, l'Elysée et la droite soutiennent Rajoy, la gauche est plus divisée

La droite comme le gouvernement ont redit lundi leur soutien au président du gouvernement espagnol dans son bras de fer contre les indépendantistes catalans, en dépit des violences policières observées dimanche. À gauche, le vieux fond jacobin...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4953
mod_vvisit_counterHier20228
mod_vvisit_counterCette semaine25181
mod_vvisit_countersemaine précedente126310
mod_vvisit_counterCe-mois-ci382233
mod_vvisit_countermois précedent537187

We have: 332 guests online
Ton IP: 54.92.197.82
 , 
Aujourd'hui: 19 Fév 2018