REDHER - La pluma


En Amérique latine, la droite avance… pour l’instant

Envoyer Imprimer PDF

Andres_Mora_RamirezBisL’année qui s’est achevée nous a léguée divers évènements politiques qui, fort probablement, constitueront un point d’inflexion ou même de non-retour dans ce qui a été appelé le « virage progressiste » en Amérique latine.

La tendance qui se dessinait depuis quelques années déjà, à savoir le repli des gauches provoqué par un ensemble de processus et des facteurs internes et externes, est finalement devenue réalité, compte tenu du nouveau rapport de forces mis en évidence par les résultats électoraux en 2017. Ces derniers confirment la progression d’une droite qui, sans rien céder de son caractère anti-démocratique et soutenue par des groupes médiatiques hégémoniques, a été suffisamment habile pour réussir à retourner le cours de ses défaites, à affiner ses tactiques et stratégies de lutte – parfois « sales » avec les coups d’Etat parlementaires par exemple – et reconquérir ainsi des pays vitaux, tels que l’Argentine et le Brésil.

America_latina_la_derecha_avanza

En Equateur, la victoire de Lenin Moreno en avril dernier et sa prise de distance presque immédiate avec le cercle d’influence de l’ancien président Rafael Correa ont fini par fracturer le mouvement Alianza País (Alliance pays) et remettre en cause la continuité de la Révolution citoyenne et avec elle, la pérennité des avancées politiques, sociales et économiques. L’incertitude grandit à propos du rôle que va jouer ce pays dans la difficile conjoncture latino-américaine, ainsi que sur son apport spécifique au système d’alliances instauré par Correa depuis 2006, plus précisément avec l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba).

En Argentine, le gouvernement de Mauricio Macri est sorti renforcé des élections législatives du 22 octobre 2017. Cette victoire lui a donné de la force pour approfondir sa politique néolibérale et mettre en place des plans d’austérité, favoriser les secteurs les plus puissants, réprimer le mécontentement citoyen et persécuter systématiquement les dirigeants politiques et sociaux de l’opposition.

Au Chili, Macri et Michel Temer (président non élu du Brésil) trouveront avec Sebastián Piñera, le président – héritier du pinochetisme – récemment élu pour la deuxième fois, un allié pour approfondir la restauration néolibérale.

Parallèlement, la scandaleuse fraude perpétrée au Honduras en novembre 2017, que même l’OEA (Organisation des Etats américains) dirigée par Luis Almagro n’a pu dissimuler, et la vague de répression ordonnée par le président Juan Orlando Hernandez qui s’en est suivie – qui ne fait que poursuivre la répression initiée avec le coup d’Etat de 2009 – mettent en évidence le catalogue des actions que les droites rétrogrades qui se démultiplient sur le continent sont prêtes à déployer.

Dans ce cadre désolé, le cas du Venezuela surprend le monde et alimente l’espoir que tout n’est pas perdu. Cette année, probablement la plus difficile pour la Révolution bolivarienne, le chavisme s’est imposé lors des scrutins électoraux organisés entre juillet et décembre (Assemblée nationale constituante, élections des gouverneurs et des maires) ; il a mobilisé un nombre de voix supérieur à ses niveaux historiques de soutien et réussi à désarticuler le bras politique de l’interventionnisme impérialiste, organisé autour de la MUD (Mesa de Unidad Démocratica, Table de l’unité démocratique).

Cerné par le harcèlement diplomatique et la guerre économique lancée par les Etats-Unis, faisant face aux milliers d’obstacles provenant, d’une part, de la corruption installée dans des entreprises d’Etat telles que Pdvsa (Petróleos de Venezuela SA), et d’autre part, des chemins non encore consolidés de la construction du socialisme et des erreurs commises dans la gestion gouvernementale, le président Nicolas Maduro est confronté à plusieurs défis. Il doit œuvrer pour des changements d’orientation, notamment en matière de politique économique et monétaire, première priorité du moment. Il doit également favoriser toujours plus la participation populaire dans tous les domaines et combattre la corruption sans relâche – comme promis par le nouveau procureur général, Tarek William Saab. De tout ceci dépend la survie de la Révolution bolivarienne.

Rien ne sera semblable à ce que nous avons vécu ces vingt dernières années dans la région, années de recherches, de luttes, de défaites et de victoires. Ce que les mouvements sociaux et les organisations politiques de gauche feront dorénavant devra être qualitativement différent et meilleur, pour tirer les leçons des évènements et pour mieux comprendre les horizons nouveaux de l’émancipation qui se profilent dans la complexité du système global de notre temps. C’est ce qu’exige l’humanité.

Aujourd’hui, la restauration néolibérale, promue par la droite affranchie des masques et des manières démocratiques, nous propose un horizon de régressions, de violences, de douleurs et de fractures sociales inévitables. Mais seulement « pour l’instant », pour reprendre la formule passée à l’histoire du commandant Hugo Chávez. Parce que les peuples ont toujours le dernier mot et qu’ils sauront arrêter, au bon moment, les élans de ces « insectes nuisibles qui rongent jusqu’à l’os la patrie qui les nourri », comme l’a écrit il y a plus d’un siècle José Martí.

Andrés Mora Ramírez

Original : América Latina : La derecha avanza… por ahora

Traduit par Rosa Gutierrez

Souce: Mémoire de luttes, le 9 janvier 2018


 
Plus d'articles :

» 2018: La contre-révolution libérale règne à Quito

Deux arguments qui ont contribué, au niveau mondial, à montrer sous un jour positif la « Révolution Citoyenne » en Équateur, ont été  les décisions du président Rafael Correa et de son gouvernement d’octroyer l’asile...

» Nicolas Maduro trace les six lignes d’action de la nouvelle étape de la révolution bolivarienne

« Nous devons opérer un changement radical, une rectification en profondeur, et un profond réapprentissage. Nous ne faisons pas les choses correctement et nous devons changer ce pays » a déclaré Nicolas Maduro devant la plénière...

» Après la « fin de l’histoire », la « démocratie illibérale »

La puissance des think tanks américains peut se mesurer à leur capacité de production des idées qui structureront le débat public international, ainsi que de la promotion des personnages qui les incarneront. L’un des cas les plus...

» Brésil : le PSOL de Marielle, histoire d’un parti de gauche

Pendant quinze jours, les journaux et télévisions européens ont braqué leurs projecteurs sur le Brésil, pour commenter l’assassinat de Marielle Franco, une militante du PSOL, qui était devenue, à Rio de Janeiro, le symbole de la lutte pour...

» Le “racisme scientifique” est de retour, et il n’est pas vraiment bienvenu !

Ses partisans prétendent défendre des vérités dérangeantes, mais la « science des races » est toujours aussi bidon.Un des phénomènes les plus étonnants de notre époque  est qu'une « discipline scientifique »...

» Elections italiennes : une nouvelle jacquerie démocratique (Video)

Avec le journaliste Romaric Godin et Christophe Ventura, cette première de «  », une émission proposée par le site d’opinion Le Vent se Lève, décrypte les résultats des élections générales du 4 mars 2018.

» Les médias de Blanc bonnet, Bonnet blanc, Dupont et Dupond

J’ai nommé Eric Brunet, Laurent Neumann, Jean-Jacques Bourdin et Christophe Deloire (RSF) qu’on va garder pour la fin.Laurent Neumann anime un débat (sic) quotidien avec Éric Brunet à 7 h 50 dans Bourdin and Co, sur RMC. On l’entend aussi...

» 8 Mars: Ya encore combien ?

Quand ma fille Irene avait 11 ans, nous avons passé quelques mois à Iruña. Chaque matin, nous allions à pied de la maison de ma mère à La Milagrosa jusqu'à la Société Anaitasuna, dans le quartier de San Juan. En chemin, toutes les cinq...

» La candidature de Marichuy au Mexique: une campagne pour faire éclore cent fleurs rebelles

Les zapatistes avaient créé la surpris en proposant une candidate indépendante à la présidence du Mexique : María de Jesús Patricio Martínez, dite Marichuy. Cette femme, une indigène Nahua, a assumé avec le Conseil du Gouvernement...

» Les incohérences du "Groupe de Lima" sur le Venezuela

Le Groupe de Lima*, qui réunit plusieurs gouvernements néo-libéraux dans l'orbite des USA , vient d’exprimer son refus absolu de la décision du Venezuela d’organiser l'élection présidentielle le 22 avril 2018. Or cette date, selon les...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui12344
mod_vvisit_counterHier11115
mod_vvisit_counterCette semaine12344
mod_vvisit_countersemaine précedente101980
mod_vvisit_counterCe-mois-ci338355
mod_vvisit_countermois précedent485122

We have: 200 guests online
Ton IP: 54.224.103.239
 , 
Aujourd'hui: 22 Juil 2018