REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


Je hais le Nouvel An

Envoyer Imprimer PDF

aut_5839BisChaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c’est pour moi la nouvelle année.

C’est pourquoi je hais ces nouvel an à échéance fixe qui font de la vie et de l’esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l’exercice à venir. Ils font perdre le sens de la continuité de la vie et de l’esprit. On finit par croire sérieusement que d’une année à l’autre existe une solution de continuité et que commence une nouvelle histoire, on fait des résolutions et l’on regrette ses erreurs etc. etc. C’est un travers des dates en général.

On dit que la chronologie est l’ossature de l’Histoire; on peut l’admettre. Mais il faut admettre aussi qu’il y a quatre ou cinq dates fondamentales que toute personne bien élevée conserve fichée dans un coin de son cerveau et qui ont joué de vilains tours à l’Histoire. Elles aussi sont des nouvel an. Le nouvel an de l’Histoire romaine, ou du Moyen Âge, ou de l’Époque moderne. Et elles sont devenues tellement envahissantes et fossilisantes que nous nous surprenons nous-mêmes à penser quelquefois que la vie en Italie a commencé en 752, et que 1490 ou 1492 sont comme des montagnes que l’humanité a franchies d’un seul coup en se retrouvant dans un nouveau monde, en entrant dans une nouvelle vie. Ainsi la  date devient un obstacle, un parapet qui empêche de voir que l’histoire continue de se dérouler avec la même ligne fondamentale et inchangée, sans arrêts brusques, comme lorsque au cinéma la pellicule se déchire et laisse place à un intervalle de lumière éblouissante.

Voilà pourquoi je déteste le nouvel an. Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle. Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour. Aucun jour prévu pour le repos. Les pauses je les choisis moi-même, quand je me sens ivre de vie intense et que je veux faire un plongeon dans l’animalité pour en retirer une vigueur nouvelle. Pas de ronds-de-cuir spirituels. Chaque heure de ma vie je la voudrais neuve, fût-ce en la rattachant à celles déjà parcourues. Pas de jour de jubilation aux rimes obligées collectives, à partager avec des étrangers qui ne m’intéressent pas. Parce que les grands-parents de nos grands-parents etc. ont jubilé, nous devrions nous aussi ressentir le besoin de la jubilation. Tout cela est écœurant.

C'est aussi pour cette raison que j'attends le socialisme . Parce qu'il jettera à la décharge toutes ces dates qui n'ont plus de résonance dans notre esprit et, s'il en créera d'autres, ce seront au moins les nôtres, et non celles que nous devons accepter sans bénéfice d'inventaire de nos stupidissimes ancêtres idiots.

Avanti!, édition de Turin, rubrique « Sotto la Mole », 1er janvier 1916

Antonio Gramsci (1891-1937)

Original: Odio il Capodanno

Trauit par Olivier Favier

Traductions disponibles : Español  Deutsch 

Source : Tlaxcala, le 1 janvier 2018


 
Plus d'articles :

» Antonio Gramsci et la bataille contre le fascisme

Intervention d’ouverture du Forum de gauche de New York du 2 juin 2017 sur L’importance de Gramsci pour la gauche aujourd’huiAntonio Gramsci écrivit ses à une époque assez peu différente de la nôtre. Les partis politiques dirigés par la...

» La révolution tunisienne au regard de Gramsci

Intervention au séminaire « Le retour de Gramsci » organisé par la FSJEG (Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion) de Jendouba et la Fondation Rosa Luxemburg, pour commémorer le 80ème anniversaire de la...

» Avec Trump, nous allons tous mourir

Écrivain et réalisateur, Abdellah Taïa vient de publier “Celui qui est digne d’être aimé” au Seuil. Dans cette tribune, il exprime son angoisse face à un Occident qui perd la tête.C’est irréel. C’est tragique. Parfois, c’est...

» Bolívar, Garibaldi et Gramsci: émancipation et révolution

Intervention d'ouverture du symposium Liberté et révolution : Bolívar, Garibaldi et Gramsci, Caracas, 17 juillet 2007

» Aziz Krichen :"Gramsci aurait énormément de choses à dire, non seulement aux Tunisiens, mais au monde entier"

Le sociologue et économiste tunisien Aziz Krichen, auteur du livre un bilan de la première phase de l'ère post-Ben Ali qui trace des pistes pour une poursuite de la démocratisation, et du remarquable article , a bien voulu répondre à nos...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3795
mod_vvisit_counterHier12226
mod_vvisit_counterCette semaine16021
mod_vvisit_countersemaine précedente135171
mod_vvisit_counterCe-mois-ci328138
mod_vvisit_countermois précedent516910

We have: 186 guests online
Ton IP: 54.234.45.10
 , 
Aujourd'hui: 22 Jan 2018