REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


Le Venezuela au cœur de l’agenda latino-américain et international

Envoyer Imprimer PDF

Le Venezuela anime l’agenda médiatique international. Crise économique, feuilleton du « défaut partiel » sur la dette souveraine, confrontations entre le gouvernement et l’opposition, retour en force électoral du chavisme, sanctions financières des Etats-Unis et de l’Union européenne (armes), les sujets ne manquent pas pour que chaque jour, les médias dominants s’intéressent, non sans maltraitances, au pays de la Révolution bolivarienne.

Un aspect reste cependant moins étudié sur le plan géopolitique. En effet, une nouvelle reconfiguration des alliances régionales s’organise désormais à partir de la crise vénézuélienne. Un nouvel arc des alliances se constitue autour de l’Argentine, du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Pérou et du Mexique. Ce groupe concentre les pays clés de la région en matière économique et commerciale, d’intégration régionale (et de son devenir) et de relations avec les Etats-Unis et l’Union européenne, autres acteurs de poids dans la crise vénézuélienne. L’Argentine, solidement dirigée par Mauricio Macri (centre-droit) après sa nette victoire aux élections de mi-mandat (législatives et sénatoriales partielles) du 22 octobre, est le fer de lance de la coalition latino-américaine anti-Nicolas Maduro. Cette dernière a confirmé son engagement contre le gouvernement vénézuélien après les élections régionales du 15 octobre remportées par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) et le Grand pôle patriotique. Par une déclaration publique (17 octobre), le « Groupe de Lima », constitué des pays américains ne reconnaissant pas l’Assemblée nationale constituante (ANC) vénézuélienne et qualifiant le gouvernement de Caracas de « dictature » [1], dénonce « les actes d’intimidation, de manipulation et les irrégularités » du scrutin du 15 octobre.

Réunis le 27 octobre à Toronto (Canada), les pays membres de ce groupe informel ont actualisé leurs exigences en les articulant à celles du secteur dur de l’opposition vénézuélienne (libération des « prisonniers politiques », droit « d’assistance humanitaire », « condamnation des abus électoraux et demande de réforme du système électoral », « soutien à l’Assemblée nationale » – contre l’ANC). Ils ont également réaffirmé leur accord avec la position des Etats-Unis dans le dossier. Toutefois, contrairement à Washington, ils demandent la médiation du secrétaire général des Nations unies António Guterres dans le conflit.

Ces pays appuient également les positions de l’Union européenne (UE). Cette dernière, dans le sillage des sanctions financières décidées par les Etats-Unis, a mis en place des « mesures restrictives » contre Caracas. Il s’agit d’« un embargo sur les armes et les matériaux connexes susceptibles d’être utilisés à des fins de répression interne, ainsi (qu’) un cadre juridique concernant l’interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et le gel des avoirs » [2]. Ce « cadre » prépare d’éventuelles mesures de rétorsion à venir contre des dirigeants et fonctionnaires vénézuéliens.

Organisation des Etats américains (OEA), Etats-Unis, Union européenne, Groupe de Lima, Nations unies. Le périmètre international dans lequel se joue désormais la crise vénézuélienne ne cesse de s’étendre depuis des mois. La Chine et la Russie s’engagent également, mais toujours plus en faveur du gouvernement vénézuélien. Sur le plan politique, les deux pays saluent la réussite et le résultat des élections régionales du 15 octobre, condamnent fermement les sanctions de Washington et de l’UE, ainsi que les velléités d’ingérences extérieures dans les affaires internes vénézuéliennes. Sur le plan économique, Moscou et Caracas ont scellé un accord pour restructurer la dette du Venezuela envers la Russie (pour un montant de 3 milliards de dollars étalés sur 10 ans). Les deux pays multiplient par ailleurs les accords de coopération en matière énergétique, militaire et d’infrastructures. Il en va de même entre Caracas et Pékin. Le Venezuela accueille d’ores et déjà la moitié de tous les prêts financiers de la Chine destinés à l’Amérique latine. Avec Moscou, Pékin détient environ 30 % de la dette souveraine du pays (pour un montant d’environ 28 milliards de dollars ; entre 8 et 9 milliards pour Moscou). Selon Pékin, le gouvernement vénézuélien dispose de toute « la capacité pour gérer de manière appropriée ses affaires, y compris sur la question de la dette ». Ainsi, selon les propos tenus par Geng Shuang, porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Chine, au lendemain de l’annonce de « défaut partiel » du Venezuela par l’agence de notation américaine Standard and Poor’s (14 novembre 2017), la coopération, notamment financière, entre les deux pays va continuer de « fonctionner normalement ». [3]

Crise de l’intégration régionale

Dans ce contexte, la crise vénézuélienne se projette dans toutes les institutions d’intégration régionale latino-américaine. Mercosur (Marché commun du Sud), Union des nations sud-américaines (Unasur), Communauté des Etats latino-américains et caraïbes (Celac). L’ensemble de ces espaces est soumis aux lignes de fractures créées par la situation. Aucun consensus ne peut émerger au sein de l’Unasur et de la Celac sur le sujet. Les pays membres du Groupe de Lima s’opposent frontalement à la Bolivie, à Cuba, à l’Equateur et au Nicaragua, solidaires du gouvernement vénézuélien. Pour sa part, l’Uruguay (membre du Mercosur) critique l’attitude du gouvernement vénézuélien sans pour autant intégrer le Groupe de Lima, ni remettre en cause l’élection de l’ANC.

L’Unasur connaît un ralentissement de son activité générale tandis qu’aucun Sommet 2018 de la Celac n’est pour le moment arrêté. Ce dernier, qui devait se dérouler en janvier 2018, a été reporté à une date non fixée.

Dans ce contexte, les pays membres du Groupe de Lima multiplient leurs interactions géoéconomiques dans le cadre de leurs rapprochements géopolitiques. Ainsi, les pays de l’Alliance du Pacifique (Chili, Colombie, Mexique, Pérou) développent leur feuille de route internationale. Parallèlement à leur diversification vers l’Asie et la Chine dans un contexte d’incertitude du futur de leurs relations commerciales avec les Etats-Unis de Donald Trump [4]qu’ils espèrent voir consolider du fait de leur solidarité dans le dossier vénézuélien –, ils démarrent des négociations d’accords de libre-échange avec l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande et Singapour (nouveaux Etats associés de l’Alliance).

Pour leur part, l’Argentine et le Brésil souhaitent avancer vers une intégration plus poussée du Mercosur et de l’Alliance du Pacifique et la mise en place d’agendas politiques et commerciaux communs entre les différents pays de ces blocs au sein des institutions internationales (G 20, OMC, etc.). Dans cette perspective, Buenos Aires multiplie la signature d’accords commerciaux avec Santiago et Lima. De même, le Mexique cherche à se rapprocher de la Colombie post-conflit et a décidé de faire de cet objectif l’une de ses priorités commerciales en 2018.

La crise vénézuélienne cristallise les fractures latino-américaines entre pays de centre-droit et de droite et pays issus de la vague des gauches des années 2000. Elle active également les logiques affinitaires à l’échelle régionale, conduit à une paralysie des institutions de l’intégration régionale actuelles et ouvre le chemin de nouvelles dynamiques de rapprochement et d’intégration pour les pays partisans du libéralisme économique et du libre-échange dans la région, désormais majoritaires et rassemblant les principaux potentiels commerciaux de l’Amérique latine.

Mais cette crise révèle également toutes les incertitudes d’une région clé dans la construction du rapport de force mondial entre les Etats-Unis et la Chine, appelé à se développer à l’avenir.

A Caracas, Pékin et Washington, chacun le sait bien.

Christophe Ventura

Notes

[1] Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panamá, Paraguay, Pérou (Déclaration : https://www.gob.mx/sre/prensa/comunicado-del-grupo-de-lima-sobre-la-celebracion-de-las-elecciones-regionales-en-venezuela).

[2] Lire le communiqué du Conseil des affaires étrangères de l’UE (13 novembre 2017) : http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2017/11/13/venezuela-eu-adopts-conclusions-and-targeted-sanctions/

[3] « China says Venezuela can ’appropriately’ handle debt load », Reuters, 15 novembre 2017.

[4] Lire Christophe Ventura, « L’Amérique latine toujours plus proche de la Chine », Mémoire des luttes, mai 2017.

Source: Mémoire des luttes, le 21 novembre 2017




 
Plus d'articles :

» Elections municipales au Venezuela : des chiffres et des faits

A l’intention de nos médiacrates...Le nombre d’élections au Venezuela (23 en 18 ans) dont la validité est reconnue par des organismes de contrôle internationaux (dont la fondation Carter, de l’ancien président des USA) et contestée par...

» Le Venezuela s’enfonce-t-il dans la crise ?

Lundi 11 décembre, Christophe Ventura était l’invité de Fabienne Sintes dans l’émission de «  ».Ce programme était consacré à la situation du Venezuela après la victoire du chavisme aux élections municipales du dimanche 10...

» La cause palestinienne et la mosquée Al-Aqsa sont en danger mortel

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 7 décembre 2017, suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Al-Quds (Jérusalem) comme capitale d’Israël Transcription [Au nom de Dieu, le Clément, le...

» Jérusalem ne sera jamais la capitale d’une entité coloniale

Pour comprendre la psychopathologie à l’origine de la psychose sioniste, il faut plonger au cœur de leur illusion, comme l’analyste le fait pour le malade mental allongé sur son canapé – et aujourd’hui on trouve une excellente...

» Venezuela, les raisons obscures: Documentaire sur les véritables raisons de l'attaque impériale

Ce documentaire n'est pas un travail conjoncturel. Il restera en vigueur tant que les USA persisteront à vouloir en finir avec la Révolution bolivarienne qui se construit au Venezuela, pour s'approprier son pétrole et autres ressources...

» Nouveau triomphe chaviste aux élections municipales du Venezuela

Plus de 300 mairies gagnées sur les 335 à pourvoir, un poste de gouverneur repris à la droite dans l’État pétrolier stratégique du Zulia. L’importante victoire du chavisme aux élections du 10 décembre 2017 confirme – comme lors des...

» Depuis 70 ans, le New York Times dépeint la famille royale saoudienne comme "réformiste"

En hommage à la dernière lettre d’amour de Thomas Friedman (éditorialiste du New York Times spécialisé en politique étrangère) à la famille régnante d’Arabie Saoudite, voici 70 ans de descriptions de la famille royale saoudienne comme...

» ICAN et la paix en kit Réflexions hétérodoxes sur un Prix Nobel de la Paix et la réalité de la militarisation du monde

Préavis« Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir trouvée » CondorcetL’auteur de ces lignes, qui se définirait volontiers comme nucléo-sceptique, s’honore d’appartenir au parti de ceux...

» Trump à Jérusalem: vers la mort de la politique US au Moyen-Orient ?

Le président  Trump a fini par tirer la bobinetteLe soi-disant processus de paix, la solution à deux États, la formule de la terre contre la paix et tous les autres clichés éculés sont depuis longtemps morts et en décomposition. Mais...

» La guerre, c’est la paix : la devise de Trump

Nul mieux que Trump n'a utilisé l'injonction orwellienne «La guerre, c’est la paix». Dans 1984 d’Orwell, le Parti maintient la stabilité chez lui en menant une guerre constante ailleurs.Certains prétendent que le président US est...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui15558
mod_vvisit_counterHier18241
mod_vvisit_counterCette semaine120598
mod_vvisit_countersemaine précedente119766
mod_vvisit_counterCe-mois-ci266417
mod_vvisit_countermois précedent712186

We have: 298 guests, 1 members online
Ton IP: 54.91.171.137
 , 
Aujourd'hui: 16 Déc 2017