REDHER - La pluma


Le Venezuela au cœur de l’agenda latino-américain et international

Envoyer Imprimer PDF

Le Venezuela anime l’agenda médiatique international. Crise économique, feuilleton du « défaut partiel » sur la dette souveraine, confrontations entre le gouvernement et l’opposition, retour en force électoral du chavisme, sanctions financières des Etats-Unis et de l’Union européenne (armes), les sujets ne manquent pas pour que chaque jour, les médias dominants s’intéressent, non sans maltraitances, au pays de la Révolution bolivarienne.

Un aspect reste cependant moins étudié sur le plan géopolitique. En effet, une nouvelle reconfiguration des alliances régionales s’organise désormais à partir de la crise vénézuélienne. Un nouvel arc des alliances se constitue autour de l’Argentine, du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Pérou et du Mexique. Ce groupe concentre les pays clés de la région en matière économique et commerciale, d’intégration régionale (et de son devenir) et de relations avec les Etats-Unis et l’Union européenne, autres acteurs de poids dans la crise vénézuélienne. L’Argentine, solidement dirigée par Mauricio Macri (centre-droit) après sa nette victoire aux élections de mi-mandat (législatives et sénatoriales partielles) du 22 octobre, est le fer de lance de la coalition latino-américaine anti-Nicolas Maduro. Cette dernière a confirmé son engagement contre le gouvernement vénézuélien après les élections régionales du 15 octobre remportées par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) et le Grand pôle patriotique. Par une déclaration publique (17 octobre), le « Groupe de Lima », constitué des pays américains ne reconnaissant pas l’Assemblée nationale constituante (ANC) vénézuélienne et qualifiant le gouvernement de Caracas de « dictature » [1], dénonce « les actes d’intimidation, de manipulation et les irrégularités » du scrutin du 15 octobre.

Réunis le 27 octobre à Toronto (Canada), les pays membres de ce groupe informel ont actualisé leurs exigences en les articulant à celles du secteur dur de l’opposition vénézuélienne (libération des « prisonniers politiques », droit « d’assistance humanitaire », « condamnation des abus électoraux et demande de réforme du système électoral », « soutien à l’Assemblée nationale » – contre l’ANC). Ils ont également réaffirmé leur accord avec la position des Etats-Unis dans le dossier. Toutefois, contrairement à Washington, ils demandent la médiation du secrétaire général des Nations unies António Guterres dans le conflit.

Ces pays appuient également les positions de l’Union européenne (UE). Cette dernière, dans le sillage des sanctions financières décidées par les Etats-Unis, a mis en place des « mesures restrictives » contre Caracas. Il s’agit d’« un embargo sur les armes et les matériaux connexes susceptibles d’être utilisés à des fins de répression interne, ainsi (qu’) un cadre juridique concernant l’interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et le gel des avoirs » [2]. Ce « cadre » prépare d’éventuelles mesures de rétorsion à venir contre des dirigeants et fonctionnaires vénézuéliens.

Organisation des Etats américains (OEA), Etats-Unis, Union européenne, Groupe de Lima, Nations unies. Le périmètre international dans lequel se joue désormais la crise vénézuélienne ne cesse de s’étendre depuis des mois. La Chine et la Russie s’engagent également, mais toujours plus en faveur du gouvernement vénézuélien. Sur le plan politique, les deux pays saluent la réussite et le résultat des élections régionales du 15 octobre, condamnent fermement les sanctions de Washington et de l’UE, ainsi que les velléités d’ingérences extérieures dans les affaires internes vénézuéliennes. Sur le plan économique, Moscou et Caracas ont scellé un accord pour restructurer la dette du Venezuela envers la Russie (pour un montant de 3 milliards de dollars étalés sur 10 ans). Les deux pays multiplient par ailleurs les accords de coopération en matière énergétique, militaire et d’infrastructures. Il en va de même entre Caracas et Pékin. Le Venezuela accueille d’ores et déjà la moitié de tous les prêts financiers de la Chine destinés à l’Amérique latine. Avec Moscou, Pékin détient environ 30 % de la dette souveraine du pays (pour un montant d’environ 28 milliards de dollars ; entre 8 et 9 milliards pour Moscou). Selon Pékin, le gouvernement vénézuélien dispose de toute « la capacité pour gérer de manière appropriée ses affaires, y compris sur la question de la dette ». Ainsi, selon les propos tenus par Geng Shuang, porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Chine, au lendemain de l’annonce de « défaut partiel » du Venezuela par l’agence de notation américaine Standard and Poor’s (14 novembre 2017), la coopération, notamment financière, entre les deux pays va continuer de « fonctionner normalement ». [3]

Crise de l’intégration régionale

Dans ce contexte, la crise vénézuélienne se projette dans toutes les institutions d’intégration régionale latino-américaine. Mercosur (Marché commun du Sud), Union des nations sud-américaines (Unasur), Communauté des Etats latino-américains et caraïbes (Celac). L’ensemble de ces espaces est soumis aux lignes de fractures créées par la situation. Aucun consensus ne peut émerger au sein de l’Unasur et de la Celac sur le sujet. Les pays membres du Groupe de Lima s’opposent frontalement à la Bolivie, à Cuba, à l’Equateur et au Nicaragua, solidaires du gouvernement vénézuélien. Pour sa part, l’Uruguay (membre du Mercosur) critique l’attitude du gouvernement vénézuélien sans pour autant intégrer le Groupe de Lima, ni remettre en cause l’élection de l’ANC.

L’Unasur connaît un ralentissement de son activité générale tandis qu’aucun Sommet 2018 de la Celac n’est pour le moment arrêté. Ce dernier, qui devait se dérouler en janvier 2018, a été reporté à une date non fixée.

Dans ce contexte, les pays membres du Groupe de Lima multiplient leurs interactions géoéconomiques dans le cadre de leurs rapprochements géopolitiques. Ainsi, les pays de l’Alliance du Pacifique (Chili, Colombie, Mexique, Pérou) développent leur feuille de route internationale. Parallèlement à leur diversification vers l’Asie et la Chine dans un contexte d’incertitude du futur de leurs relations commerciales avec les Etats-Unis de Donald Trump [4]qu’ils espèrent voir consolider du fait de leur solidarité dans le dossier vénézuélien –, ils démarrent des négociations d’accords de libre-échange avec l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande et Singapour (nouveaux Etats associés de l’Alliance).

Pour leur part, l’Argentine et le Brésil souhaitent avancer vers une intégration plus poussée du Mercosur et de l’Alliance du Pacifique et la mise en place d’agendas politiques et commerciaux communs entre les différents pays de ces blocs au sein des institutions internationales (G 20, OMC, etc.). Dans cette perspective, Buenos Aires multiplie la signature d’accords commerciaux avec Santiago et Lima. De même, le Mexique cherche à se rapprocher de la Colombie post-conflit et a décidé de faire de cet objectif l’une de ses priorités commerciales en 2018.

La crise vénézuélienne cristallise les fractures latino-américaines entre pays de centre-droit et de droite et pays issus de la vague des gauches des années 2000. Elle active également les logiques affinitaires à l’échelle régionale, conduit à une paralysie des institutions de l’intégration régionale actuelles et ouvre le chemin de nouvelles dynamiques de rapprochement et d’intégration pour les pays partisans du libéralisme économique et du libre-échange dans la région, désormais majoritaires et rassemblant les principaux potentiels commerciaux de l’Amérique latine.

Mais cette crise révèle également toutes les incertitudes d’une région clé dans la construction du rapport de force mondial entre les Etats-Unis et la Chine, appelé à se développer à l’avenir.

A Caracas, Pékin et Washington, chacun le sait bien.

Christophe Ventura

Notes

[1] Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panamá, Paraguay, Pérou (Déclaration : https://www.gob.mx/sre/prensa/comunicado-del-grupo-de-lima-sobre-la-celebracion-de-las-elecciones-regionales-en-venezuela).

[2] Lire le communiqué du Conseil des affaires étrangères de l’UE (13 novembre 2017) : http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2017/11/13/venezuela-eu-adopts-conclusions-and-targeted-sanctions/

[3] « China says Venezuela can ’appropriately’ handle debt load », Reuters, 15 novembre 2017.

[4] Lire Christophe Ventura, « L’Amérique latine toujours plus proche de la Chine », Mémoire des luttes, mai 2017.

Source: Mémoire des luttes, le 21 novembre 2017




 
Plus d'articles :

» Trump a-t-il été élu par les Russes ? La démence de masse dans les médias dominants occidentaux

Par où commencer pour analyser la folie des médias dominants en réaction à la rencontre Trump-Poutine à Helsinki ? En se concentrant sur l’individu, la psychologie a négligé le problème de la folie de masse, qui a maintenant submergé...

» Venezuela: Des mouvements paysans parcourent 200 km à pied pour faire entendre leur voix auprès du gouvernement

Depuis , des compagnes et compagnons paysans engagés dans la révolution bolivarienne ont entrepris de remonter à pied depuis l’Etat agricole de Portuguesa jusqu’à Caracas pour y faire entendre leurs voix et leurs revendications auprès du...

» Déclarations faites para le président Maduro à propos de la victoire des Bleus.

«Hier, l'équipe de France a gagné, même si elle ressemblait à l'équipe d'Afrique. C’est l'Afrique qui a vraiment gagné, les migrants africains arrivés en France.J'espère que l'Europe recevra ce message, de comment l'une des meilleures...

» De Facebook à Policebook

Mercredi, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié une déclaration sur des plans extraordinaires de la société de médias sociaux pour surveiller tous les affichages et messages de ses utilisateurs, pour censurer le journalisme indépendant...

» Syrie : un menteur nommé Macron

C’est devenu une habitude : le godelureau de l’Elysée fait le paon au château de Versailles. Brasseur d’air inusable, le freluquet fait des phrases, il pérore dans le vide. Comme un télévangéliste, il brandit de grands mots tout en...

» La guerre commerciale : ce n'est pas le commerce, c'est la guerre

La logique historique veut que les pays, en particulier les grandes puissances économiques, ne procèdent pas à des changements politiques spectaculaires à moins qu'il n'y ait une crise en cours dont ils veulent désespérément sortir ou qu'un...

» La drôle de guéguerre commerciale de Donald

Des sueurs froides parcourent l’échine d'Angela Merkel. La guerre commerciale lancée par Donald Trump pourrait affecter l'Allemagne, très instable. Vu les raisons alléguées par Donald pour déclarer la guerre, USA  pourraient la...

» Le bluff pétrolier de Trump contre l'Iran vient des décennies trop tard

Trump utilise tout ce qu’il peut pour mener une guerre économique contre l’Iran. Son problème est que « tout ce qu’il peut » est loin d’être suffisant, car le monopole virtuel des USA s’est évaporé depuis longtemps.La...

» L'accord final proposé par Jared Kushner pour la Palestine dépouillerait son peuple de toute dignité

Après trois guerres israélo-arabes, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?N’y aura-t-il pas de fin à d’humiliation des...

» Qui a trahi le camp de la paix en Colombie ?

Voir en fin d’article l’intégralité des résultats des élections 2018Comme cela est encore proche, comme cela semble déjà loin… Le 15 juin 2014, au terme du second tour de l’élection présidentielle, Juan Manuel Santos était réélu...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7784
mod_vvisit_counterHier13939
mod_vvisit_counterCette semaine21723
mod_vvisit_countersemaine précedente101980
mod_vvisit_counterCe-mois-ci347734
mod_vvisit_countermois précedent485122

We have: 246 guests, 1 members online
Ton IP: 54.81.195.140
 , 
Aujourd'hui: 23 Juil 2018