REDHER - La pluma
Accueil Articles Droits Humains Multinationales


Mexique : un pays colonisé par Coca-Cola

Envoyer Imprimer PDF

Capture Public SenatBisLe Mexique est le premier pays consommateur de Coca-Cola dans le monde et représente à lui seul plus de 40% des ventes de la marque en Amérique du Sud. Diabète, obésité, hypertension mais aussi assèchement de certaines régions, les conséquences négatives pour le pays sont nombreuses. Julie Delettre, réalisatrice de : « Mexique, sous l’emprise du coca » témoigne de cette implantation, aux airs de « colonisation ». 

Capture_sous_lemprisse_du_coca

Les dessous de la mondialisation : Mexique, sous l'emprise du Coca

aut_5764Au Mexique, Coca-Cola a acquis un pouvoir considérable. Dans le sud du pays, au Chiapas, l'un des États les plus pauvres, la multinationale US a fait main basse sur l'eau et sur la vie de ses habitants.

Le Chiapas est considéré comme le réservoir d'eau du Mexique. Dans les années 80, la firme Coca Cola installe à San Cristobal de Las Casas sa plus grosse usine, qui emploie près de 300 personnes. Elle y pompe l'eau nécessaire à sa production, puisant directement dans la nappe phréatique de la ville jusqu'à en assécher certaines communautés alentours. Pour fabriquer 1 litre de Coca, il ne faudrait pas moins de 6 litres d'eau. Et les bénéfices de cette industrie ne semblent pas encourager les pouvoirs publics à affronter les problèmes de son réseau hydrique vétuste.

Entré dans l'ALENA en 1994, le Mexique a suivi les pas des USA dans sa politique néolibérale. La multinationale US s'est ainsi immiscée partout. Pas un village qui ne soit labellisé aux couleurs rouges et blanches de la marque. Les Mexicains sont devenus les plus gros consommateurs au monde de soda et notamment de Coca-Cola. Lors des cérémonies et rituels mayas, la boisson gazeuse remplace désormais les boissons fermentées d'autrefois. Des conséquences sanitaires désastreuses en découlent : 70 % de la population, sevrée également à la malbouffe, est en surpoids. Le diabète est l'une des principales causes de mortalité. Face à ce fléau, certains habitants tentent se mobilisent et tentent de se réapproprier leur ressource naturelle.

Un film de Julie Delettre produit par Wild Angle Productions.

Entretien avec Julie Delettre

Votre documentaire s’ouvre sur un rite religieux incluant le Coca-Cola, la boisson est-elle devenue quasi sacrée pour cette population ?

Au Mexique le coca est devenue une boisson sacrée

Exactement. Le rituel en question est exécuté par des Mayas Tzotziles du village de San Juan Chamula. D’après le maître de cérémonie, ils considèrent effectivement la boisson comme sacrée, elle permettrait notamment d’exorciser les démons intérieurs, en rotant, tout simplement. Elle participe aux cérémonies de guérison, de baptême, de naissance, de mariage, au cours desquelles ils boivent également un alcool fort, qu’ils associent à présent avec le Coca.
La couleur de la boisson, le fait qu’elle pétille, la sensation de coup de fouet après l’avoir bue les a amenés à considérer qu’elle les rendait plus fort.
La famille que j’ai suivie, par exemple, considère que le Coca ne leur a apporté que du bien, qu’il est même capable de les guérir. Quand je leur ai fait remarquer que ce n’était pas forcément bon pour la santé, ils m’ont répondu : « Ca c’est des mensonges de journalistes ».

Au Mexique le long des routes les échoppes sont repeintes aux couleurs de Coca-Cola

Au Mexique le long des routes les échoppes sont repeintes aux couleurs de Coca-Cola

Quelle est la stratégie menée par Coca pour s’imposer au Chiapas, l’un des états les pauvres situés dans le sud du Mexique ?

Le Coca-Cola est moins cher dans cette région, c’est une stratégie de la marque pour pouvoir s’implanter dans les villages assez reculés : vendre plus mais à moindre coût. Ils veulent être sûrs de pouvoir atteindre les familles les plus pauvres qui vont dépenser leurs moindres pesos là-dedans. La firme a colonisé la région en y installant un de leurs plus grandes usines de la région, à San Cristobal  et en créant des zones de distribution d’où partent des camions livrant les terres les plus reculées. Aussi, elle a proposé aux petites échoppes qui longent toutes les routes de la région de leur faire « une jolie déco », en les repeignant en blanc et rouge afin qu’elles soient plus visibles. Elle leur a aussi donné des tables et des chaises en plastique Coca pour que les gens « puissent s’asseoir et consommer plus ».
Grâce à cette stratégie marketing, la région entière est repeinte en rouge et blanc. Il est difficile d’échapper visuellement à Coca, et donc difficile de ne pas en boire.
Quand on parle de « colonisation », ce n’est vraiment pas un terme si fort que ça.

Au Mexique 70% de la population est en surpoids, l’une des nutritionnistes interviewées estime que la prochaine génération pourrait mourir avant 30 ans à cause de la consommation de Coca-Cola, le constat est-il si grave que ça ?

Oui, elle est alarmante sur cette question car les taux de diabètes, d’hypertension et le nombre de maladies cardiaques augmentent. Les enfants sont biberonnés au Coca, avant même d’avoir des dents…c’est impensable. A une époque la situation était d’ailleurs dramatique dans les écoles mais depuis une politique publique a été mise en place. La vente de Coca est devenue interdite au sein des établissements, les enfants reçoivent des cours de nutrition, il y a des cours de sports renforcés  des femmes sont invitées à cuisiner et à vendre leurs plats aux élèves pour leur déjeuner. Il y a une volonté de lutter contre cette « malbouffe ». Après, vous faites deux pas en sortant de l’école, vous avez des vendeurs de Coca partout, tout ce qui est fait à l’intérieur de l’école est ruiné en deux secondes quand vous sortez.

Les mères donnent du Coca cola à leurs enfants dés le plus jeune âge

Les mères donnent du Coca cola à leurs enfants dés le plus jeune âge

Vous mettez aussi en lumière le manque d’eau dans certaines régions, est-ce que c’est une question politisée au Mexique ?

Oui, car le problème touche globalement tout le pays. Les politiques publiques pour assainir les réseaux d’eau sont totalement inexistantes, ce qui se traduit par une absence d’eau potable dans les régions reculées. Au Chiapas, il y a une réserve aquifère au pied du volcan Huitepec mais l’usine Coca-Cola s’y est installée pour puiser le plus possible, elle est en effet très gourmande : pour 1L de Coca, il faut 6L d’eau.  Ils ont reçu l’autorisation de la Commission Nationale de l’Eau pour pomper 500 millions de litres d’eau par an ! Cela assèche les villages alentour, ceux raccordés au réseau n’ont plus rien au robinet et ceux habitués à vivre de l’eau des puits les voient se vider de plus en plus. Il y a eu des contestations quand l’usine a ouvert en 1994 mais au Mexique c’est un peu compliqué… un des intervenants m’a expliquée que le mouvement avait été vivement réprimandé et qu’il y avait eu des disparitions un peu mystérieuses. Je n’en ai pas la preuve, mais ce sont le genre d’histoires qui se racontent.

Depuis que Coca-Cola a installé sa plus grande usine à San Cristobal, ses habitants manquent de plus en plus d’eau, comment appréhendent-ils l’avenir ?

On sent une forme de résignation, un poids qui s’abat sur ses gens sans qu’ils puissent faire grand-chose… J’ai trouvé tout ça assez triste. Il n’y a pas beaucoup de messages d’espoir là-dedans.

Quelle est la stratégie menée par Coca pour s’imposer au Chiapas, l’un des états les pauvres situés dans le sud du Mexique ?

Le Coca-Cola est moins cher dans cette région, c’est une stratégie de la marque pour pouvoir s’implanter dans les villages assez reculés : vendre plus mais à moindre coût. Ils veulent être sûrs de pouvoir atteindre les familles les plus pauvres qui vont dépenser leurs moindres pesos là-dedans. La firme a colonisé la région en y installant un de leurs plus grandes usines de la région, à San Cristobal  et en créant des zones de distribution d’où partent des camions livrant les terres les plus reculées. Aussi, elle a proposé aux petites échoppes qui longent toutes les routes de la région de leur faire « une jolie déco », en les repeignant en blanc et rouge afin qu’elles soient plus visibles. Elle leur a aussi donné des tables et des chaises en plastique Coca pour que les gens « puissent s’asseoir et consommer plus ».
Grâce à cette stratégie marketing, la région entière est repeinte en rouge et blanc. Il est difficile d’échapper visuellement à Coca, et donc difficile de ne pas en boire.
Quand on parle de « colonisation », ce n’est vraiment pas un terme si fort que ça.

Au Mexique 70% de la population est en surpoids, l’une des nutritionnistes interviewées estime que la prochaine génération pourrait mourir avant 30 ans à cause de la consommation de Coca-Cola, le constat est-il si grave que ça ?

Oui, elle est alarmante sur cette question car les taux de diabètes, d’hypertension et le nombre de maladies cardiaques augmentent. Les enfants sont biberonnés au Coca, avant même d’avoir des dents…c’est impensable. A une époque la situation était d’ailleurs dramatique dans les écoles mais depuis une politique publique a été mise en place. La vente de Coca est devenue interdite au sein des établissements, les enfants reçoivent des cours de nutrition, il y a des cours de sports renforcés  des femmes sont invitées à cuisiner et à vendre leurs plats aux élèves pour leur déjeuner. Il y a une volonté de lutter contre cette « malbouffe ». Après, vous faites deux pas en sortant de l’école, vous avez des vendeurs de Coca partout, tout ce qui est fait à l’intérieur de l’école est ruiné en deux secondes quand vous sortez. 

Beatrix Moreau

Edité par María Piedad Ossaba 

Source : Public Senat


 
Plus d'articles :

» Les preuves du crime économique contre le Venezuela

Interdit de voir ce qui est évident. Ce genre de phrase taguée sur un mur va comme un gant à tous ceux qui ignorent l'agression économique permanente qu'a subi le Venezuela ces dernières années. On peut légitimement être pour ou contre les...

» En Amérique latine, la droite avance… pour l’instant

L’année qui s’est achevée nous a léguée divers évènements politiques qui, fort probablement, constitueront un point d’inflexion ou même de non-retour dans ce qui a été appelé le « virage progressiste » en Amérique latine.

» Colombie: la révolution des bolcheviks d'El Líbano (Tolima) en 1929

Mémoire historiqueAu moment du centenaire de la Révolution russe, on peut rappeler que la première révolution communiste d’Amérique latine a eu lieu en 1929 dans une ville nichée dans les montagnes de Colombie, à El Líbano, dans le Tolima....

» La légende n’est pas morte

Ma génération est née dans les premières années qui ont suivi le triomphe de la Révolution de 1959 et une partie dans les mois qui l’ont précédée. Lorsque les « barbus » ont pris Santiago et qu’ils sont venus ensuite en...

» Ossaba Gardien de la nature

» Pillage des ressources et néocolonialisme : saignées de l’or noir

Finalement, les pays dits « en voie de développement » (PED) d’aujourd’hui remplacent les colonies d’hier : les grandes entreprises multinationales occidentales se placent dans les anciennes colonies, y investissent et en...

» La dette a joué un rôle déterminant dans l’histoire

Erwan Mana’ch a interviewé Eric Toussaint pour l’hebdomadaire français à l’occasion de la sortie du livre (Les liens qui libèrent, Paris, 2017)Toute votre analyse porte sur l’idée que la a joué un rôle déterminant dans...

» Au Honduras, la police rallie le peuple et met en échec l’imposition du couvre

L’imposition d’un couvre-feu dans la nuit du 30 novembre, n’a pas freiné l’ardeur des honduriens opposés à la réélection du président-candidat Juan Orlando Hernandez (JOH). La répression laisse un bilan qui s’élève déjà à...

» La petite bête qui a donné le carmin à l’art européen et a enrichi la monarchie espagnole Une exposition à Mexico sur le “Rouge mexicain”

MEXICO — Avec l’argent et l’or, les premiers navires qui quittèrent le Nouveau Monde après la Conquête espagnole transportaient un autre trésor : un colorant naturel qui produisait un rouge si intense que les artistes européens...

» Uruguay : Haro sur les intellos

Le quotidien El País* de Montevideo (Uruguay),  dans son éditorial du 7 Novembre 2017, crie haro sur les écrivains Eduardo Galeano et Mario Benedetti et l’auteur-compositeur-interprète Daniel Viglietti () pour avoir appuyé la violence,...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7915
mod_vvisit_counterHier20393
mod_vvisit_counterCette semaine114240
mod_vvisit_countersemaine précedente93067
mod_vvisit_counterCe-mois-ci291186
mod_vvisit_countermois précedent516910

We have: 263 guests online
Ton IP: 23.22.240.119
 , 
Aujourd'hui: 19 Jan 2018