REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


Rentrée précaire

Envoyer Imprimer PDF

Michelle_JanssBisL’esprit d’entreprendre et l’individualisation des parcours d’études font partie intégrante du système d’enseignement. Cela se traduit par un esprit de compétition malsaine qui remplace l’entraide et par une pression toujours plus forte exercée sur les jeunes. L’exemple des examens d’entrée en médecine et de l’arbitraire des quotas appliqués aux étudiants en est la preuve.

Festival2016-Ecole

Accroissement de la précarité

On assiste, en même temps, à un accroissement de la pauvreté. Les situations de mise en difficultés de se payer des études et la précarité des jeunes augmentent. À Bruxelles, un enfant sur 4 (et jusqu’à 4 sur 10 dans certains quartiers) vit sous le seuil de pauvreté. Pour les moins de 25 ans, la proportion de demandeurs d’emploi ne percevant aucun revenu est passée de 44 % en 2006 à 64 % en 2016. Ceci s’explique, pour l’essentiel, par les mesures politiques prises à leur encontre. On constatera que le chômage des jeunes a baissé, non pas parce qu’ils trouvent du travail mais surtout parce qu’ils sont exclus des chiffres du chômage : ils sont « en attente » ou « en formation ».

À l’occasion de la reprise de l’école, on entend des reportages sur le prix des fournitures et le coût d’une rentrée scolaire. Mais on passe souvent sous silence les conditions de vie de nombre d’étudiants qui, pour continuer à se former ou pour soulager leurs parents en situation difficile, travaillent pour payer leurs études.

Forts de l’esprit d’entreprendre, ils se retrouvent « auto-entrepreneurs » d’une nouvelle économie faite de livraisons précaires à vélo et de petits boulots sous-payés. D’autres jobs ont tout simplement disparu. Avec l’augmentation des stages en entreprise obligatoires et non-rémunérés, la possibilité est de plus en plus grande pour les employeurs potentiels de trouver des stagiaires gratuits. Un grand nombre d’étudiants doivent, en fin d’étude, accepter d’accomplir des stages non rémunérés avant de trouver leur premier emploi. Dans l’horeca, les jobs étudiants restent plus nombreux, mais les heures tardives proposées sont parfois difficilement compatibles avec l’étude. Avoir un peu de temps pour le sport ou les loisirs devient un luxe pour certains.

Les jeunes connaissent des conditions de vie de plus en plus dures. La compétition organisée dans certaines filières d’études et les pressions exercées par beaucoup d’institutions scolaires sont parfois insoutenables. Le fait de rendre de plus en plus l’individu seul acteur et donc l’étudiant seul responsable de son parcours supprime toute réflexion sur les failles de l’organisation des études et les injustices générées par le système d’enseignement.

Festival2016-Ecole15

Les abandons, la démotivation et les dépressions nerveuses sont de plus en plus fréquents. On attribue, avec un peu trop de légèreté, ces situations à l’usage intensif des écrans, à de mauvaises habitudes de vie, à un manque d’esprit d’entreprendre. Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie,  disait : « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires » (1). Pensait-il que, par magie, on est capable de monter une strat-up qui marche parce qu’on a envie de gagner de l’argent ? Peut-être ignorait-il naïvement que tout le monde souhaite gagner convenablement sa vie, ce qui est tout de même plus raisonnable que de vouloir gagner des milliards.

Il devient de plus en plus difficile de se former et l’école n’est toujours pas capable de jouer le rôle d’ascenseur social qu’on souhaiterait lui voir tenir. Les études supérieures restent hors de portée des plus précarisés et l’enseignement belge se classe champion des inégalités dans les études PISA (2). L’enseignement français n’a d’ailleurs pas grand-chose à lui envier, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, aux USA, le nombre d’étudiants qui sortent de leurs études surendettés est tel qu’on s’attend à ce que cette situation débouche sur une crise financière façon « crise des subprimes » de 2008 (3).

Formation et monde du travail

Le discours dominant est que l’école, considérée comme « capital humain », doit se mettre en adéquation avec le monde du travail. Si c’est en partie vrai, il ne faudrait pas sacrifier dans les établissements l’égalité, la justice et les savoirs citoyens. «L’étude des documents les plus récents de l’OCDE et de l’Union européenne révèle que cette évolution engendre, non pas un développement quantitatif ou qualitatif de l’enseignement, mais sa polarisation et son repli sur des « compétences » de base. La victime principale de cette situation, c’est le jeune qui sort de cette école-là. On en aura fait un travailleur adaptable, non en développant sa compréhension du changement, mais en brisant sa capacité de résistance au changement; non par une émancipation culturelle, mais par une privation de culture » (4).

Espérons que les luttes sociales à venir verront les travailleurs, les victimes du chômage et les étudiants unis pour réclamer une société plus juste et plus redistributive.

 Michèle Janss

Aped – Appel pour une école démocratique

Notes:

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20150107.OBS9413/macron-il-faut-des-jeunes-francais-qui-aient-envie-de-devenir-milliardaires.html

(2) http://www.skolo.org/2017/06/22/reseaux-inscriptions-filieres-financement-mecanismes-de-linegalite-scolaire/

(3) https://blogs.mediapart.fr/michel-granger/blog/080316/l-endettement-cauchemardesque-des-etudiants-americains

(4) Nico HIRTT – http://www.skolo.org/2013/10/29/eduquer-et-former-sous-la-dictature-du-marche-du-travail/

Source: Investig'Action

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Thomas Sankara (1949-1987)

Seule la souveraineté est progressiste: Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est tombé sous les balles des conjurés au grand bénéfice de la "Françafrique" - Bruno Guigue Sur les traces de la r...

 

Che che che

La face sensible du Che Rencontre avec sa fille Aleida Guevara March  - Sergio Ferrari Devant la dépouille de "Che" Guevara: le reportage de l'AFP en 1967 –AFP L’exemple de “Che”...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 

Édition Spéciale « bilan 2016»

L'année 2016 en mots et en noms Les pays qui ont fait la Une Syrie, Turquie, USA, Russie, Maroc, Philippines, Allemagne, Royaume-Uni, Tunisie, Corée du Sud, Congo, Brésil, Italie, Chine, Yém...

 

Spécial : #HastaSiempreComandante FIDEL!

Fidel est une planète Sauvons-les tous et toutes Fidel est mort invaincu Fidel Castro : La dette ne doit pas être payée Fidel Castro a donné à Cuba une place hors norme dans le monde Fi...

 

Spécial COP21 PARIS

Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique ! Le pari ambigu de la coopération climatique Accord à la COP21 : même sur une planète morte, le commerce international ...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1875
mod_vvisit_counterHier35353
mod_vvisit_counterCette semaine72343
mod_vvisit_countersemaine précedente208671
mod_vvisit_counterCe-mois-ci774235
mod_vvisit_countermois précedent848150

We have: 408 guests online
Ton IP: 54.224.155.169
 , 
Aujourd'hui: 24 Oct 2017