REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Monde


Sphère d'influence : comment les libertariens US refont la politique latino-américaine

Envoyer Imprimer PDF

aut_5567BisPour Alejandro Chafuen, le rassemblement qui a eu lieu au printemps dernier à l'hôtel Brick de Buenos Aires était autant un retour au pays qu'un tour d'honneur. Chafuen, un USAméricano-Argentin dégingandé, a passé sa vie d'adulte à saper les mouvements sociaux et les gouvernements de gauche en Amérique latine et centrale, et à promouvoir à leur place une version du libertarianisme favorable au business 

Pendant des décennies, cela a été un combat solitaire, mais pas dernièrement. Chafuen était entouré d'amis au Forum de 2017 sur la liberté en Amérique latine. La rencontre internationale de militants libertariens était sponsorisée par la Fondation Atlas de Recherche économique, une organisation à but non lucratif pour la formation en leadership, maintenant simplement connue comme le réseau Atlas (Atlas Network), que Chafuen dirige depuis 1991. A l'hôtel Brick, Chafuen se délectait de ses récentes victoires : ses années de travail commençaient à payer, grâce aux circonstances politiques et économiques  —  mais aussi grâce au réseau de militants que Chafuen avait mis tant de temps à construire.

Ces 10 dernières années, les gouvernements de gauche ont utilisé « l'argent pour acheter des votes, pour redistribuer », dit Chafuen, confortablement assis dans le hall de l’hôtel. Mais la récente chute des prix des matières premières, couplée avec des scandales de corruption, a donné l'occasion aux groupes du  Réseau Atlas de passer à l'action. « Quand il y a une opportunité, vous avez une crise, et il y a des exigences de changement, vous avez des gens qui sont formés à la promotion de certaines politiques », a observé Chafuen, paraphrasant feu Milton Friedman. « Et dans notre cas, nous avons tendance à privilégier les solutions privées aux  problèmes publics.»

Chafuen a désigné les nombreux leaders affiliés au réseau Atlas maintenant sous les feux de la rampe : des ministres dans le nouveau gouvernement conservateur en Argentine, des sénateurs en Bolivie, et les dirigeants du Mouvement Brésil Libre, qui a fait tomber la présidente Dilma Rousseff, où le réseau de Chafuen a pris naissance sous ses propres yeux.

 « Au Brésil j'ai été dans les manifestations de rue, et   je me dis d'un coup : "Hé ! Ce gars que j'ai rencontré quand il avait 17 ou 18 ans — il est là dans le bus et il dirige ça. C'est dingue !" » s'exclame Chafuen, tout excité. Ceux qui gravitent autour du réseau Atlas étaient tout aussi excités de tomber sur Chafuen à Buenos Aires. Des militants de divers pays l’arrêtaient de temps à autres pour chanter ses louanges quand il traversait l'hôtel. Pour beaucoup d'entre eux, Chafuen, depuis son piédestal dans le réseau Atlas, a servi de mentor, de mécène et de balise de guidage pour un nouveau paradigme politique dans leur pays.

Le président renversé du Honduras, Manuel Zelaya, à bord d'une voiture dans les faubourgs de San José sur la route de l'aéroport pour prendre un avion vers le Nicaragua, le 28 juin 2009. Photo Kent Gilbert/AP

Un virage à droite est en cours dans la politique latino-américaine. Des gouvernements socialistes triomphants s'étaient à un moment répandus pendant la majeure partie du début du 21e siècle  –  de Cristina Fernandez de Kirchner en Argentine au populiste favorable à la réforme agraire  Manuel Zelaya au Honduras –  défendant de nouveaux programmes pour les pauvres, nationalisant des entreprises, et défiant la domination US sur les affaires de l'hémisphère.

Cependant, ces dernières années les dirigeants de gauche sont tombés l'un après l'autre, parfois de façon spectaculaire. Zelaya fut sorti du palais présidentiel en pyjamas par  un coup d'État militaire ; en Argentine, un baron de l'immobilier a été porté à la présidence et Kirchner a été inculpée pour corruption ; et au Brésil, le Parti des Travailleurs qui était au pouvoir et qui était confronté à un scandale de corruption grandissant fut balayé par une procédure de destitution pour des accusations de magouilles budgétaires.  

Ce virage peut sembler faire partie d'un rééquilibrage régional plus large, simplement sous l'effet des circonstances économiques. Et pourtant le Réseau Atlas semble omniprésent, comme un fil conducteur faisant bouger les développements politiques. 

On n'a jamais raconté toute  l'histoire du Réseau Atlas et de son impact profond sur l'idéologie et sur le pouvoir politique. Mais des archives d'entreprises et des rapports provenant de trois continents, ainsi que des interviews de dirigeants libertariens dans tout l'hémisphère, révèlent l'étendue de l'histoire de son influence. Le réseau libertarien, qui a remodelé le pouvoir politique pays après pays, a également fonctionné comme une extension discrète de la politique étrangère des USA, avec les laboratoires d'idées  associés au réseau Atlas et discrètement subventionnés par le  Département d'Etat et la Fondation Nationale pour la démocratie [National Endowment for Democracy, NED] , une tentacule essentielle du « soft power » US.

Bien que de récentes enquêtes aient éclairé le rôle de puissants milliardaires conservateurs, tels que les frères Koch, dans le développement d'une version favorable aux entreprises de la pensée libertarienne, le réseau Atlas, qui reçoit des subventions des fondations Koch, a recréé des méthodes affinées dans le monde occidental pour les pays en développement. 

Le réseau est en expansion et revendique actuellement des partenariats souples avec 450 laboratoires d'idées à travers le monde. Atlas déclare qu'il a distribué plus de 5 millions de dollars à ses partenaires durant la seule année 2016.

Au fil des ans, Atlas et ses fondations charitables affiliées ont accordé des centaines de subventions à des laboratoires d'idées conservateurs et favorables à la libre concurrence en Amérique latine, parmi lesquels le réseau libertarien qui a soutenu le Mouvement Brésil Libre et des organisations derrière l'offensive libertarienne en Argentine, dont la Fondation Pensar, le laboratoire d'idées du réseau Atlas qui a fusionné avec le parti créé par Mauricio Macri, un homme d'affaires qui dirige maintenant le pays. Les dirigeants du Mouvement Brésil Libre et le fondateur de la Fondation Eléutera au Honduras, un laboratoire d'idées néolibéral influent issu du coup d'État, ont reçu l'appui financier d'Atlas, et font partie de la prochaine génération d'acteurs politiques qui sont passés par les séminaires de formation d'Atlas.

Le réseau Atlas intègre des dizaines d'autres laboratoires d'idées à travers la région, dont d'importants groupes qui appuient les forces de droite qui sont à l'origine du mouvement anti-gouvernemental en cours au Vénézuéla et la campagne de Sebastián Piñera, le candidat de centre-droit en tête des sondages pour l'élection présidentielle de cette année au Chili.

Des gens manifestent pour la destitution de la Présidente du Brésil Dilma Rouseff devant le Congrès national à Brasilia le 2 décembre 2015. Photo : Eraldo Peres/AP

La méthode d'Atlas n'a jamais été aussi bien illustrée que dans le réseau nouvellement formé de laboratoires d'idées brésiliens pour la libre concurrence. Des instituts récemment créés ont travaillé ensemble pour fomenter la colère contre les politiques socialistes, certains se concentrant sur les centres universitaires, tandis que d'autres œuvrent à former des militants et à entretenir une guerre constante contre les idées de gauche dans les médias brésiliens.  

L'effort pour concentrer la colère exclusivement sur la gauche a porté ses fruits pour la droite brésilienne l'année dernière. Les militants du Mouvement Brésil Libre, issus de la génération Y, dont un grand nombre s'est formé à l'organisation politique aux USA, ont dirigé un mouvement de masse pour canaliser   la colère publique sur un vaste scandale de corruption contre Dilma, la présidente de centre-gauche populairement désignée par son prénom.  Le scandale, surnommé Operação Lava Jato, ou Opération Lavage de Voiture, est une histoire toujours en cours de corruption impliquant des dirigeants politiques appartenant à tous les principaux partis politiques du Brésil, y compris les partis de droite et de centre-droit. Mais le Mouvement Brésil Libre, connu par ses initiales en portugais, MBL, très branché sur les médias sociaux, a réussi à orienter la plus grande partie de l'indignation directement sur Dilma, exigeant son éviction et la fin de la politique axée sur la protection sociale de son Parti des Travailleurs.

Le soulèvement, qui a suscité des comparaisons avec le mouvement du Tea Party, particulièrement si l'on considère l'appui discret des conglomérats industriels locaux et d’un nouveau réseau complotiste de voix médiatiques d'extrême-droite, a mis fin à 13 ans de gouvernement par le Parti des Travailleurs, en révoquant Dilma par  la procédure de destitution en 2016.

Le paysage d'où a surgi le MBL est un nouveau  développement au Brésil. Il y avait peut-être trois laboratoires d'idées libertariens il y a dix ans, a indiqué Helio Beltrão, un ancien dirigeant de fonds d'investissement qui dirige maintenant l'Instituto Mises, un organisme sans but lucratif portant le nom du philosophe libertarien Ludwig von Mises. Maintenant, a-t-il ajouté, avec l'appui du réseau Atlas, il y a presque 30 instituts comme celui-ci actifs au Brésil, qui travaillent tous en collaboration, ainsi que des groupes comme les Étudiants pour la Liberté ou le MBL.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16621.jpg

Alejandro Chafuen et Fábio Ostermann, un de ses poulains brésiliens, co-fondateur des Étudiants pour la liberté

 « C'est comme une équipe de football. La défense est le milieu universitaire. Les attaquants sont les politiciens. Nous avons marqué quelques buts », a-t-il dit, faisant allusion à la destitution de Dilma. Les milieux de terrains, dit-il, sont les « cultureux » qui façonnent l'opinion publique. 

Beltrão a expliqué que le réseau de laboratoires d'idées espère privatiser la poste nationale au Brésil, l'appelant « un fruit facile à cueillir » qui pourrait entraîner une vague plus importante de réformes en faveur de l'économie de marché.  Beaucoup de partis conservateurs brésiliens ont accueilli des agitateurs libertariens quand ceux-ci ont montré leur capacité à mobiliser des centaines de milliers de personnes pour protester contre Dilma, mais n'ont pas encore adopté les principes de base propres à la théorie de l'offre et de la demande.

Fernando Schüler. Photo : capture d'écran de YouTube

Fernando Schüler, un universitaire et chroniqueur lié à l'Instituto Millenium, un autre laboratoire d'idées d'Atlas au Brésil, a présenté les choses différemment.

 « Le Brésil a 17 000 syndicats financés par l'argent public, une journée de salaire par an va aux syndicats, complètement contrôlés par la gauche », dit Schüller. La seule façon de renverser la tendance socialiste est de leur damer le pion. « Grâce à la technologie, les gens pourraient participer par eux-mêmes, organiser à un coût modéré une sorte de manifestation publique  en utilisant les réseaux  — WhatsApp, Facebook, YouTube » a-t-il ajouté, en expliquant la façon dont les organisateurs libertariens ont mobilisé un mouvement de protestation contre les politiciens de gauche.

Les agitateurs anti-Dilma avaient créé un feu roulant quotidien de vidéos YouTube se moquant du gouvernement du Parti des Travailleurs, ainsi qu'un tableau de bord interactif pour encourager les citoyens à faire pression sur leurs députés pour appuyer la destitution.

Schüler a expliqué que le Mouvement Brésil Libre et son propre laboratoire d'idées reçoivent des soutiens financiers de la part de groupes industriels locaux, mais que le mouvement avait réussi en partie parce qu'il n'est pas assimilé aux partis politiques en place, dont la plupart sont considérés avec suspicion par le grand public. Il a avancé que la seule façon de transformer radicalement la société et d'inverser le sentiment populaire en faveur de l'État providence était de mener une guerre culturelle permanente visant à affronter les intellectuels de gauche et les médias.

L'un des fondateurs du laboratoire d'idées Instituto Millenium de Schüler, le blogueur brésilien Rodrigo Constantino, à polarisé la vie politique brésilienne avec sa rhétorique hyper-partisane. Constantino, qu'on a surnommé le « Breitbart du Brésil » pour sa vision conspirationniste et ses commentaires de droite acerbes, préside encore un autre laboratoire d'idées d'Atlas, l'Instituto Liberal. Il voit dans chacune des actions de la gauche brésilienne une tentative déguisée de subvertir la démocratie, qu'il s'agisse de la couleur rouge utilisée dans le logo brésilien de la Coupe du Monde, ou du programme Bolsa Familia d'aide pécuniaire  aux familles pauvres. 

Constantino a à son actif la diffusion de la fable selon laquelle les partisans du  Parti des Travailleurs sont des progressistes en limousine, des hypocrites fortunés qui se précipitent vers le socialisme pour revendiquer une supériorité morale tout en snobant les classes laborieuses qu'ils prétendent représenter.

La « breitbartisation»  du discours public n'est que l'une des nombreuses manières dont le réseau Atlas a habilement influencé le débat politique.

 « C'est un État très paternaliste. C'est fou. Il y a beaucoup de contrôle de l'État, et c'est le défi à long terme », a dit Schüler, ajoutant que malgré les récentes victoires, les libertariens avaient beaucoup de chemin à faire au Brésil. Il espérait copier le modèle de Margaret Thatcher, qui s'était appuyée sur un réseau de laboratoires d'idées libertariens pour promouvoir des réformes impopulaires. « Ce système de retraites est absurde. Je privatiserais tout l'enseignement »,  dit Schüler, débitant une litanie de changements qu'il ferait dans la société, depuis l'arrêt du financement des syndicats jusqu'à l'abrogation de la loi qui rend le vote obligatoire. 

Mais la seule façon de rendre tout cela possible, ajouta-t-il, serait de construire un réseau politiquement actif d'organismes à but non lucratif, menant tous des combats séparés pour promouvoir les mêmes buts libertariens. Le modèle existant — la constellation de laboratoires d'idées de droite à Washington D.C., soutenus par de puissantes fondations— est la seule marche à suivre pour le Brésil, dit  Schüler. 

C'est ce qu'Atlas, de son côté, est occupé à faire. Il accorde des aides à de nouveaux laboratoires d'idées, fournit des cours sur la gestion politique et les relations publiques, sponsorise des événements de réseautage dans le monde entier, et, ces dernières années, a consacré des ressources spéciales pour inciter les libertariens à influencer l'opinion publique au moyen de médias sociaux  et de vidéos en ligne.

Une compétition annuelle encourage le réseau Atlas à produire des vidéos virales sur YouTube promouvant les idées de laissez-faire et ridiculisant les partisans de l'État providence. James O'Keefe, le provocateur célèbre pour avoir asticoté les Démocrates avec ses vidéos tournées en caméra cachée, est venu expliquer ses méthodes chez Atlas. Des producteurs d'un groupe du Wisconsin, qui ont travaillé à la création de vidéos en ligne pour discréditer les manifestations d'enseignants contre la loi du Gouverneur Scott Walker pour casser les syndicats du secteur public, ont également fourni des instructions aux séances de formation d'Atlas.

Une  foule brûle un mannequin représentant le Président vénézuélien Hugo Chávez  sur la place Altamira au cours d'une manifestation contre le gouvernement. Photo : Lonely Planet Images/Getty Images

Parmi ses exploits récents, Atlas a joué un rôle dans un pays d'Amérique latine ravagé par la crise politique et humanitaire la plus aiguë de la région : le Venezuela. Des rapports obtenus grâce au Freedom Information Act  [loi sur la liberté d'information, NdT] par l'auteure et militante Eva Golinger, ainsi que des câbles du Département d'Etat révélés par la lanceuse d'alerte Chelsea Manning, révèlent l'effort sophistiqué des décideurs US pour utiliser les laboratoires d'idées d'Atlas dans une campagne de longue durée visant à déstabiliser le règne du dirigeant vénézuélien Hugo Chávez.

Rosario, Argentine, avril 2013 : les dirigeants du CEDICE reçoivent le prix "Excellence dans la défense de la liberté" (sic), décerné par le Réseau Atlas, représenté par l'incontournable Chafuen

Dès 1998, le Cedice Libertad (Centre de divulgation de la connaissance économique pour la liberté), fleuron des laboratoires d'idées d'Atlas à Caracas, capitale du Venezuela, recevait un soutien financier régulier du Centre pour l'entreprise privée internationale, l'un des quatre instituts de la NED. Dans une notification de subvention, les fonds destinés par la NED au Cedice sont indiqués avec la mention "aide au plaidoyer pour un changement de gouvernement". Le directeur du Cedice était parmi les signataires du très douteux "Décret Carmona" avalisant l'éphémère coup d'État militaire contre Chavez en 2002.

Un câble de 2006 de l'ambassadeur des USA  William Brownfield exposait la stratégie de financement d'organismes sans but lucratif politiquement actifs au Venezuela : « 1-Renforcer les institutions démocratiques; 2-pénétrer la base politique de Chavez; 3-diviser le chavisme; 4 - protéger les affaires vitales des USA et 5-isoler Chavez sur le plan international. »

Dans la crise actuelle du Venezuela, le Cedice a promu la récente vague de manifestations contre le Président Nicolas Maduro, le successeur de Chavez en difficulté. Le Cedice est étroitement lié à la figure de l'opposition Maria Corina Machado, l'une des cheffes de file des manifestations antigouvernementales massives des derniers mois. Machado a publiquement rendu hommage à Atlas pour son travail. Dans un message vidéo adressé au groupe en 2014 elle a dit : « Merci au Réseau Atlas, à tous les combattants de la liberté. »

La cheffe de l'opposition Maria Corina Machado a rendu hommage à Atlas pour son travail : « Merci au Réseau Atlas, à tous les combattants de la liberté », a-t-elle dit en 2014.

Au Forum latino-américain de la Liberté du réseau Atlas qui s'est tenu à Buenos Aires, les jeunes leaders s'agitaient dans tous les sens, partageant des idées sur la façon de battre le socialisme à tous les niveaux, depuis des batailles rangées sur les campus universitaires jusqu'à la mobilisation d'un pays entier  en faveur d'un impeachment.

Des « entrepreneurs » de laboratoires d'idées du Pérou, de République dominicaine et du Honduras se sont affrontés dans une compétition sur le modèle de « Shark Tank » (Bassin de requins), une émission de téléréalité dans laquelle des promoteurs de startups présentent leurs idées à un panel d'investisseurs fortunés et impitoyables. Mais au lieu de rechercher des investissements auprès d'un panel d'investisseurs de capital-risque, les leaders des laboratoires d'idées lançaient des idées de marketing politique dans une compétition pouvant leur rapporter 5 000 dollars. Dans une autre session, on débattait de stratégies pour attirer le soutien de l'industrie afin de soutenir des réformes économiques. Dans une autre pièce, des agents politiques discutaient des arguments que les « amoureux de la liberté » peuvent utiliser pour répondre à la vague générale de populisme « pour rediriger le sentiment d'injustice que beaucoup ressentent » vers des objectifs de libre concurrence.

Un jeune leader du CADAL (Centre pour l'ouverture et le développement de l'Amérique latine), un laboratoire d'idées de Buenos Aires, a présenté une idée pour classer chaque province de l'Argentine en utilisant ce qu'il a appelé « un index de la liberté économique », qui utiliserait les niveaux d'imposition et de réglementation comme le principal critère pour générer un battage médiatique pour des réformes en faveur de l'économie de marché. L'idée est consciemment inspirée par des stratégies similaires aux USA, dont « l'index de la Liberté économique » de la Fondation Heritage, qui compare les pays en se fondant sur des critères incluant les politiques fiscales et les barrières réglementaires à la formation d'entreprises.

Les laboratoires d'idées sont traditionnellement associés à des instituts indépendants formés pour développer des solutions non conventionnelles. Mais le modèle d'Atlas se concentre moins sur le développement de propositions de politiques réellement nouvelles, et plus sur la fondation d'organisations politiques qui offrent la crédibilité d'institutions universitaires, ce qui en fait des  organismes efficaces pour gagner les cœurs et les esprits.

Les idées de la libre concurrence — telles que la réduction des impôts sur les riches, la réduction du secteur public, placé sous le contrôle d'opérateurs privés, et la libéralisation des règles du commerce et les entraves à l'action  syndicale — se sont toujours heurtées à un problème de perception. Les partisans de cette vision ont découvert que les électeurs ont tendance à considérer de telles idées comme un outil au service du gratin. Le relookage du libertarianisme économique en idéologie d'intérêt public a nécessité des stratégies élaborées de persuasion de masse. 

Mais le modèle Atlas qui se répand maintenant rapidement à travers l'Amérique latine est fondé sur une méthode perfectionnée par des décennies de lutte aux USA et au Royaume-Uni, durant lesquelles les libertariens ont travaillé à endiguer le flux de l'État providence d'après-guerre.

Antony Fisher, l'entrepreneur britannique qui a fondé le Réseau Atlas, a été le pionnier de la vente des idées libertariennes en matière d'économie à un public élargi. L'approche était simple : Fisher s'était fixé comme mission, selon les mots d'un de ses associés, d'« infester le monde de think tanks libre-échangistes ».

La base des idéaux de Fisher venait de Friedrich Hayek, le précurseur de la pensée moderne sur le gouvernement limité. En 1946, après avoir lu dans le Reader's Digest  la version condensée  du livre de référence de Hayek, The Road to Serfdom (« La route de la servitude »), Fisher prit rendez-vous avec l'économiste autrichien à Londres. Selon le récit de son collègue John Blundell, Fisher suggéra à Hayek de se lancer dans la politique. Mais Hayek opposa une fin de non-recevoir, répliquant qu'en se focalisant sur une démarche ascendante visant à faire changer le discours public, on pourrait mieux contribuer à façonner la société.

Pendant ce temps, aux USA, Leonard Read, un autre idéologue de l'économie de marché, cultivait des notions similaires après avoir conduit, à la tête du bureau de Los Angeles de la  Chambre de Commerce US, des batailles acharnées contre les syndicats. Pour contrer la montée de l'État providence, il allait falloir trouver des réponses plus élaborées pour animer des débats populaires sur la direction que devait prendre la société, en occultant le lien avec les intérêts patronaux.

Fisher fut propulsé par une visite fatidique qu'il rendit à la Fondation pour l'Éducation économique, récemment lancée par Read, à New York ; celle-ci avait été fondée pour aider à subventionner et promouvoir les idées d'intellectuels partisans du libre-échange. Là, l'économiste libertarien F.A.. Harper, qui à cette époque travaillait à la FÉÉ, donna des conseils à Fisher sur la manière de créer son propre organisme sans but lucratif au Royaume-Uni.

The Collected Works of Leonard E. Read

La FEE propose 34 œuvres choisies de Leonard Read en un seul volume

Pendant son séjour aux USA, Fisher se rendit aussi avec Harper à l'Université Cornell pour y observer la dernière innovation de l'industrie animale : les cages en batterie. Il fut émerveillé par la vision de 15 000 poulets hébergés dans un seul bâtiment. Cela l'inspira à rapporter cette innovation chez lui. Son usine, Buxted Chickens, grandit rapidement et lui rapporta une fortune  conséquente. Une partie de ses bénéfices fut investie dans l'autre projet nourri pendant son voyage à New York : en 1955, Fisher créa l'Institut des Affaires économiques (IEA).

L'IEA permit de populariser les économistes, jusque-là obscurs, de la nébuleuse des adeptes des idées de Hayek. L'institut était une vitrine de l'opposition à l'État-providence britannique, alors en plein essor, mettant en relation des journalistes avec des universitaires adeptes du libre marché et diffusant régulièrement  des critiques par des tribunes dans les journaux, des interviews radio et des conférences.

La majeure partie des financements de l'IEA provenait d'entreprises : des géants britanniques de l'industrie et de la banque — de Barclays à BP — fournissaient des contributions annuelles. Selon  « Making Thatcher’s Britain » [La fabrication de la Grande-Bretagne thatchérienne, NdT] des historiens  Ben Jackson et Robert Saunders, un magnat du transport maritime avait fait la remarque que, puisque les universités fournissaient des munitions aux syndicats, l'IEA était une importante source de balles pour les patrons.

Comme le ralentissement économique et la montée de l'inflation des années 70 secouaient les fondements de la société britannique, des hommes politiques Tories [parti conservateur, NdT], se sont mis à graviter de plus en plus autour de l'IEA pour qu'il leur fournisse une vision  — et l' IEA rendait service avec des notes d'information accessibles et des thèmes de discussion que les politiciens pouvaient utiliser pour faire passer les concepts de libre concurrence auprès du public. Le Réseau Atlas plastronne : c'est l'IEA qui « a préparé intellectuellement ce qui est devenu plus tard la révolution thatchérienne des années 80 ». L'équipe de l'IEA écrivait des discours pour Margaret Thatcher, alimentait sa campagne de notes politiques sur des thèmes aussi variés que les syndicats ou le contrôle des prix et fournissait des réponses aux critiques contre elle dans les médias. Dans une lettre à Fisher après sa victoire de 1979, Thatcher écrivit que l'IE avait créé « le climat d'opinion qui a rendu notre victoire possible ».

Milton Friedman a dit un jour : « Il ne fait aucun doute  qu'il y a eu un énorme progrès en Grande-Bretagne, l'Institut des Affaires économiques créé par Antony Fisher a fait une énorme différence. Il a rendu possible Margaret Thatcher. Il a rendu possible, non pas son élection comme Premier ministre mais la politique qu'elle a été en mesure de suivre. Et la même chose dans ce pays [les USA], la pensée développée selon ces lignes a rendu possible Ronald Reagan et la politique qu'il a pu mener. »

L'IEA a bouclé la boucle. Hayek a monté un groupe sélect d'économistes libre-échangistes appelé la Société du Mont-Pèlerin. L'un de ses membres, Ed Feulner, a aidé à fonder le laboratoire conservateur de Washington, l'Heritage Foundation, inspiré du travail de l'IEA. Un autre membre de Mont-Pèlerin, Ed Crane, a fondé le Cato Institute, le laboratoire d'idées libertarien le plus réputé des USA.

L'économiste et philosophe politique austro-britannique Friedrich Hayek avec une classe d'étudiants à la  London School of Economics en 1948. Photo Paul Popper/Popperfoto/Getty Images

En 1981, Fisher, qui s'était installé à San Francisco, entreprit de développer la Fondation Atlas pour la Recherche économique, à la demande d'Hayek. Fisher s'était servie de son succès avec l'IEA  pour courtiser des entreprises donatrices pour aider à établir une chaîne de laboratoires d'idées plus petits, parfois régionaux à New York, au Canada, en Californie entre autres. Toutefois, avec Atlas l'échelle du projet du laboratoire d'idées  pro libre-concurrence de Fisher serait mondiale : un organisme à but non lucratif destiné à continuer sa tâche d'établir des têtes de pont libertariennes dans chaque pays de la planète. « Plus il y aura d'instituts établis dans le monde », déclara Fisher, « plus il y aura d'occasions de s'attaquer à divers problèmes demandant une solution. »

Fisher commença à lever des fonds, sollicitant des entreprises comme donateurs à l'aide de lettres de Hayek, Thatcher et Friedman, lançant  même  un appel urgent aux donateurs pour qu'ils aident à reproduire le succès de l'IEA avec Atlas. Hayek a écrit que le modèle de l'IEA « doit être utilisé pour créer des instituts semblables dans le monde entier ». Il a ajouté : « Ce serait de l'argent bien utilisé, si de grosses sommes pouvaient être rendues disponibles pour un tel effort concerté. »

La proposition fut envoyée à une liste de dirigeants d’entreprises de haut niveau et bientôt, l'argent commença à affluer des coffres d'entreprises  et de méga-donateurs républicains, parmi lesquels Richard Mellon Scaife.  Des sociétés comme Pfizer, Procter & Gamble et Shell contribuèrent toutes à Atlas. Mais Fisher affirma que leur influence devrait rester camouflée pour que le projet fonctionne. Fisher nota dans une proposition exposant l'objet d'Atlas : « Pour influencer l'opinion publique, il est nécessaire d'éviter toute suggestion d'intérêts particuliers ou d'intentions d'endoctriner. » Fisher ajoutait que le succès de l'IEA reposait sur le sentiment qu'il était universitaire et impartial. 

Atlas grandit rapidement. En 1985, le réseau comprenait 27 institutions dans 17 pays, dont des organismes à but non lucratif en Italie, au Mexique, en Australie et au Pérou.

Et le timing n'aurait pas pu être meilleur. L'expansion internationale d'Atlas arriva juste au moment où la politique étrangère de l'administration Reagan  redoublait  d'agressivité, dans l'espoir de régler leur compte aux gouvernements de gauche à l'étranger.

Alors qu'en public, Atlas déclarait qu'il ne recevait aucune subvention des gouvernements (Fisher dénigrait l'aide de l'étranger comme n'étant qu'une variété de «  pot-de-vin » pour fausser les forces du marché), des documents montrent que le réseau travaillait discrètement à acheminer de l'argent de gouvernements à sa liste grandissante de partenaires internationaux.

Dans une lettre de 1982 de l'Agence de Communication international [International Communication Agency], une petite agence fédérale se consacrant à promouvoir les intérêts US  à l'étranger, un bureaucrate du Bureau des Programmes du Secteur privé [Office of Private Sector Programs] écrivit à Fisher en réponse à une demande pour obtenir des subventions fédérales. Le bureaucrate disait qu'il lui était interdit de subventionner « directement des associations étrangères », mais qu'il pouvait coparrainer « des conférences ou des échanges avec des associations » organisés par des groupes comme Atlas. Il encourageait Fisher à envoyer une proposition. La lettre, expédiée un an après la fondation d'Atlas, était le premier signe que le réseau deviendrait un partenaire secret des intérêts de politique étrangères US. 

Des mémos et d'autres documents émanant de Fisher montrent que, dès 1986, Atlas avait aidé à programmer des rencontres avec des dirigeants d'entreprises pour adresser des fonds US vers son réseau de groupes de réflexion. Dans un cas, un responsable de l'Agence US pour le Développement international [U.S. Agency for International Development, USAID], le principal organe de subventions du gouvernement fédéral, recommandait que le directeur de la filiale de Coca-Cola à Panama collabore avec Atlas pour y mettre en place  un groupe de réflexion affilié dans le style de l'IEA. Les partenaires d'Atlas tiraient aussi des subventions des coffres de la National Endowment for Democracy [NED], un organisme à but non lucratif homologué par les pouvoirs publics fondé en 1983, largement financé par le Département d'Etat et l'USAID dans le but de construire des institutions favorables aux USA dans les pays en développement.  

Alejandro Chafuen de la Fondation Atlas pour la Recherche économique, au fond à droite, serre la main de Rafael Alonzo, du  CEDICE, à gauche, tandis que l'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa applaudit lors de l'ouverture du forum international «Liberté et Démocratie » à Caracas, le 28 mai 2009. Photo Ariana Cubillos/AP

En même temps que les subventions des entreprises et du gouvernement US affluaient, Atlas prit une nouveau tournant fortuit avec l'arrivée d'Alejandro Chafuen. Linda Whetstone, la fille de Fisher, s'est rappelée dans un hommage, qu'en 1985, le jeune Chafuen, qui vivait alors à Oakland, s’était présenté au bureau d'Atlas de San Francisco « et qu'il était prêt à travailler bénévolement ».

Chafuen, né à Buenos Aires, était originaire de ce qu'il décrivait comme « une famille antipéroniste ». Ils étaient fortunés et bien qu'ayant grandi dans une période de troubles incroyables, Chafuen vécu une vie relativement privilégiée. Il passa ses années d'adolescence à jouer au tennis et à rêver de devenir un athlète professionnel.

Chafuen attribue sa démarche idéologique à la voracité avec laquelle il dévorait des textes libertariens, depuis Ayn Rand jusqu'à des brochures publiées par la FEE, le groupe de Leonard Read qui avait inspiré Fisher à l'origine. Après des études au Grove City College, une école d’arts libéraux chrétienne et profondément conservatrice où il fit fonction de président du club libertarien, Chafuen retourna dans son pays natal. Les militaires étaient intervenus sous prétexte d'une menace de la part des révolutionnaires communistes. Des milliers d'étudiants et de militants allaient être torturés et tués dans la répression de la contestation de gauche qui suivit le coup d'État.

Chafuen se souvient de cette période d'une façon principalement positive, écrivant plus tard que l'armée avait agi par nécessité pour empêcher une « prise de contrôle du pays » par les communistes. Alors qu'il poursuivait une carrière d’enseignant, Chafuen rencontra « des totalitaires en tous genres » dans la vie universitaire.  Après le coup d'État militaire, il écrivit qu'il avait remarqué que ses professeurs étaient devenus « plus indulgents » malgré leurs désaccords avec lui.

Dans d'autres pays d'Amérique latine, le libertariansme trouvait également un public réceptif auprès des gouvernements militaires. Au Chili, après que l'armée eut balayé le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende, des économistes de la Mont Pelerin Society [Société du Mont-Pèlerin] affluèrent rapidement dans le pays, ouvrant la voie à des réformes libertariennes de grande envergure, dont la privatisation de l'industrie et du régime de retraites du pays.  Dans toute la région, sous la surveillance des dirigeants militaires de droite qui avaient pris le pouvoir, les politiques économiques libertariennes ont commencé à prendre racine..

De son côté, Chafuen manifesta son zèle idéologique dès 1979, quand il publia un essai pour la FEE intitulé « War Without End » [Guerre sans fin, NdT]. Il y décrivait les horreurs du terrorisme de gauche « comme la Famille de Charles Manson ou à un niveau de régiments, comme les troupes de guérilla au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud ». Il y avait un besoin, écrivait-il, de riposter pour les « forces de la liberté individuelle et de la propriété privée. »

Son enthousiasme attira l'attention. En 1980, à l'âge de 26 ans, Chafuen fut invité à devenir le plus jeune membre de la Mont Pelerin Society. Il voyagea à Stanford, une occasion qui le mit en contact direct avec Read, Hayek, et d'autres dirigeants libertariens. Dans les cinq ans qui suivirent, Chafuen épousa une USAméricaine et s'installa à Oakland. Il commença à établir des contacts avec des membres du Mont-Pèlerin, dans la région de San Francisco, dont Fisher.

Selon les PV du conseil d'administration d'Atlas, Fisher dit à ses collègues qu'il avait payé des honoraires de  500 $ pour Noël à Chafuen cette année-là, et qu'il espérait engager le jeune économiste à plein temps pour développer les groupes de réflexion d'Atlas en Amérique latine. L'année suivante, Chafuen organisa le premier sommet Atlas de laboratoires d'idées latino-américains à la Jamaïque.

Chafuen comprenait bien le modèle d'Atlas et travailla avec zèle pour étendre le réseau, aidant à lancer des groupes de réflexion en Afrique et en Europe, même s'il concentrait ses efforts sur l'Amérique latine. Expliquant comment attirer des donateurs, Chafuen fit remarquer un jour dans une conférence que les donateurs ne devaient pas apparaître comme les commanditaires d'enquêtes publiques, car les sondages perdraient en crédibilité. « Pfizer Inc. ne parrainerait pas des enquêtes sur les questions de santé, et Exxon ne paierait pas non plus des enquêtes sur l'environnement », nota Chafuen. Cependant les groupes de réflexion libertariens comme ceux du réseau Atlas pouvaient non seulement présenter la même étude avec plus de crédibilité, mais encore le faire d'une façon qui recueillerait plus de couverture dans les médias locaux. 

 « Les journalistes sont très attirés par tout ce qui est nouveau et facile comme sujet de reportage », dit Chafuen. Cela intéresse moins la presse de citer des philosophes libertariens, argua-t-il, mais quand un groupe de réflexion produit une enquête, les gens écoutent. « Et c'est aussi ce que voient les donateurs », ajouta-t-il.

En 1991, trois ans après la mort de Fisher, Chafuen prit la barre d'Atlas, et allait avoir l'occasion de s'adresser aux donateurs avec autorité sur le travail d'Atlas. Il se mit rapidement à accumuler des parrains pour promouvoir des objectifs spécifiques aux entreprises à travers le réseau. Philip Morris accorda des donations régulières à Atlas, dont une contribution de 50 000 $ au groupe en 1994, qui fut révélée des années plus tard à l'occasion d'un procès. Les documents montrent que le géant du tabac voyait Atlas comme un allié pour travailler sur des questions faisant l'objet de litiges internationaux.

Cependant des journalistes chiliens découvrirent que des laboratoires d’idées soutenus par Atlas avaient œuvré pour faire discrètement du lobbying contre les réglementations antitabac sans révéler leur financement par des compagnies de tabac, une stratégie que des groupes de réflexion similaires répétèrent dans le monde entier.

Des géants industriels comme ExxonMobil et MasterCard figuraient parmi les donateurs d'Atlas. Mais le groupe attirait également des figures dirigeantes du libertarianisme, comme les fondations associées à l'investisseur John Templeton et aux frères milliardaires Charles et David Koch, qui prodiguaient à Atlas et ses filiales des contributions régulières.

Les prouesses de Chafuen pour lever des fonds s'étendaient à un nombre grandissant de riches fondations conservatrices qui commençaient à fleurir. Il a été membre fondateur du Donors Trust, un fonds secret orienté par les donateurs qui a alloué plus de 400 millions de dollars à des organismes à but non lucratif libertariens, dont  des membres du réseau Atlas. Il fait aussi fonction d'administrateur dans la Chase Foundation de Virginie, qui a été fondée par un membre de la société du Mont-Pèlerin et envoie également de l'argent à des groupes de réflexion d'Atlas.

Une autre source de financement est venue du gouvernement US. A l'origine, la National Endowment for Democracy a rencontré des difficultés pour établir des associations politiques favorables aux USA. Gerardo Bongiovanni, le président de la Fundación Libertad, un groupe de réflexion rattaché à Atlas, de Rosario, en Argentine, a fait remarquer pendant une conférence avec Chafuen que la mise de fonds initiale provenant du partenaire pour les subventions de la NED, le Centre pour l'Entreprise privée internationale [Center for International Private Enterprise], s'est élevée à un million de dollars entre 1985 et 1987. Les groupes de réflexion qui ont reçu ces subventions initiales ont rapidement disparu, selon Bongiovanni, qui a invoqué un manque de formation en gestion. 

Toutefois Atlas a réussi à transformer l'argent du contribuable US  reçu par l'intermédiaire de la NED et du Centre pour l'Entreprise privée internationale en une importante source de financement pour faire grandir son réseau. Les vecteurs de financement ont fourni de l'argent pour dynamiser les groupes de réflexion d'Atlas en Europe de l'Est à la suite de la chute de l'Union soviétique, et, plus tard, pour promouvoir les intérêts US  au Moyen-Orient. Parmi les bénéficiaires de l'argent du Centre pour l'Entreprise privée internationale, il y a le Cedice Libertad, le groupe remercié par la dirigeante de l'opposition vénézuélienne Maria Corina Machado.

Sebastian Gorka, assistant adjoint du président à la Maison Blanche, participe à une interview télévisée à l'extérieur de l'aile ouest, le 9 juin 2017, à Washington, D.C. Photo : Chip Somodevilla/Getty Images

À l’hôtel Brick, à Buenos Aires, Chafuen réfléchit sur les trois dernières décennies. Fisher « serait satisfait d’une manière générale et il n’en reviendrait pas de voir à quel point notre réseau a grandi », dit-il, notant que le fondateur d'Atlas ne se serait peut-être as attendu au niveau d'engagement politique direct dans lequel le groupe est impliqué.

Chafuen rayonnait quand le Président Donald Trump est arrivé, félicitant les personnes nommées par le  Président. Et pourquoi pas ? L'administration de Trump est truffée d’anciens élèves de groupes liés à Atlas et d’amis du réseau. Sebastian Gorka, conseiller islamophobe au contre-terrorisme de Trump, a dans le passé dirigé  un groupe de réflexion épaulé par Atlas en Hongrie. Le Vice-président Mike Pence a assisté à une manifestation d'Atlas et a fait un vibrant éloge du groupe. La secrétaire à l'Éducation nationale Betsy DeVos [fille et belle-fille de milliardaires, sœur du fondateur de la compagnie militaire privée Blackwater, NdT] et Chafuen étaient proches de par leurs rôles de direction à l'Institut Acton, un groupe de réflexion du Michigan qui développe des arguments religieux en faveur des politiques libertariennes — et qui entretient à présent une filiale au Brésil, le Centro Interdisciplinar de Ética e Economia Personalista.

Judy Shelton

Cependant la personnalité peut-être la plus appréciée par Chafuen dans l'administration, est Judy Shelton, économiste et camarade de longue date du Réseau Atlas. Après la victoire de Trump, Shelton est devenue présidente de la NED. Elle avait auparavant œuvré en tant que conseillère de la campagne de Trump et de l'effort de transition. En en parlant, Chafuen rayonnait : « Vous avez là des gens d'Atlas à la présidence de la Fondation nationale pour la démocratie. »

Avant de terminer l’entretien, Chafuen a annoncé que beaucoup de choses restaient à venir : plus de groupes de réflexion, plus d'efforts pour renverser des gouvernements de gauche, et plus de partisans d'Atlas et anciens élèves parvenus aux plus hauts niveaux des gouvernements du monde entier. « Le travail se poursuit », a-t-il déclaré.

Plus tard, Chafuen est apparu au gala du Forum Liberté pour l'Amérique latine. Avec un groupe d’experts d'Atlas, il a discuté du besoin d’accroître les mouvements d'opposition libertariens en Équateur et au Venezuela.

Danielle Mackey a contribué à la documentation pour ce récit.

Traduction collaborative des lecteurs du site Les Crises et de Tlaxcala

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16619.jpg

Lee Fang

Original: Sphere of Influence: How US libertarians are remaking Latin American politics

Traduit par Les Crises

Edité par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Traductions disponibles : Português Español

Source : Tlaxcala, le 21 août 2017


 

 
Plus d'articles :

» La Silicon Valley n’est pas ton amie

Cet essai est une adaptation du livre “”[Les Grosses Têtes : l’ascension de la Silicon Valley comme centrale de pouvoir et boule de démolition sociale], qui vient de paraîtreNous commençons à comprendre que les entreprises de technologie...

» Pablo Neruda n’est pas mort d’un cancer, mais le mystère demeure

« Ce qui est certain, ce qui est catégoriquement sûr à 100 %, c’est que le certificat de décès ne reflète pas la réalité », affirme un groupe d’experts internationaux.Un groupe de seize experts internationaux mandaté...

» L'autre secret de Polichinelle de Hollywood, à part Harvey Weinstein : la prédation sexuelle des jeunes garçons

"C’est probablement l'endroit au monde où les adultes ont le plus de contacts directs et inappropriés avec des enfants ", a déclaré l’ex-enfant acteur Corey Feldman.La semaine dernière, l’ex-enfant acteur , (Stand by Me, The Goonies) a ...

» Élections régionales au Venezuela : large victoire du chavisme et… nouvelle défaite de la droite et des médias

Ce dimanche 15 octobre, plus de 18 millions de vénézuéliens étaient invités à élire les 23 gouverneurs de 23 états parmi 226 candidats de droite ou bolivariens (= chavistes) – sauf à Caracas qui n’est pas un État. À cet effet le ...

» La Russie s’engouffre dans la faille saoudo-iranienne

La et émissaire du président pour le Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, proposant la médiation de Moscou pour un rapprochement entre Riyad et Téhéran, intervient au cours de la semaine de la rencontre du roi Saoudien Salman bin Abdulaziz avec le...

» Katasliamana : 300 jours de protestation pacifique de la nation wayú dans la Guajira colombienne

Le 7 octobre 2017, plus de 80 représentants des autorités wayúu traditionnelles, leaders indigènes des communautés wiwa et kankuamos de la Sierra Nevada, awa du Nariño, paysans et afro-descendants des communautés de Tabaco et Matitas, se sont...

» Équateur : Lenín Moreno, le “Gorbatchev” équatorien, démantèle la Révolution citoyenne

Le monde, absorbé par les menaces de Trump, les ouragans dévastateurs et le tremblement de terre au Mexique, ne s'est pas rendu compte du changement qui se produit en Équateur  sous la présidence de Lenín Moreno, qui s'éloigne chaque jour...

» La croisade de Ninoska, la Simplemente deliciosa gusana de Miami

Elle s’appelle Ninoska Pérez-Castellón et vous n’aviez jamais entendu parler d’elle jusqu’à cet instant. Moi-même j’ignorais tout d’elle jusqu’au 9 octobre 2017 à la mi-journée. Je l’ai découverte en navigant sur la toile pour...

» Mexique : Marichuy, la porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement (CIG) enregistre sa candidature indépendante à la présidence

Ville de Mexico | Desinformémonos - María de Jesús Patricio, porte-parole du Conseil indigène de Gouvernement (CIG), déposera sa candidature le samedi 7 octobre à l'Institut national électoral (INE), malgré "les innombrables actes racistes...

» Désaccords de paix en Colombie

Il aura fallu plus d’un demi-siècle d’une guerre fratricide pour que, le 1er septembre 2017, l’impensable ait lieu : ce jour-là, c’est bien le numéro un des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), Rodrigo Londoño...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Thomas Sankara (1949-1987)

Seule la souveraineté est progressiste: Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est tombé sous les balles des conjurés au grand bénéfice de la "Françafrique" - Bruno Guigue Sur les traces de la r...

 

Che che che

La face sensible du Che Rencontre avec sa fille Aleida Guevara March  - Sergio Ferrari Devant la dépouille de "Che" Guevara: le reportage de l'AFP en 1967 –AFP L’exemple de “Che”...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 

Édition Spéciale « bilan 2016»

L'année 2016 en mots et en noms Les pays qui ont fait la Une Syrie, Turquie, USA, Russie, Maroc, Philippines, Allemagne, Royaume-Uni, Tunisie, Corée du Sud, Congo, Brésil, Italie, Chine, Yém...

 

Spécial : #HastaSiempreComandante FIDEL!

Fidel est une planète Sauvons-les tous et toutes Fidel est mort invaincu Fidel Castro : La dette ne doit pas être payée Fidel Castro a donné à Cuba une place hors norme dans le monde Fi...

 

Spécial COP21 PARIS

Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique ! Le pari ambigu de la coopération climatique Accord à la COP21 : même sur une planète morte, le commerce international ...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4797
mod_vvisit_counterHier35353
mod_vvisit_counterCette semaine75265
mod_vvisit_countersemaine précedente208671
mod_vvisit_counterCe-mois-ci777157
mod_vvisit_countermois précedent848150

We have: 444 guests online
Ton IP: 54.81.108.205
 , 
Aujourd'hui: 24 Oct 2017