REDHER - La pluma
Accueil Articles Droits Humains Multinationales


Cajamarca (département du Tolima) : référendum d’initiative populaire et bataille pour le territoire en Colombie

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_2462Bis1Le dimanche 26 mars 2017 a eu lieu à Cajamarca un plébiscite très attendu: les habitants devaient se prononcer sur l'exploitation de la mine d'or de la Colosa qui se trouve sur leur commune. Les 6241 personnes concernées sont allées voter pour répondre à une question sans ambiguïté : êtes-vous d'accord avec le projet d'extraction d'or à Cajamarca et les activités qui lui seront liées ? Oui ou non?

 

 

Le résultat fut sans appel : 98 % des votants ont répondu non et seulement 78 personnes oui.  Cajamarca a fêté l’événement. Mais celui-ci ne tombait pas du ciel : ce qui s'est passé le 26 mars était l'aboutissement de plusieurs années de travail. Il y a eu un investissement sans failles, de la part du Comité Environnemental et Paysan de Cajamarca, des organisations sociales de tous bords, des organismes étudiants, des collectifs de jeunes, des syndicats paysans et bien sur, du Comité Organisateur de la Consultation Populaire sur les activités minières à Cajamarca. Pendant des années, ils ont sensibilisé la population à la question, avec des conférences, des campagnes de porte à porte, la distribution de graphiques et autres documents décrivant les impacts de l'extraction minière à grande échelle. Sans oublier les marches pour l'eau, la vie et contre les mines, qui ont eu lieu chaque année lors du festival de musique d'Ibagué et qui ont été massivement suivies. N'oublions pas non plus Piedras, qui a donné l'exemple, le 28 juillet 2013, avec 99 % de non au projet minier lors du référendum qui y fut organisé.

Cet activisme a eu un coût : répression, menaces et poursuites. Mais avec courage, obstination, évitant les divers obstacles administratifs rencontrés sur leur chemin, les organisations sociales sont arrivées à mener à bien un référendum grâce auquel le village a exprimé clairement sa volonté.

Je ne reviendrai pas ici sur les effets néfastes du projet minier pour l'environnement, les communautés, et la vocation agricole de Cajamarca ; j'ai déjà abondamment parlé de la question en d'autres occasions. Le Tolima est le moteur de « la locomotive minière » gouvernementale1 : 713 permis d'exploitation ont été délivrés en novembre 2013, ce qui veut dire que 404 602 des 2 356 200 hectares de ce département ont été cédés à l'industrie extractive. Dans la mesure où 441 permis supplémentaires ont été délivrés depuis, on peut considérer que 526 107.2 hectares de plus seront consacrées à l'extraction minière à grande échelle. La menace ne concerne pas seulement les zones rurales les plus reculées. Elle plane sur la commune elle-même. La Colosa est donc l’épicentre de ce tremblement de terre minier, qui n'affecte pas seulement les populations habitant les zones d'extraction, mais aussi les communes où partiront les déchets et où se réaliseront les activités de lessivage (celle de Piedras), ainsi que le sud du Tolima, où l'on prévoit d'installer une série d'usines hydroélectriques destinées à fournir l'énorme quantité d’électricité nécessaire à la multinationale qui est derrière le projet, Anglo Gold Ashanti. Cette multinationale a accaparé 60% de la commune de Cajamarca, avec des concessions de 30 440 hectares et 21 permis miniers, bien qu'elle n'ait pas obtenu l'autorisation d'exploiter la Colosa par les organismes chargés de la gestion de l'environnement.

Le village de Cajamarca, en s'attaquant à ce projet pharaonique, a frappé le plan minier en plein cœur. Mais le gouvernement, fidèle à ses réflexes autistes, a dit qu'il ne tiendrait pas compte de l'opinion du village. Rien d’étonnant à cela. L'histoire montre qu'il a toujours été enclin à trahir ceux d'en bas, et à servir ceux d'en haut, car hommes politiques et chefs d'entreprises ont des intérêts liés. Le cas Odebrecht n'est jamais que la partie émergée de l'iceberg. Ils continueront à tout faire pour que l'industrie extractiviste se développe, même s'il faut pour cela empoisonner la moitié du pays.

Le ministre des Mines, Germán Arce Zapata, a déjà déclaré publiquement que le référendum n’était pas contraignant  ; en disant cela, il se fait l’écho d’Anglo Gold Ashanti dont il devient le porte6parole. Pourtant, comme l'a montré l4 ONG De justicia, de tels propos sont faux, car le référendum, qui a réuni bien plus de monde que ne l'exigeait la loi, est contraignant. Rappelons à ce sujet qu'en mai 2016, la Cour Constitutionnelle avait annulé la disposition légale qui empêchait les entités locales de s'opposer à des projets miniers sur leur territoire (article 37 de la loi 685 de 2001). Mais, comme toujours, lorsque le peuple exprime des intérêts qui entrent en contradiction avec ceux de notre oligarchie dorée, la démocratie devient une formule creuse.

Cette démocratie morte, oligarchique, truquée, qui permet aux plus riches de s'enrichir encore plus et qui préserve les intérêts des groupes au pouvoir depuis toujours, doit affronter la poussée d'un mouvement démocratique construit à partir d'en bas. Ce mouvement participatif, inclusif, véritablement populaire, s'exprime dans les nombreux conflits environnementaux qu'il y a actuellement en Colombie.

Le tissu social du futur se construit à partir du quartier, de la rue, de la campagne, du monde du travail et son axe, c'est le territoire et la commune. Le mouvement populaire de Cajamarca nous prouve que d'autres formes de démocratie sont possibles même si les puissants ne veulent pas les prendre en compte.

Le référendum a eu lieu. Santos ayant refusé de le reconnaître et poursuivant sa politique économique de prédation, il est probable que le prochain référendum se fera dans la rue et sur le territoire du Tolima. Les Tolimenses auront un autre motif d'action : la nécessité de défendre leur vie de façon collective.

Voilà le processus à travers lequel se construit le pouvoir populaire. Le peuple de Cajamarca a déjà parlé et agi en conséquence. Il a envoyé un message clair à Anglo Gold Ashanti et à la Locomotive minière de Santos :

¡ No pasarán !

 NdlT

1- Santos qualifie l’activité minière des multinationales de « locomotive de l’économie colombienne ».

José Antonio Gutiérrez Dantón

Original: Cajamarca, Tolima: consulta popular y disputa por el territorio en Colombia

Traduit par Claude Bourguignon Rougier

Edité par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 16 août 2017


 
Plus d'articles :

» Brésil: l’incarcération de Lula réactive le coup d'État "made in USA" de 2016

Après un procès soldé par une condamnation à 12 ans d’emprisonnement de l'ancien président Inácio Lula da Silva, dans lequel les preuves et les témoins de la défense ont été rejetés par les juges du TRF-4 [Tribunal régional fédéral]...

» Aurora Muriente : « Porto Rico demeure sous domination coloniale »

L’activiste portoricaine explique les raisons pour lesquelles la lutte indépendantiste veut se débarrasser du joug étasunien. Aurora Muriente Pastrana, est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une...

» Brésil: Violence et haine de classe

Quel lien peut-on établir entre l'assassinat de la conseillère Marielle Franco et les poursuites  pénales contre Lula? Comment lier la destitution illégitime de Dilma Rousseff et l’intervention militaire dans les favelas? Quels liens y...

» Brésil : L’état d’exception est la règle générale Entretien avec Felipe Paiva

« Si le programme de transformation sociale avait été menée à bien, nous n’en serions plus au même point qu’au départ, nous aurions fait un petit pas en avant. » Entretien avec le chercheur Felipe Paiva, doctorant en Histoire à l'UFF...

» Brésil : le PSOL de Marielle, histoire d’un parti de gauche

Pendant quinze jours, les journaux et télévisions européens ont braqué leurs projecteurs sur le Brésil, pour commenter l’assassinat de Marielle Franco, une militante du PSOL, qui était devenue, à Rio de Janeiro, le symbole de la lutte pour...

» Brésil : 2018, nous voilà ! Féminismes et diversités à l’assaut du pouvoir

Marielle Franco a aidé Le Monde Diplomatique Brésil au moment où nous en avions le plus besoin. En décembre 2017, elle a enregistré une vidéo de soutien à notre campagne de financement collectif. En janvier 2018, son article a fait la...

» Anahi Durand : "Au Pérou, la Constitution facilite la corruption. Il faut donc en changer"

Coup de théâtre au Pérou. Mouillé dans plusieurs scandales de corruption, le président Pedro Pablo Kuczynski (PPK) a tenté de profiter d’un système politique défaillant pour se maintenir au pouvoir. Mal lui en a prit. Les révélations sur...

» La légalisation de l'avortement n'est pas une question morale

L’avortement est toujours illégal en Argentine, sauf pour certaines situations bien définies. Le nombre d’avortements clandestins est estimé à 500 000 par an, et le nombre de femmes qui en meurent va selon les sources de quelques...

» « Être une femme noire, c’est résister et se battre tout le temps pour survivre»: une interview de Marielle Franco, 8 mars 2017

Le 8 mars 2017, l’hebdomadaire Brasil de Fato avait interviewé Marielle Franco, victime d’une exécution extrajudiciaire le 14 mars 2018 à Rio de Janeiro. Elle venait alors d’entamer son mandat de conseillère municipale.« Les femmes...

» L’armée contre les classes dangereuses : le Brésil sur les pas du Mexique

Le 16 février, le gouvernement de Michel Temer a confié la sécurité de Rio de Janeiro aux forces armées. Des corps de police aux pompiers et aux prisons, tout passe sous le contrôle des militaires. L'excuse, comme toujours, est la violence et...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui15961
mod_vvisit_counterHier20488
mod_vvisit_counterCette semaine15961
mod_vvisit_countersemaine précedente118117
mod_vvisit_counterCe-mois-ci372682
mod_vvisit_countermois précedent622047

We have: 187 guests online
Ton IP: 54.80.103.120
 , 
Aujourd'hui: 22 Avr 2018