REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


“La liberté contre le destin”: Bruno Jaffré rend hommage à Thomas Sankara à travers ses discours

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_5538BisTrente ans après sa liquidation physique, le président Thomas Sankara est toujours vivace dans la mémoire de millions de Burkinabè, témoins oculaires ou auditifs de la révolution du 4 août 1983. Les hauts faits de ce chapitre historique du pays des hommes intègres (ex-Haute-Volta) ont été maintes fois contés et racontés à travers conférences, documentaires et ouvrages. Le dernier en date est « La liberté contre le destin ». Il s’agit d’un recueil des principaux discours de Thomas Sankara et des discours inédits rassemblés et commentés par Bruno Jaffré, écrivain prolifique sur l’histoire du capitaine rebelle qui a fait trembler l’impérialisme.

Pierre-Christophe Gam

« Ce qui frappe dans les discours de Thomas Sankara, c’est la clarté, la cohérence et la ténacité (…) Thomas Sankara clame haut et fort ses choix politiques, indépendance nationale et développement autocentré », soutient Bruno Jaffré, dans son mot annonçant le 19e discours dans lequel Thomas Sankara préfère « un développement sur mesure » à « un développement prêt-à-porter ». Dans « La liberté contre le destin », l’on retrouve comme ça des discours de haut vol, presque prophétiques qui rendront nostalgiques plus d’un.

Faire connaitre une révolution « mal connue »

Dans l’Avant-propos de l’ouvrage paru aux éditions Syllepse, à Paris, Bruno Jaffré explique que la plupart des discours rassemblés ne figurent pas dans les ouvrages précédents et quelques-uns sont restés jusqu’ici inédits car étant sous le format audio et non retranscrits. « Les discours ne sont que des discours, la retranscription d’une pensée, d’un projet. On entend souvent dire que Thomas Sankara faisait ce qu’il disait. Confronter la pensée exprimée dans les discours à la réalité, comparer le projet aux réalisations, sont des objectifs majeurs de cet ouvrage », explique-t-il. L’auteur s’est donc lancé dans un vaste chantier, celui de faire connaitre, à travers les discours de Thomas Sankara, une révolution « mal connue » et dont la philosophie mérite d’être appropriée et approfondie par le peuple burkinabè, voire africain.

L’avocat des masses populaires

Le premier discours présenté dans l’ouvrage est celui prononcé par le capitaine Sankara en janvier 1983 lors de la cérémonie de prise de fonction en tant que Premier ministre. Face aux membres du gouvernement du Conseil du salut du peuple (CSP) du président Jean-Baptiste Ouédraogo il se mue en avocat du peuple voltaïque : « (…) Nous ne devons pas craindre les masses, et nous barricader dans des bureaux climatisés pour penser lourdement à sa place, avec les pesanteurs petites-bourgeoises, sans tenir compte de lui et de ses conditions concrètes de vie et de travail. En un mot, je voudrais vous dire que nous ne devons pas tenir le peuple en respect, mais réserver tout le respect au peuple ».

« Les ennemis du peuple »

Deux mois plus tard, Thomas Sankara prononce un autre discours au 7e sommet du mouvement des non-alignés à New Delhi en Inde. S’en suivra le discours du 26 mars, toujours en 1983, où le Premier ministre a déclaré que « Ouagadougou sera le bolibana* de l’impérialisme ». Il en a profité pour mettre à l’index les ennemis du peuple. Pour Thomas Sankara, ces ennemis sont à l’intérieur comme à l’extérieur. Et ce sont les faussaires, les magouilleurs qui sont enrichis de manière illicite et qui ont profité de leur position de bureaucrates. Il s’en prend également aux bourgeois corrompus, aux hommes politiques qui ne parcourent la campagne que lorsqu’il y a des élections, etc. Ce discours marque le début de la rupture avec le président Jean-Baptiste Ouédraogo.

Tout commence par le Discours d’orientation politique (DOP)

JPEG - 32.4 ko

Bruno Jaffre biographe du président Thomas Sankara

Vient en 4e position, le discours révolutionnaire prononcé à Bobo-Dioulasso face à la jeunesse voltaïque, un 14 mai, soit trois jours avant son arrestation. La libération du capitaine Thomas Sankara le 4 août 1983 marque le début de la révolution et de plusieurs discours dont le plus emblématique est le Discours d’orientation politique (DOP) prononcé le 2 octobre et écrit en grande partie par le regretté Dr Valère Somé. C’est par ce discours que Bruno Jaffré débute le récit de l’éphémère révolution dans l’ouvrage. L’on y retrouve les quatre discours prononcés à l’occasion de l’anniversaire de la révolution, discours de rétrospection et d’introspection. Les discours à l’assemblée générale des Nations Unies, le 4 octobre 1984, à la 11e conférence de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), le 26 mars 1986, font également partie de ce recueil.

Si le discours de Thomas Sankara tenu à la clôture de la première conférence des Comités de défense de la révolution (CDR) en avril 1986 et dans lequel il a déclaré que « l’abus du pouvoir doit être étranger aux CDR », a été publié, il n'en reste pas moins moins que le discours prononcé à la deuxième conférence, un an plus tard, n’a pas encore été retrouvé, selon Bruno Jaffré

Le dernier discours

D’autres discours notamment sur l’éducation (17 octobre 1986), sur les rapports franco-burkinabè (17 novembre 1986), sur les biens de Thomas Sankara (19 février 1987), sur la libération de la femme (8 mars 1987), sur la dette (29 juillet 1987) ont été présentés également dans l’ouvrage. Le dernier discours que le père de la révolution devait prononcer un soir de 15 octobre 1987 lors d’une réunion de sortie de crise qu’il avait convoqué y figure également. Selon Jaffré, ce discours, sous forme manuscrite, a été retrouvé il y a quelques années par le journaliste Denis de Montgolfier et authentifié par plusieurs sources.

Une trentaine d’images en noir et blanc

« La liberté contre le destin », c’est aussi une trentaine d’images en noir et blanc intercalées entre les discours, une biographie et une chronologie des événements depuis la naissance du capitaine rebelle, le 21 décembre 1949, jusqu’au 24 décembre 1989, lorsque les troupes de Charles Taylor soutenus par un certain nombre de chefs d’Etat africains déclenchent une guerre au Libéria qui va durer jusqu’en 2003. L’ouvrage fait 480 pages et porte, en préface, la griffe de l’économiste Ra-Sablga Ouédraogo, directeur exécutif de l’Institut Free Afrik.

En rappel, Bruno Jaffré n’est pas à son premier livre sur le président Thomas Sankara. En 1989, il est l’auteur déjà de « Burkina Faso : Les Années Sankara de la Révolution à la Rectification » et « Biographie de Thomas Sankara », en 1997, tous deux parus à l’Harmattan. Cette deuxième œuvre sera revue et augmentée dix ans plus tard. Il a également collaboré à la rédaction de l’ouvrage collectif « Redécouvrir Thomas Sankara, martyr de la liberté ». Bruno Jaffré est enfin l’un des animateurs du seul site entièrement dédié au père de la révolution burkinabè, www.thomassankara.net.

* Bolibana: " La course est finie" en bambara (ou malinké), était le nom du dernier camp retranché de l'Almani Samory Touré, qui fédéra la résistance des peuples mandingues à la conquête coloniale française, et dans lequel il fut capturé par le Capitaine Graud en 1898, pour être déporté au Gabon, où il mourut de pneumonie [Note de Tlaxcala]






Thomas Sankara

La liberté contre le destin

Discours rassemblés et présentés par Bruno Jaffré

Edition Syllepse, mai 2017
478 pages, 20 euros.







Herman Frédéric Bassolé

Source : Tlaxcala, le 4 août 2017


 
Plus d'articles :

» Thomas Sankara et la libération des femmes

Depuis le jour où Sankara a pris le pouvoir le 4 août 1983, dans ce petit pays appelé Haute-Volta , j'ai cru aveuglément qu'un monde meilleur était possible, accompagnant cette «aventure» magnifique, dans ce qui devait devenir le "Pays des...

» Affaire Sankara: La France doit accepter la levée du secret défense sans tarder !

Communiqué de presse : Justice pour Thomas Sankara Après deux ans d’enquêtes, François Yaméogo a auditionné une centaine de personnes, en a inculpé près d’une quinzaine. Son sérieux et son intégrité ne peuvent être mis en doute....

» AuditFest, une rencontre entre mouvements sociaux et ’municipalités du changement’ pour l’abolition des dettes illégitimes

Ces 14 et 15 octobre, plus d’une centaine de participantEs se sont retrouvéEs à Barcelone pour l’AuditFest organisé par la PACD () durant la traditionnelle semaine internationale contre la et les institutions financières internationales en...

» Burkina : Le projet de sortie de crise de la CEDEAO reprend les revendications des putschistes

 Suite au coup d’État du 16 septembre du général Diendéré, proche parmi les proches de Blaise Compaoré, la CEDEAO (Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest), a dépêché au Burkina les présidents Macky Sall du Sénégal et...

» L'enjeu burkinabè : dislocation mafieuse ou réinvention de l’intérêt général

 Le coup de force du régiment de sécurité présidentielle du Burkina Faso, dans la nuit du 16 au 17 septembre, aussi sidérant soit-il, ne doit pas nous laisser sans voix. Paradoxalement, il éclaire d’un jour violent la bifurcation...

» Aziz Salmone Fall : « La jeunesse africaine doit lutter contre le néocolonialisme intellectuel »

Coordonnateur de la campagne internationale Justice pour Thomas Sankara (CIJS), membre influent du Groupe de Recherche et d’Initiatives pour la libération de l’Afrique (GRILA), Aziz Salmone Fall est de tous les combats qui visent...

» Le militant burkinabè Hamadou Ouédraogo revient sur la figure de Thomas Sankara

Interview du militant burkinabè Hamadou Ouédraogo, qui revient sur la figure du leader anti-impérialliste Thomas Sankara, et sur l'espoir porté par la "génération consciente" au Burkina Faso.

» Burkina Faso : qui a tenu le manche du balai? ou Comment organiser une "révolution" pour que rien ne change

« Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi ! » « Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change ! » Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard (Il Gattopardo), 1958

» Burkina Faso : Images de la Révolution d'Octobre

Photoreportage d'Ouagadougou depuis Ouagadougou par Mikaël Doulson AlbercaPour voir toutes les Images cliquer

» Burkina Faso: Blaise Compaoré chassé par son peuple ! Il ne doit pas échapper à la justice

L’insurrection populaire au Burkina Faso a balayé le régime décadent de Blaise Compaoré. Ces jours du 30 et 31 octobre 2014 sont entrés dans l’histoire d’un peuple brave, un peuple mûr, un peuple digne, et au-delà de ça dans...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 

Édition Spéciale « bilan 2016»

L'année 2016 en mots et en noms Les pays qui ont fait la Une Syrie, Turquie, USA, Russie, Maroc, Philippines, Allemagne, Royaume-Uni, Tunisie, Corée du Sud, Congo, Brésil, Italie, Chine, Yém...

 

Spécial : #HastaSiempreComandante FIDEL!

Fidel est une planète Sauvons-les tous et toutes Fidel est mort invaincu Fidel Castro : La dette ne doit pas être payée Fidel Castro a donné à Cuba une place hors norme dans le monde Fi...

 

Spécial COP21 PARIS

Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique ! Le pari ambigu de la coopération climatique Accord à la COP21 : même sur une planète morte, le commerce international ...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui16187
mod_vvisit_counterHier31267
mod_vvisit_counterCette semaine192809
mod_vvisit_countersemaine précedente238372
mod_vvisit_counterCe-mois-ci606919
mod_vvisit_countermois précedent989067

We have: 321 guests online
Ton IP: 54.198.113.51
 , 
Aujourd'hui: 19 Auo 2017