REDHER - La pluma


Hébron/Al Khalil: « Nous vivons dans une prison »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_5582BisHarcelés par des restrictions et des abus toujours plus nombreux, les Palestiniens luttent pour garder leurs maisons dans la vieille ville historique d’Al Khalil/Hébron.

Al Khalil/Hébron, en Cisjordanie occupée – Cela fait des semaines que les membres de la famille Abou Rajab sont confinés dans leur maison située au cœur de la vieille ville historique d’Hébron.

Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

«Ils nous encerclent de plus en plus afin que nous quittions la zone», dit un résident d'Hébron - Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

Ils n’osent pas sortir de peur que les colons n’occupent leur maison. Lorsque cela devient absolument nécessaire, un membre de la famille va acheter au plus près de la nourriture ou d’autres denrées de première nécessité, avant de se dépêcher de rentrer.

« Nous faisons toujours très attention quand nous sortons et nous rentrons, et nous ne laissons jamais la maison vide », a déclaré à Al Jazeera, Hazem Abu Rajab, 28 ans, assis sur le pas de sa maison.

Le 25 juillet, un groupe de 15 familles de colons a fait irruption dans des locaux attenant à la maison familiale ancestrale des Abou Rajab et qui leur appartenaient, et s’y sont installés. Le même soir, les colons ont agressé physiquement des membres de la famille Abou Rajab pour envahir leur résidence principale. Et lorsque les autorités israéliennes sont arrivées sur les lieux, elles ont voulu arrêter les Abou Rajab.

Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

Hazem Abou Rajab dit que sa famille ne peut pas quitter sa maison, de peur que les colons ne l’occupent – Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

Pendant six jours, la famille Abou Rajab n’a pas pu quitter du tout son domicile, en raison d’un ordre militaire qui interdisait à quiconque de sortir ou d’entrer, raconte Abou Rajab. Le quatrième jour, l’administration civile palestinienne a tenté de leur apporter de la nourriture mais on l’a renvoyée.

La propriété que les colons ont investie par la force demeure l’objet d’un litige judiciaire. Les mêmes colons avaient déjà occupé la maison auparavant, en 2012, en affirmant qu’ils avaient légalement acheté la propriété – une allégation que la famille Abou Rajab nie catégoriquement. L’administration civile d’Israël a statué que les colons ne pouvaient pas apporter de preuve de leur achat et la Cour suprême israélienne leur a ordonné de partir. La propriété a depuis été déclarée zone militaire fermée.

Les colons ont fait appel de la décision et, le mois dernier, l’administration civile a accepté d’entendre leur appel. En attendant, les colons continuent d’occuper illégalement la maison.

Lassés d’être harcelés par les mesures de sécurité d’Israël qui incluent des restrictions de mouvement pour les Palestiniens, et d’être persécutés par les colons, de nombreux Palestiniens ont fini par quitter la zone H2 de Hébron contrôlée par Israël.

Selon un rapport de 2007 de l’organisation israélienne des droits de l’homme B’Tselem, 42% des Palestiniens vivant dans la zone H2 – plus de 1 000 familles – ont quitté leurs foyers depuis 1994.

En 1997, le Protocole d’Hébron a divisé la ville en deux zones: H1 contrôlée par l’Autorité palestinienne, et H2 contrôlée par Israël, qui comprend la vieille ville historique. Quelque 600 colons vivent illégalement dans la zone H2, sous la protection de milliers de soldats.

Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

La vieille ville d’Hébron ressemble à une ville fantôme, avec des maisons abandonnées et des magasins fermés bordant les rues – Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

« À l’heure actuelle, il n’y a plus que quelques personnes qui vivent ici. En raison des attaques des colons, la vie est de plus en plus difficile ici, parfois c’est absolument invivable », dit Abou Rajab. « [Le harcèlement] fait partie de leur plan pour vider la zone des Palestiniens et les remplacer par des colons. La dernière attaque remonte seulement à hier. Des colons ont attaqué la maison de notre voisin. Ils ont jeté des pierres depuis le toit et ont blessé à la tête une fillette de 10 ans qui jouait dans son jardin. »

Les colons lancent régulièrement des pierres sur les Abou Rajab, et un soldat a pissé dans leur cour depuis le toit de leur immeuble, a-t-il dit. Les colons voisins les ont également aspergés d’eau nauséabonde de mouffette.

Selon l’organisation israélienne des droits de l’homme Yesh Din, aucun progrès n’a été fait au fil des ans pour obliger les colons à répondre de leurs violences. Seulement 8 % des cas recensés par Yesh Din entre 2013 et 2016 ont donné lieu à la poursuite judiciaire des agresseurs.

À environ 100 mètres de la maison des Abou Rajab, des enfants jouent devant la maison de Nael Fakhouri, 41 ans, à l’intérieur de ce qui semble être une clôture. En 2012, Israël a érigé une clôture le long de la route qui conduit à la mosquée d'Ibrahim. La route a été divisée en une large rue pavée pour les juifs, et un petit chemin en très mauvais état sur le côté pour les Palestiniens.

Fakhuri se sent complètement assiégé depuis que la « clôture de discrimination » d’Israël passe devant chez lui et qu’une porte a été ajoutée devant son domicile en mai dernier. Une alarme très puissante retentit chaque fois que quelqu’un ouvre porte.

Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

Une prolongation de la «clôture de discrimination» d’Israël et une porte ajoutée devant son domicile en mai ont transformé Fakhouri en assiégé – Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

« Lorsque la cage est fermée, c’est comme si nous vivions en prison », a-t-il déclaré à Al Jazeera. « Les soldats israéliens ouvrent la porte à 7, 8, 9 ou 10 heures, cela dépend de leur humeur, et ils la ferment quand ils veulent ».

Fakhouri avait l’habitude d’aller au marché tous les matins à 5 heures pour faire ses achats et vendre ses moutons, mais il ne peut plus le faire à cause de la porte verrouillée. Il dit que cela a entraîné une baisse de 70% de ses revenus. Pour nourrir ses moutons lorsque la porte est verrouillée, il doit faire un détour d’environ 600 mètres. Ses fils l’aident à traîner un chariot sur les chemins en pente et les escaliers de pierres irrégulières. Son troupeau est passé d’environ 65 moutons à une quinzaine.

D’après B’Tselem, ces restrictions ont pour but d’isoler davantage les quartiers palestiniens pour chasser les Palestiniens de la région.

« Ces mesures drastiques, imposées à des dizaines de milliers de Palestiniens, constituent des punitions collectives. Les Palestiniens qui vivent encore dans la région se voient refuser la possibilité de mener une vie normale et leur vie quotidienne est un enfer », a déclaré B’Tselem dans un communiqué. « Avec cette politique, Israël chasse silencieusement et inexorablement les Palestiniens du cœur d’Hébron ».

L’armée israélienne a refusé de commenter la question comme le lui demandait Al Jazeera.

Dans la zone H2, entre les colonies et la ville, il y a plus de 100 obstacles physiques dont 18 postes de contrôle permanents et 14 postes de contrôle intermittents. Deux autres points de contrôle ont récemment été construits dans le quartier Tell Roumeida de la zone H2.

Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

Selon le groupe des droits B’Tselem, «Israël effectue un transfert silencieux et continu des Palestiniens du cœur d’Hébron» – Photo : Mersiha Gadzo/Al Jazeera

« Ils nous étouffent de plus en plus pour nous faire partir », dit Fakhouri, ajoutant qu’il avait vu 15 à 20 familles quitter le quartier au cours de l’année écoulée.

Les Palestiniens qui restent dans la vieille ville sont trop têtus ou trop pauvres pour partir. Abou Rajab dit que peu importe la dureté de la vie dans la zone H2, il n’abandonnera jamais sa maison. Il se souvient de son enfance à Hébron quand les marchés étaient florissants et qu’il y avait des centaines de personnes dans la rue.

« On ne voyait pas de colons avant ici », s’est-il rappelé. « [Ce quartier] était l’un des plus beaux et des plus animés d’Hébron. »


Des colons expulsent une famille palestinienne de son domicile

Aujourd’hui, il ressemble à une ville fantôme, avec ses maisons abandonnées et ses magasins fermés. Des drapeaux israéliens flottent des deux côtés de sa maison et de son toit.

« Il m’est impossible de m’imaginer en train de quitter ma maison. Elle fait partie de notre histoire familiale. Cette maison a plus de 650 ans, mes ancêtres l’ont construite », dit  Abou Rajab. « Nous ne partirons jamais. Ce sont les colons qui doivent partir. »

Mersiha Gadzo

Original: Hebron/al-Khalil: 'We're living in the heart of a prison'

Traduit par Dominique Muselet

Source: Tlaxcala, le 19 août 2017


 
Plus d'articles :

» 70 ans de Nakba, 25567 jours de soumoud

En ce 15 mai 2018, les Palestiniens commémorent le 70ème anniversaire de leur Nakba, la catastrophe que fut pour eux la proclamation de l’État d’Israël.

» Vivre par l’épée, pour Netanyahou, ça a payé (jusqu’ici)*

L’Iran a été publiquement humilié, les Palestiniens sont écrasés, et lundi ils seront piétinés en grande pompe lors de l’inauguration de l’ambassade des USA  à Jérusalem. Ces journées constituent une immense victoire pour...

» La Khansaa de Gaza : Nawal Abou Hajila pleure ses quatre fils tués par l’armée d’occupation

Nawal Abou Hajila, 58 ans, est connue sous le nom de Khansaa de Gaza, d’après une poétesse arabe du 7ème siècle qui a perdu quatre fils au combat.Quatre photos encadrées de quatre hommes sont accrochées au mur au milieu du salon de Nawal...

» Mutiler les corps pour mieux frapper les esprits

Une goutte de sueur glisse le long de sa tempe. Elle ne trahit aucune émotion : en ce printemps, la chaleur est déjà bien présente. L’esprit aux aguets, l’œil rivé au viseur, il a tout loisir de dévisager ceux qui composent la foule...

» Tueurs à gages israéliens en Malaisie

Un État qui envoie des escadrons de la mort à l’autre bout du monde n'est pas quelque chose dont on peut être fier. En fin de compte, il s’agit de tueurs à gages.Il y a environ deux mois, un certain incident a secoué le monde. Serguei...

» Ahmed Abou Hussein, deuxième journaliste palestinien assassiné par Israël depuis le début de la Grande Marche du Retour

Le journaliste palestinien Ahmed Abou Hussein, âgé de 24 ans, est mort des suites de ses blessures après avoir reçu une balle dans l’abdomen lors d’une manifestation le 13 avril.Ahmed Abou Hussein, un journaliste palestinien abattu par les...

» Pourquoi Israël se sent menacé par la résistance populaire en Palestine

Pourquoi Israël a-t-il assassiné de nombreux manifestants désarmés de Gaza et en a blessé plus de 2000 le vendredi 30 mars et les jours suivants, alors qu’ils ne représentaient clairement aucune menace pour les soldats israéliens ?Des...

» Génération Ahed : pourquoi la jeunesse palestinienne doit se libérer d'une double oppression

Alors que partout à travers le monde, des voix se lèvent pour exiger la libération d'Ahed Tamimi – une adolescente palestinienne de 17 ans – les autorités israéliennes ont arrêté neuf autres membres de sa famille.Parmi ceux qui le 26...

» Jour de la Terre : Israël commet un massacre dans le ghetto de Gaza

L’armée israélienne a assasiné 17 Palestiniens lors des manifestations à Gaza. Plus de 1 400 autres personnes ont été blessées par les forces israéliennes lors des manifestations exigeant le droit au retour des réfugiés palestiniens sur...

» Promo touristique: Ne visitez plus les anciens camps d’Auschwitz ou de Treblinka, visitez plutôt Gaza!

Le gouvernement de la colonie terroriste israélienne accuse les responsables politiques de Pologne de vouloir nier l’implication de Polonais dans le génocide des juifs pendant la seconde guerre mondiale.En effet, le 06 février courant, le...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1988
mod_vvisit_counterHier16536
mod_vvisit_counterCette semaine48879
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci455297
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 127 guests online
Ton IP: 54.80.68.137
 , 
Aujourd'hui: 23 Mai 2018